Articles

Hacktivisme, de quoi parle t-on ?

Les hackers auraient-ils abandonné le côté obscur de la force ?

Par Om El Khir Missaoui , le 30 avril 2013 | Dernière mise à jour de l'article le 29 mai 2013

Je ne sais pas ce que vous savez des hackers, mais personnellement j'en avais une mauvaise image. J'ai en effet du subir le piratage de mon compte Facebook et ai même eu droit à des intimidations et du chantage. Plus largement, force est de constater que la culture de la propriété privée et surtout intellectuelle fort ancrée en nous est  naturellement heurtée par toute tentative d'usurpation ou d'effraction.

D'un autre côté, j'étais extrêmement ravie de pouvoir surfer librement quand la censure battait son plein dans mon pays et ce  en utilisant un proxy qui me permettait l'accès anonyme à des contenus que mes "contôleurs" soustrayaient à ma bonne conscience d'éternelle mineure.

Je jubilais par exemple des révélations de Wikileaks ainsi que de toutes les informations et analyses des jeunes blogeurs militants et de tous ceux que je suivais sur les réseaux sociaux, enchantée par leur audace et la qualité de leurs partages. Par la suite, je fus emportée comme la plupart de mes concitoyens, citadins pour la plupart, par un mouvement de protestation en ligne qui préparait et relayait des actions sur le terrain contre un régime honni.

Activistes ? On l'était certainement mais si on ajoute à cela des attitudes et des comportements tenaces d'investigation, de quête de vérité, de partage et de mobilisation; si en plus on s'octroie, à tort ou à raison là n'est pas la question, le droit à dévoiler des secrets, d'Etat peut-être mais pour la plupart des secrets d'intérêts peu avouables, on est aussi des hackers. Hackers pour la bonne cause de la transparence, de la justice sociale, du droit de disposer de son destin, me direz-vous. Eh bien oui, quand des mails piratés et des PV de réunions de nos leaders nous en apprennent des belles sur des agissements répréhensibles, je sais que je vis un de ces détonants phénomènes générés par l'évolution des technologies numériques qui est l'hacktivisme.

Steven Levy, rédacteur en chef du magazine Wired et auteur de L’Éthique des hackers, interviewé par Amaelle Guiton explique comment Le sens du mot hacker a considérablement évolué. Au commencement, il y avait le MIT (Massachusetts Institute of Technology) et ses « bidouilleurs » avec de généreuses valeurs : partage des données, mutualisation des compétences, décentralisation, libre circulation de l’information auxquelles la révolution informatique allait donner des ailes. Si on attise cela avec le souffle du militantisme ces principes sont portés haut et fort par les hacktivistes d’aujourd’hu. Lanceurs d'alertes, défenseurs de la liberté d'expression, acteurs souterrains de révolutions, les hackers deviennent activistes : La révolution numérique appelle à un réexamen de beaucoup de nos valeurs et de nos lois, et l’éthique hacker apporte des éléments, des suggestions quant à la direction que devraient ou pourraient prendre ces ajustements.

Sans faire l'apologie de l'hacktivisme, il semble bien aujourd'hui que le contre-pouvoir citoyen passe par la maîtrise démocratisée des nouvelles technologies. Nous sommes tous logés à la même enseigne et ce sont les motivations et les synergies sociales qui changent. Si les gouvernants hacquent pour nous tromper ou asservir, ils sont contrés par les initiatives citoyennes seules garantes de transparence et de combativité.


Ouvrage à lire : Levy, Steven. L'éthique des hackers. Paris: Globe, 2013.

Guiton, Amaelle. "Steven Lévy : "Le sens du mot hacker a considérablement évolué"." Les Inrocks. Consulté le 30 avril 2013. http://www.lesinrocks.com/2013/03/11/actualite/steven-levy-le-sens-du-mot-hacker-a-considerablement-evolue-11372889/.

Illustration : scyther5, shutterstock.com

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné