Articles

Enseignants, pourquoi et comment se mettre en réseau

Ces dernières années, de nombreux réseaux d'enseignants ont vu le jour sur la Toile.

Par Tété Enyon Guemadji-Gbedemah , le 20 mai 2013 | Dernière mise à jour de l'article le 19 juin 2013

Ces dernières années, de nombreux réseaux d'enseignants ont vu le jour sur la Toile. Soit sur une initiative venue des enseignants eux-mêmes, ou sous l'impulsion de décideurs politiques. Récemment, par exemple, le réseau Agora Sup a été créé en France à l'intention des acteurs de l’enseignement supérieur intéressés par les usages du numérique et des médias sociaux pour l’apprentissage, l’enseignement et l’insertion professionnelle des étudiants. Sa plate-forme recense les initiatives en innovation pédagogique ainsi que des kits pédagogiques. Plus anciens et très connus, les réseaux Sésamaths, WebLettres, Clionautes, etc.

L'émergence de ces réseaux disciplinaires, thématiques et parfois géographiques ne suit pas une trajectoire unique d'où l'intérêt de s'interroger sur les motivations qui y président mais aussi sur les conditions de leur réussite. Tel est l'objet d'un article de recherche d'Antonine Goumi qui analyse la mise en oeuvre des réseaux numériques d'enseignants.

Pourquoi se mettre en réseau ?

Une fois sortis des instituts de formation, les enseignants font l'expérience de l'isolement de la profession. En effet, ils se retrouvent seuls face à aux apprenants et souvent sans autres repères que les acquis de leur formation qui doivent être confrontés à la réalité du terrain. Car l'entraide entre enseignants est contraint de s'arrêter à la porte de la classe puisque dans l'immense majorité des situations, l'enseignant est seul devant la classe.

Une situation  qui, le moins qu'on puisse dire, impose de s'adapter et de se mettre à jour régulièrement. La mise en réseau vient donc répondre au besoin de rompre l'isolement. Elle offre l'opportunité pour les enseignants de pouvoir échanger des connaissances, des expériences et même des ressources. Les plus anciens dans la profession peuvent se servir de ce cadre pour communiquer les "tours de mains" aux novices qui en retour se feront les vecteurs des innovations pédagogiques.

Pour les réseaux numériques dont la vocation le plus souvent est de promouvoir l'intégration des  technologies de l'information et de la communication dans l'enseignement, le cadre sied à la diffusion des innovations et à des retours d'expérience sur les nouvelles pratiques conduites dans les salles de classe. Il aide les enseignants à devenir "familiers et confiants dans les technologies numériques, favorisant ainsi leur plus grande utilisation".

Au demeurant, le réseau quel que soit son objet et sa localisation contribue au développement professionnel et personnel de ses membres. Ce qui pourrait avoir un bénéfice indirect sur les performances académiques des élèves comme le montrent certaines études auxquelles fait référence Antonine Goumi.

Comment se mettre en réseau ?

Le point central de son article consiste à modéliser les conditions de réussite des réseaux d'enseignants. Parce que si des réseaux naissent, ils disparaissent aussi pour des raisons liées à leur fonctionnement mais aussi à leur genèse.

Les réseaux qui réussissent sont ceux qui émergent d'un processus ascendant. En d'autres termes, ils sont portés originellement par des enseignants ou ceux-ci ont été "intégrés et associés à leur construction".

De par leur fonctionnement, les réseaux qui obtiennent de bons résultats sont ceux qui accordent une grande marge de manoeuvre aux enseignants et de l'autonomie dans leurs actions. Entre autres éléments qui y participent : 

  • mettre l’accent sur l’auto-réflexion (la réflexion sur soi-même),
  • mettre en place des réunions en sous-groupes,
  • permettre de bâtir une communauté d’enseignants,
  • laisser de la place à la mise en œuvre de nouveaux outils technologiques ou de nouvelles méthodes en salle de classe.

D'une manière générale pour réussir le réseautage numérique des enseignants, voici quelques recommandations que propose l'auteure :

  • associer la communauté enseignante, en amont de la réalisation, dès la conception ;
  • s’appuyer sur les membres actifs de la communauté enseignante, souvent connus de leurs pairs ;
  • inciter à la contribution et la production collaborative des enseignants ;
  • mettre les enseignants en situation d’analyse réflexive des pratiques ;
  • privilégier une interface d’utilisation simple et épurée ;


RÉFÉRENCE :

Goumi, Antonine. "Réseaux numériques d'enseignants : comment réussir ?" Centre National de Documentation Pédagogique. 20 décembre 2012. http://www.cndp.fr/agence-usages-tice/que-dit-la-recherche/reseaux-numeriques-d-enseignants-comment-reussir-56.htm.

Illustration : trendywest, shutterstock.com

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné