Articles

Robotique et enseignement : un mariage impossible ?

Que se passerait-il si les robots remplaçaient les enseignants ? Un scénario auquel plusieurs pays ont déjà pensé...

Par Philippe Menkoué , le 04 décembre 2012 | Dernière mise à jour de l'article le 16 janvier 2013

L’intégration de la robotique dans les programmes scolaires de certains pays ravit probablement les élèves qui découvrent là une manière d’apprendre plus high tech. Mais le recours irrationnel à la robotique pose et posera de plus en plus de problèmes. Nul besoin de refaire ici un exposé sur la menace que la vulgarisation des robots humanoïdes représente pour les emplois dans certains secteurs d’activités. Et même en restant dans l'enceinte de l'école, une idée folle surgit : et si les robots prenaient le pouvoir ?

Une ligne à ne pas dépasser ... Qui l'a été

 

Comme le dit fort bien notre collègue Om El Khir Missaoui, la robotique constitue un excellent moyen de donner du sens aux apprentissages scientifiques et mathématiques. À ce titre, elle constitue un facteur de motivation pour ces disciplines, à l'heure où l'on manque de compétences dans ces domaines professionnels. En France, des associations telles que Pobot ou Robot Education militent en faveur de l’intégration de la robotique dans les programmes scolaires et ce dès le primaire. Mais en Corée ou au Japon, une nouvelle frontière a été dépassée : on a mis des robots à la place des enseignants. Pour effectuer des tâches limitées, certes, mais il semble bien que la porte soit ouverte désormais à des initiatives beaucoup plus préoccupantes. 

La robotique, oui, les profs robots, non

 

Une étude menée en Janvier 2012 par le site américain Latitude (en anglais) révélait que les robots inspirent aux enfants de nouvelles manières d’apprendre tout en stimulant leur créativité. A ce propos, le blog RobotShop, spécialisé dans l’actualité robotique, avait publié une interview d’Ian Schultz, Vice-président de Latitude, qui insistait sur l’intérêt d’intégrer les robots dans l’enseignement en affirmant : « Les robots soutiennent et encouragent, mais ne jugent pas. Ils ne se lancent pas dans des conflits d’horaire, et ils ne vont certainement pas ostraciser les enfants pour de mauvaises réponses ou des pensées non conventionnelles. Parce qu’ils ne sont que de simples mécaniques, les robots permettent aux enfants de grandir et de découvrir, sans tenir compte des stigmates sociaux qui si souvent étouffent l’apprentissage et la créativité ». Voilà qui était bien dit.

Cependant, les robots-enseignants sont loin d’être la panacée aux problèmes rencontrés dans l’enseignement de manière générale. A ce propos, Le blog des débrouillards publie un article dans lequel Alain Labonté, enseignant canadien, livre une analyse très réaliste sur qui adviendrait si jamais les robots finissaient par remplacer les enseignants. Car pour lui, « enseigner, c’est bien plus que de transmettre des connaissances. Les liens avec l’enseignant ainsi qu’avec les autres élèves d’une classe occupent une place important dans l’apprentissage… L’empathie, la sensibilité et l’humour sont des qualités importantes d’un bon enseignant… mais difficiles à acquérir pour un robot ». Une analyse qui nous amène à nous interroger sur l’avenir de nos enfants, si jamais les robots venaient à prendre d’assaut les salles de classe.

Certes, l'intelligence artificielle des robots se développe rapidement. Un jour peut-être, et pas si lointain, les robots seront en mesure de faire cours, de rire avec les élèves, de les encourager ou de les envoyer chez le surveillant. Peut-être même le feront-ils aussi bien que certains enseignants. Et peut-être mieux. Mais est-ce cela que nous voulons ? Cherchons-nous à voir se développer des robots meilleurs que nous dans des fonctions aussi essentielles à l'espèce humaine que l'éducation ? 

Ce scénario fait peur. Il ne tient qu'à nous de faire qu'il ne se produise pas. 

 

photo : Pedro Vezini via photopin cc

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné