Articles

Que cherchent les filles dans un jeu vidéo?

Quels types de jeux sérieux peut-on se servir auprès des filles? Une chercheuse américaine s'est intéressée à la question.

Par Alexandre Roberge , le 24 février 2013 | Dernière mise à jour de l'article le 27 mars 2013

Le jeu vidéo, une activité masculine ? Pas du tout ! Les chiffres montrent que de plus en plus de représentantes du sexe féminin s'adonnent à la pratique des jeux électroniques. S'il est vrai que les garçons monopolisent la console de salon, les filles ne sont pas en reste et prennent leurs places sur toutes les plateformes de jeux. L'ESA (Entertainment Software Association) recensait en 2012 que 47 % des joueurs... sont des joueuses.

Pourtant, les enseignants qui voudraient utiliser le jeu vidéo à l'école bloquent quand vient le temps d'opter pour l'apprentissage par le jeu vidéo. Certes, cette pratique touchera certainement les garçons dans ma classe, mais est-ce que je ne risque pas de m'aliéner les filles? Comme le montrent les chiffres, pas du tout, mais évidemment, les filles ne sont pas sensibles aux mêmes choses que les garçons.

Simuler et collaborer, c'est le pied!

 

Qu'est-ce que les filles cherchent dans un jeu ? C'est la question que s'est posée la chercheuse Victoria Van Voorhis. En fait, les joueuses ont un penchant affirmé pour les jeux en ligne (ex. : Farmville, les MMORPG) et pour les simulations telles que Les Sims. Elles aiment les premiers parce que cela leur permet de jouer avec d'autres et de collaborer dans un but commun, particulièrement dans les jeux de rôle en ligne. Les seconds sont très appréciés pour leur potentiel de personnalisation et pour leur proximité avec la réalité.

Victoria Van Voorhis a en effet observé chez les filles le besoin de faire le lien entre ce qui est appris en classe et la vraie vie, particulièrement dans les matières comme les mathématiques et les sciences. Elle a remarqué que les filles acquéraient davantage de connaissances en participant à des simulations qui leur donnaient un rôle bienfaisant comme, par exemple, une simulation vétérinaire leur permettant de soigner des animaux et d'en prendre soin.

La chercheuse, qui a aussi créé une entreprise de développement de jeux sérieux, a exploité ces observations pour concevoir un jeu appelé « Martha Madison’s Marvelous Machines », un jeu collaboratif sur les sciences physiques, destiné aux préadolescentes. Les premiers résultats d'études auprès des joueuses qui ont essayé ce titre font apparaître une augmentation substantielle de leurs résultats dans les tests STEM (sciences, technologie, ingénierie (engineering) et mathématiques). Elles ont aimé l'aspect non directif du jeu qui leur permettait d'expérimenter et de mieux comprendre des phénomènes de la physique et de travailler en collaboration avec les autres membres de leur équipe.

Il est donc possible d'intéresser les filles aux jeux vidéo pour apprendre. Elles ne sont peut-être pas les plus grandes volontaires pour abattre des monstres, mais donnez-leur des simulations où elles peuvent collaborer avec leurs camarades et vous les intéresserez à coup sûr. S'il n'y a pas une quantité phénoménale de titres semblables, on peut penser à Science en jeu qui introduit à la fois le social et le l'aspect ludique.

« How to engage girls with gaming », Laura Devaney pour eSchool News, 7 janvier 2013

Crédit photo: Leo Chuoi [ RIO studio vn ] via photopin cc

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur