Articles

Publié le 30 avril 2013 Mis à jour le 29 mai 2013

Récompenser l'activisme en ligne

Des prix internationaux récompensent désormais l'activisme en ligne, de manière à encourager les citoyens à faire entendre leur voix

Benjamin Bayart le disait déjà en 2007 : « L’imprimerie a permis au peuple de lire, Internet va lui permettre d’écrire ». D’écrire sa propre histoire ? Certainement, oui. Car, s’il est indéniable que l’arrivée d’Internet a révolutionné les vies de nombreux citoyens de par le monde à travers notamment l’émergence des médias sociaux, une chose est encore plus sûre, c’est qu’Internet est devenu aujourd’hui bien plus qu'un simple outil de communication. E-learning, E-democracy, E-shopping, presque tout se conjugue désormais en « E ». Et l’activisme n’est pas en reste. La toile est devenue l’un des cadres d’expression privilégiés de nombreux militants et activistes dans le monde entier, qui semblent s’être enfin trouvé une tribune digne de ce nom. Une stratégie qui, à bien des égards, semble porter ses fruits.

Internet, nouveau champ d’action des activistes 

On se souvient tous du fameux printemps arabe et presque tout le monde s’accorde sur le rôle déterminant joué par Internet à travers les médias sociaux dans son succès. Quoique. Car, comme le souligne Jean Marie Messier : « Internet n'est pas seulement une révolution industrielle. C'est aussi une révolution politique : elle touche au pouvoir ; elle bouleverse les rapports de force. Par là, elle est profondément déstabilisatrice ». Ainsi, à l’heure où Internet constitue une tribune pouvant donner un certain écho aux actions menées par des militants et activistes, l’on assiste à un foisonnement d’initiatives civiques en ligne tant au niveau communautaire, local qu’international.

Ainsi, des campagnes visant à sensibiliser sur le mariage des enfants ou visant à attirer l’attention la condition des femmes en Inde, au combat mené par un enseignant pour promouvoir les langues et cultures locales au Mali, en passant par les dénonciations par les blogueurs chinois (en anglais) des membres corrompus de leur gouvernement ou des campagnes contre la privatisation de l’eau par le gouvernement au Portugal ou la promotion de la transparence dans la gouvernance à Bahrein, par exemple, il apparait clair que la « pression numérique » fait désormais partie des stratégies utilisées par les citoyens ici et là, pour se faire entendre  sur des sujets qui leur tiennent à cœur. Des initiatives de plus en plus nombreuses, tant le succès parfois retentissant de certaines, laisse croire que le pouvoir revient enfin aux peuples. D’où la création d’initiatives parallèles visant quant à elle, peut-être, à récompenser et à stimuler l’activisme civique, tant au niveau communautaire/que national et pourquoi pas, international.

Les BOBs : récompenser l’activisme en ligne pour mieux le stimuler

 

Jusqu’ici, on connaissait surtout les Nobel, le prix Sakharov (pour la liberté de pensée) et autres prix récompensant des actions menées sur le terrain. Désormais, il  faudra également compter avec les BOBs (Best of Blogs of online activism) de la Deutsche Welle ou les EFF Pioneer Awards, pour ne citer que celles-là. A la différence des premières et plus notoires, celles-ci visent à récompenser l’activisme en ligne. La plus populaire est sans conteste les Best of Blogs (BOBs) Awards initié par la Deutsche Welle qui depuis 2004, et qui récompense les initiatives qui, à travers Internet «apportent leur contribution à la liberté d’expression en faisant avancer et en enrichissant les débats ouverts sur internet ». Ainsi, chaque année, une dizaine de cyber activistes et de cyber projets sont récompensés pour leur contribution au changement dans leur société respective. Comme pour rester conforme aux principes de l’activisme en ligne, ici, ce sont les internautes qui votent également pour les initiatives qu’ils estiment les meilleures dans chacune des catégories. Les votes sont d'ailleurs en cours pour désigner les gagnants des BOBs 2013.

Ces récompenses signalent peut-être un début de reconnaissance pour une activité encore quelque peu marginalisée, tant sa portée reste dans la plupart des cas, difficilement estimable. Et, il faut bien le reconnaitre, le cyber activisme a encore quelque mal à s’implanter de manière effective dans certaines régions du monde.

Même si pour certains, il semble plus facile de militer du bout de ses doigts devant son écran que dans la rue, l’activisme en ligne finit toujours par se manifester sur le terrain et constitue une stratégie efficace. Cette (nouvelle) forme d’activisme se heurte à un certain nombre de problèmes tels que la censure bien sûr dans certains pays. Le gagnant toutes catégories confondues de l'édition 2012 des BOBs était d'ailleurs un blogueur iranien qui a fréquemment été incarcéré pour ses billets critiques à l'encontre du pouvoir. Plus prosaïquement, de nombreux blogueurs du Sud restent limités dans leur action par le coût et les aléas de la connexion, qui fait d'Internet un luxe. Mais si Internet ne peut pas résoudre tous les problèmes de l’heure, une chose est sûre c’est qu’il constitue déjà au moins un début de solution.

Illustration : en-tête du site mis en place pour l'édition 2013 des BOBs : http://thebobs.com/english/


Mots-clés: Accès Internet Activisme Imprimerie Histoire Internet lutte politique libertés de la personne cyberactivisme Peuple Benjamin Bayart

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !