Articles

Apprendre mieux et dans un Mooc

Évaluer les progrès, prédire la performance, prévenir et identifier les problèmes.

Par Denys Lamontagne , le 22 avril 2013 | Dernière mise à jour de l'article le 21 mai 2013

Avec des taux de décrochage parfois stratosphériques, comment peut-on prétendre que les Moocs puissent être efficaces ou même désirables en éducation ?

Avec de plus en plus d’assurance, on commence à l’affirmer effectivement.

"On the one hand, it can change millions of people's lives. And, on the other, online learning allows us to learn about learning in a totally unprecedented way."

(D’un coté, ça peut changer la vie de millions de gens. Et de l’autre, l’apprentissage en ligne nous permet d’apprendre à propos de l’apprentissage d’une façon totalement nouvelle.

Des données, en quantité

Déjà rien qu’en enlevant des statistiques ceux qui ne se présentent pas (la plupart des inscrits dans un mooc ne se présentent pas du tout), les taux de décrochage deviennent plus acceptables, mais là n’est pas le point clé. Les moocs permettent d’obtenir des données en grande quantité sur les comportements de dizaines de milliers, et dans le cas de l’université de Stanford, de centaines de milliers de personnes via edX et les autres initiatives auxquelles cette université participe.  

En d’autres termes, on peut apprendre beaucoup sur l’apprentissage réel de gens selon différentes segmentations et différents comportements comme la fréquence d’interventions, de visionnements, de production, de visites, de durée, etc, en rapport avec l’apprentissage réussi et ceci objectivement et rapidement.

Le Lytics, un groupe de recherche multidisciplinaire, se consacre intensément à la collection et à l’analyse de ces données.

Brasser le chaudron de données

L’analyse des données de l’apprentissage couvre un large ensemble de données produites par ou rassemblées par les étudiants et ceci dans le but d’évaluer les progrès, de prédire la performance, de prévenir et d’identifier les problèmes.  À mesure que ces données s'accumulent et sont analysées, de nouvelles questions peuvent être posées et les enseignements peuvent s’améliorer dans un processus en itération continue.

Par exemple, parmi les données assemblées, on a trouvé une grande corrélation, dans certains cours en informatique, entre les étudiants qui complètent le cours et leur participation dans les pages des forums, ce qui suggère la présence d’une boucle de rétroaction : plus les étudiants interagissent entre eux, le mieux ils apprennent.

De là les concepteurs de ces cours considèrent d’ajouter des occasions orientées «communauté», par exemple des vidéos/discussion programmés régulièrement, dans le but d’encourager des comportements sociaux.

Des bonnes raisons des gens aux bonnes caractéristiques des systèmes

Si beaucoup de personnes suivent des cours en ligne pour obtenir une certification, beaucoup plus les prennent simplement pour la stimulation intellectuelle ou simplement «pour se tenir au courant».  En conséquence, pour ces clientèles, l’idée de «complétion» n’est pas un critère de valeur. On devrait les encourager et non les réprimander de ne pas faire les quiz ou quoi que ce soit dont ils n’ont pas besoin.

Bien des étudiants entrent et sortent à divers moments sans logique apparente pour le professeur, mais leur intérêt est réel et leur contribution souvent enrichissante malgré leurs contraintes de temps ou d’intérêt.

Aussi, ne regarder que les taux de décrochage dans les cours en ligne n’a aucun sens si on considère que sur un grand nombre de participants attirés par le sujet, les raisons de suivre un cours et de les abandonner peuvent s'étaler sur un large spectre de motivations.

Parmi ceux qui ont participé à un mooc, on a segmentés quatre groupes de particpants :

  • ceux qui complètent la plupart des tâches;
  • ceux qui assistent (auditeurs);
  • ceux qui se désengagent graduellement;
  • ceux qui se manifestent sporadiquement.


Le point clé est qu’il ne s’agit pas seulement d’enregistrer des données sur qui fait quoi mais bien de fournir les éducateurs et les développeurs de plates-formes avec des aperçus et des idées pour concevoir des environnement d’apprentissage efficaces et souples et qui répondent mieux aux besoins des participants aux moocs.


Pour en savoir plus :

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné