Articles

Inculturation : l’art chrétien de s’adapter aux cultures

Par Denys Lamontagne , le 11 août 2003 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

L’Église chrétienne a connu toutes les phases du développement des religions : persécution, croissance, pouvoir, schismes, croisades, guerres internes, séparation de l’état et de l’église... pour en arriver à développer un mélange de tolérance et de refus propre à ses dogmes fondateurs.

Aujourd’hui, sa philosophie de l’inculturation, de l’adaptation du culte aux réalités locales ou nationales lui permet de faire prospérer des églises dans la plupart des nations du monde. Les chrétiens arabes font parti de cet ensemble, et ce depuis les tous débuts du christianisme.

L’excellent site « Juifs et chrétiens au temps de la rupture» nous présente cette histoire.

En fait l’inculturation a depuis toujours été pratiquée par les chrétiens. Ainsi, plusieurs des rites chrétiens ont intégré des pratiques païennes compatibles avec les écritures... ce qui n’est pas très difficile compte tenu de la portée universelle de plusieurs symboles tels l’eau, le pain ou le sang que l’on retrouve au fil des textes.

Les dangers de l’inculturation sont aussi sa force et son intérêt : les dogmes ont la vie dure; l’esprit se bat contre la lettre.

Le site Pax Christi France témoigne de la force de l’inculturation et de la variété des églises, même au coeur de la tourmente...

«Lorsque le 4 décembre 1999, nous avions célébré ensemble l’ouverture de l’an 2000, l’évangile de la Nativité du Seigneur Jésus-Christ fut proclamé dans tous les rites, grec, latin, syriaque ou araméen, arménien, copte et éthiopien, en plus de l’arabe et de l’anglais. Les chrétiens en Palestine sont donc une variété d’églises en communion avec l’Occident et l’Orient.

Au-delà des langues liturgiques anciennes, qui étaient des langues nationales aussi, l’arabe est la langue commune de tous ces chrétiens, mis à part la communauté éthiopienne. (...)

Le mot arabe, fut et le reste aujourd’hui encore, pour plusieurs, synonyme de musulman, alors que dans le monde arabe, et surtout dans les pays du Moyen Orient, les chrétiens de tout rite sont, depuis des siècles, une partie intégrante de ce monde arabe. »

Les chrétiens de Terre Sainte et la paix aujourd’hui - Conférence de Mgr Sabbah, donnée à Paris le 23 avril 2001, à l’invitation de Pax Christi France et de l’Institut catholique de Paris

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné