Articles

Distraits par Internet? Méditez!

L'autoévaluation de ses habitudes de consommation médiatique et la méditation aideraient les étudiants à mieux se concentrer

Par Alexandre Roberge , le 21 avril 2013 | Dernière mise à jour de l'article le 21 mai 2013

Nous parlions récemment sur Thot du cerveau humain qui est désormais bombardé d'informations et parvient de moins en moins à enregistrer les nouvelles données.

Imaginez maintenant ce fait dans un contexte éducatif où il est primordial de devoir acquérir des connaissances. Comment arriver à se concentrer quand les réseaux sociaux, les messageries de courriel et les textos ne cessent de nous titiller? Un professeur de l'Université de Washington, David Levy, a trouvé une méthode : observer son utilisation des médias et, surtout, méditer.

Une autoévaluation révélatrice

Bien sûr, il serait tentant de croire que la solution vient en coupant les médias sociaux. Plus facile à dire qu'à faire. Ce n'est pas la première fois qu'une université essaie cette stratégie pour améliorer la vie étudiante. La vérité est qu'en général, les étudiants réagissent très mal. Mais couper Twitter? C'est inconstitutionnel monsieur! Faudra-t-il bientôt intégrer le «droit aux réseaux sociaux» dans la Déclaration universelle des droits de l'homme? En fait elle y est déjà dans l'article 19, «droit à la liberté d'opinion et d'expression».

David Levy n'est pas adepte de la répression; il insiste plutôt sur l'importance pour les étudiants de pouvoir se détacher de temps à autre du flux incessant d'Internet. Lui-même, juif pratiquant, respecte le Sabbat et est donc déconnecté du coucher du soleil du vendredi à celui du samedi. Au lieu d'user de politiques qui choqueraient les jeunes hommes et femmes, l'enseignant emploie une méthode qui les confronte. Les étudiants de ce cours d'«Information et de Contemplation» doivent s'observer lorsqu'ils consomment les différents médias et suggérer des façons de les utiliser plus sagement.

Évidemment, une telle technique crée un choc. Il n'est pas toujours joli de s'étudier totalement absorbé par ses courriels ou son Twitter, la posture avachie devant l'ordinateur ou se rongeant les ongles jusqu'au sang en attendant frénétiquement un courriel ou de nouveaux éléments sur son agrégateur. Cette autoévaluation souligne donc le ridicule de certaines habitudes prises par les étudiants par rapport aux médias et suscite chez eux une réflexion sur leurs usages actuels et comment pouvoir les changer afin qu'ils soient plus sains et constructifs dans leur quotidien.

Le pouvoir de la méditation

Levy va plus loin en proposant à chaque début de cours une période de méditation. En voyant la classe silencieuse, certains en seraient à se demander quel est l'intérêt de dormir en classe. Et pourtant, ces étudiants ne sommeillent pas et, au contraire, ils se mettent dans un état bien plus propice à l'apprentissage que n'importe quelle autre méthode pédagogique. En effet, la méditation – rituel au coeur de nombreuses religions depuis des siècles – aide à mettre l’accent sur le moment présent. Et ça marche! La plupart des témoignages recueillis chez les étudiants de David Levy confirment qu'ils se sentent plus zen et moins distraits par le flux incessant d'Internet.

En cette époque où règne le multitâche, certains chercheurs croient même que la meilleure façon d'être efficace serait de s'adonner à des périodes régulières de méditation. Dans cette récente étude faite en milieu de travail stressant, la recherche a montré que les employés s'étant mis régulièrement à la méditation étaient plus efficaces, car ils se concentraient davantage sur chaque tâche et morcelaient beaucoup moins leur travail.

La solution pour enlever la distraction dans l'étude ne serait donc pas de couper les technologies sur les campus. Il n'est plus réaliste de se priver de ces méthodes de communication modernes. Par contre, il est peut-être temps, en ces moments où seule la modernité est attirante, de faire appel à la méditation. Cette technique a certes de l'âge, mais elle abaisse la tension et améliore la concentration, un élément essentiel de l'apprentissage.

Source: « You're Distracted. This Professor Can Help. », Marc Parry, The Chronicle of Higher Education, 24 mars 2013

Source de l'imageDitty_about_summer, shutterstock

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné