Articles

ENA et EAP : des environnements d'apprentissage complémentaires

Pas d'antagonisme entre les différents environnements d'apprentissage, mais des complémentarités.

Par Om El Khir Missaoui , le 29 janvier 2013 | Dernière mise à jour de l'article le 27 février 2013

On ne cesse d'insister sur la nécessaire responsabilité de l'étudiant et le développement de son autonomie durant son apprentissage ou sa formation. Or, de telles compétences se développent dans et par des pratiques quotidiennes basées sur la participation active dans des parcours institutionnels et personnels : stocker et organiser ses documents, partager ses connaissances avec d'autres utilisateurs, discuter, évaluer et réviser, etc. Ceci est certes possible grâce aux outils collectifs mis à disposition par les canaux officiels (plateformes de FAD, environnements numériques d’apprentissage) mais aussi grâce aux multiples outils disponibles pour partager, communiquer et éditer tout type de contenu qui permettent aux étudiants de construire leur propre environnement d'apprentissage.

L’environnement d'apprentissage personnalisé (EAP) est ainsi basé sur le principe que l’apprentissage peut prendre place dans différents contextes, qu'il se déroule en continu et qu’il est nécessaire d'exploiter les outils numériques pour en avoir la maitrise et l'optimiser. Il n’y a pas un seul et même outil pour gérer son apprentissage. Chacun se crée un package qui répond à ses besoins, ses préférences, son degré de maîtrise ou de familiarisation avec les médias sociaux, etc.

Dans un article intitulé L'environnement d'apprentissage personnel : l'avenir de la formation?, le Service de Soutien à la Formation (SSF) de l'université de Sherbrooke explore en quoi l’EAP peut être une solution complémentaire aux ENA (environnements numériques d'apprentissage, tels que les plateformes de FAD, les ENT, etc.) institutionnels et comment il peut se développer par l’agrégation de différents services. Quelques exemples d’utilisation y sont présentés avec examen de l'impact des nouvelles pratiques sur l’enseignement.

Pour prendre le contrôle de ses apprentissages, l'étudiant a besoin d'un environnement technologique mais le choix de cet environnement passe par la détermination des objectifs en lien avec son contexte d'apprentissage et les exigences de son (futur) métier. En pratique, l’étudiante ou l’étudiant va se construire des espaces collaboratifs (pour partager des documents, discuter avec ses pairs dans des forums ou des réseaux professionnels tels que LinkedIn ou Google+, etc.) ainsi que créer, modifier et partager du matériel produit dans le cadre de ses activités pédagogiques.

Plusieurs exemples d'utilisation d'EAP sont rapportés depuis l'initiation à la méthode au sein d'un Mooc jusqu'à l'encouragement des étudiants à inclure, en plus de l'offre institutionnelle, des outils  web 2.0 de leur choix pour gérer leurs parcours et innover. Mais quid de l'enseignant dans toute cette entreprise ? Eh bien, il met la main à la pâte en construisant aussi son propre environnement de formateur car, sans jamais prétendre connaître tous les outils, il doit être familier des méthodes de travail rendues nécessaires par cette approche et jouer un rôle de modèle et de guide pour ses étudiants.

L'environnement d'apprentissage personnel : l'avenir de la formation ? Service de soutien à la formation, Université de Sherbrooke, juin 2012.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné