Articles

Mutualisation de compétences numériques et de contenus pédagogiques pour les pays du bassin méditerranéen

Par Thot , le 08 mars 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 09 mars 2010

La Tunisie a récemment accueilli la réunion des experts en éducations des pays 5+5, qui ont engagé l'élaboration des prochains plans d'action pour l'intégration des TIC dans les systèmes scolaires. Concrètement, le groupe des "pays 5+5"  est composé de cinq pays du Maghreb (Tunisie, Algérie, Maroc, Mauritanie, Libye) et cinq pays de la rive nord de la Méditerranée (Espagne, France, Italie, Malte, Portugal).

Cette préoccupation d'harmonisation des politiques numériques pour l'école dans le bassin méditerrranéen n'est pas nouvelle. Que l'on se souvienne du projet de Campus Virtuel AVICENNE qui avait pour ambition d'accélérer le processus d'adoption et d'utilisation des TIC, les Formations Ouvertes et à Distance dans 11 pays méditerranéens non-membres de l'Union Européenne. Le temps a passé, les écoles se sont plus ou moins équipées, et le numérique a empli les agendas politiques.

Les participants à la réunion de Tunis préparent actuellement une charte méditerranéenne pour l'utilisation de l'Internet à l'école. En travail prémiminaire, les représentants des 10 pays se sont fixé pour objectif d’identifier des plans d’action mixtes capables de développer l’éducation et le contenu numérique à l’école, de promouvoir l’infrastructure éducative numérique et de renforcer la formation des enseignants aux usages pédagogiques des nouvelles technologies..

Les principales pistes d'action concenrnent la certification commune des compétences des enseignants, le lancement d’un service d’information et de formation dédié aux usages des TIC en classe, l’ancrage de la coopération entres les établissements éducatifs et finalement l’échange de contenus pédagogiques numériques.

Ces objectifs renforcent ainsi la coopération engagée autrefois dans le cadre du projet Avicenne. Une telle collaboraiton sur les contenus et toutes formes de partage de connaissances et se savoir-faire impliquant avantageusement tous les partenaires du projet constitue ce que demandent en réalité les bénéficiaires du Sud qui doivent, eux aussi, démontrer leurs capacités. L'ère de la main tendue est révolue. Cela doit être compris de tous pour notre plus grand bien.


Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné