Articles

Le wiki fédéré, ou la valorisation de l'individu dans l'oeuvre commune

L'inventeur du wiki en crée une version fédérative, qui permet à chaque contributeur de suivre son propre chemin à partir d'une base commune

Par Christine Vaufrey , le 13 novembre 2012 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2012

Il y a deux problèmes, avec la production collective de contenus sur un wiki : d'une part, les contributeurs doivent s'entendre sur une version commune de la production finale, même quand ils ne sont pas tous du même avis; d'autre part, tous les contenus générés par les contributeurs sont déposés sur le même seveur, celui du propriétaire du wiki. 

Voilà des constats présentés par le magazine en ligne Wired (US), qui ont fait réfléchir Ward Cunningham lui-même, l'inventeur du wiki. Cunningham est en effet l'auteur de C2, le site de développement d'applications ouvert à tous et qui compte désormais plus de 35 000 pages de contenu. C'est à partir de C2 qu'a notamment été développé le wiki sous-tendant Wikipédia.

Cunningham n'est pas du tout à l'aise avec l'idée que tout ce contenu se trouve sur un seul et unique serveur, le sien. Car cela comporte des risques : si le service disparaît, vous perdez toutes les traces de votre travail. De plus, en contribuant à une oeuvre commune, il est nécessaire d'accpter des règles éditoriales définies par d'autres. 

Bien entendu, il est toujours possible au contributeur d'ouvrir son propre wiki et d'y copier-coller toutes ses contributions à l'oeuvre commune, en appelant à de nouvelles collaborations. Mais la fréquantation va t-elle suivre ? Probablement pas. Il ne viendrait sans doute pas à l'idée d'un contributeur de Wikipedia par exemple de créer sa propre version de la célèbre encyclopédie sous prétexte de désaccords répétés avec les administrateurs de cette dernière. Car tout le monde veut aller sur Wikipedia, pas sur l'encyclopédie miniature de monsieur X. 

Un wiki autorisant les variations individuelles

 

Aussi Cunningham a t-il créé un nouveau genre de wiki, le wiki fédéré, qu'il a hébergé sur les serveurs de GitHub, une compagnie californienne d'hébergement et de gestion de développement de logiciels. Le principe de base de GitHub, c'est la réutilisation du travail des autres; soit pour apporter sa pierre à l'édifice, soit pour développer sa propre application. Choisir un programme existant et en créer un nouveau à partir de cette base, cela s'appelle "forker", en bon franglais. La "fork" est précisément l'embranchement qui vous fait passer du programme de base à votre propre programme. 

Cunningham a adapté cette philosophie à la création de contenus sur wiki. Sur le wiki fédéré donc, si vous souhaitez modifier une page, vous pouvez cliquer sur le bouton "fork", et la page sera copiée dans votre propre wiki où vous pourrez la transformer à loisir. Le propriétaire de la page initiale pourra ensuite intégrer ou pas vos modifications. Il peut y avoir autant de "forks" que de contributeurs, et toutes les versions de la même page d'origine sont inter-reliées. 

Pour faciliter la compréhension et l'utilisation de ce wiki fédéré, Cunningham a pris deux mesures. D'une part, il propose aux développeurs et aux contributeurs une version de démonstration du wiki fédéré, intitulée The smallest Federated Wiki. Chaque page de ce wiki est accompagnée de la liste de ses contributeurs, dûment identifiés. On peut comparer les différentes révisions et choisir la version qui nous convient le mieux. Evidemment, ce wiki fédéré est dédié à l'informatique, et plus précisément au wiki fédéré lui-même... Mais il suffit à comprendre le principe et le potentiel de ce nouveau service.

À chacun son propre wiki fédéré

 

D'autre part, Cunningham a facilité la création par chacun de son propre wiki fédéré, sur un espace serveur dédié et personnel, hébergé par Amazon Web Services. La création d'un wiki fédéré se fait en un clic. Et l'on peut immédiatement commencer à éditer. Evidemment, chaque contributeur adhérant au principe doit lui aussi posséder son propre wiki, sur son propre espace serveur. Lorsqu'il modifiera une page du wiki initial, elle sera automatiquement copiée sur son propre wiki, et donc hébergée sur son propre serveur. Il restera donc toujours au moins une version des contributions et modifications apportées, même si la page originale ne les accepte pas, ou les recouvre par des modifications nouvelles. 

Alors, Cunningham a t-il décidé de tuer officiellement son bébé en lui substituant le wiki fédéré ? Lui-même ne le pense pas. Il souhaite tout simplement supprimer le contrôle central inhérent au wiki via l'hébergement unique, incompatible selon lui avec la philosophie-même de l'outil. De même , il souhaite que chacun puisse développer à sa guise ses propres contenus, sans se fondre dans la masse anonyme des contributeurs à l'oeuvre commune. Mais les commentateurs de l'article de Wired n'ont pas manqué de souligner les limites de ce nouveau dispositif : appliqué à des sujets polémiques, il légitimise les versions illégitimes, tue le consensus et l'objectivité, dans la mesure où chaque lecteur peut choisir la version des contenus la plus confortable pour lui, sans égard pour les faits réels.

C'est possible. Mais le dispositif de wiki fédéré semble également plein de promesses, notamment pour le développement de récits collectifs à embranchements multiples, les compétitions entre développeurs et artistes créant des oeuvres originales fort différentes les unes des autres à partir d'une base commune, entre lesquelles le visiteur pourrait naviguer... 

Concilier le collectif et l'individuel : en s'imposant ce défi, Cunningham est vraiment représentatif des paradoxes de notre époque. 

Klint Finley : Wiki Inventor Sticks a Fork in His Baby. Wired, 7 avril 2012. 

Illustration : oledoe via photopin cc

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné