Articles

Internet pour la santé en Afrique et en Océanie -

Par Louis-Martin Essono , le 28 avril 2000 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

L’un de ces programmes est le HealthNet, un réseau de télécommunications qui utilise des satellites en basse orbite pour échanger ou pour transférer de l’information médicale, via Internet, dans les pays en développement, surtout en Afrique. Son domaine d’intervention concerne en priorité la santé et l’éducation sanitaire.

En Afrique, observent les initiateurs du programme, les professionnels de la santé sont tenus à l’écart de l’évolution des sciences médicales. À cause des difficultés d’accès à l’information, ils communiquent très peu avec leurs collègues du Nord. Cette pauvreté de l’information compromet les soins. Aussi planifie-t-on trop souvent sans disposer de toutes les données objectives; les décisions prises reposant sur de l’information dépassée, les travaux de recherche risquent d’être inutiles.

Objectifs et activités du HealthNet

Pour améliorer les soins et rendre plus effectives la collaboration et la communication, le projet HealthNet été créé. Il permet d’instaurer la collaboration aussi bien entre les équipes du Sud et du Nord, qu’entre celles du Sud et même entre les divers acteurs du domaine de la santé. Les utilisateurs de HealthNet peuvent ainsi envoyer du courrier électronique à leurs collègues de tous pays. Désormais, il est possible à un médecin travaillant dans un hôpital rural d’envoyer des messages à ses collègues, où qu’ils soient dans le monde, à l’aide d’un ordinateur.

HealthNet donne également accès à des conférences électroniques permettant d’organiser des groupes de discussion où les professionnels de la santé peuvent échanger sur leurs besoins immédiats ou sur leurs intérêts. Ce projet contient par ailleurs des conférences importantes relatives à la santé et aux publications électroniques, comme

The Child Health Dialogue information.

On y publie aussi

HealthNet News,

journal qui publie des reportages sur tous les thèmes importants étudiés dans les pays développés et des articles de journaux médicaux. En outre, on peut lire l’

African Medical Librarians Bulletin,

journal réalisé par des acteurs de la santé en Afrique, le

WHO Library Digest for Africa,

édité par le personnel de la bibliothèque de l’OMS et le

WHO/AFRO Infodigest,

compilé par le centre de documentation de Brazzaville au Congo, qui éclaire sur les maladies tropicales et sur d’autres problèmes de santé relatifs soit au sida et aux maladies sexuellement transmissibles, soit aux maladies de la mère et de l’enfant.

Des moyens techniques appropriés

Les utilisateurs de HealthNet éprouvant souvent des difficultés d’accès aux bases de données internationales, SatelLife a obtenu la permission de la Bibliothèque Nationale de Médecine de créer des bases de données comme Medline, Toxnet, Cancerlitb, accessibles par e-mail et par BITNIS. SatelLife a aussi initialisé le programme

Library Partnership Program,

qui facilite l’accès aux ouvrages médicaux dans les bibliothèques des pays développés.

HealthNet repose sur deux satellites en basse orbite, sur des stations terrestres, sur des réseaux d’ordinateurs munis de téléphone et sur un système radio. Ce système fonctionne même dans les zones où l’infrastructure des télécommunications est faible. Chaque utilisateur est branché au réseau via les noeuds d’HealthNet dans les pays où le réseau opère. Ces noeuds sont des ordinateurs centraux qui relaient les messages depuis et vers chaque point du réseau comme un simple bureau de poste qui collecte et distribue le courrier. Le système permet également d’adresser des messages à destination d’Internet.

Un exemple concret de la coopération internationale

Financé par le Centre de Recherche sur le Développement International (CRDI, Canada), le projet connaît une grande expansion régionale et a un impact certain sur les populations; ainsi, dans le cadre du partenariat des bibliothèques, celle des sciences de la santé de l’Université Memorial est jumelée avec la bibliothèque médicale du Collège universitaire des sciences de la santé de Muhimbili, en Tanzanie. Au Mozambique, en Tanzanie et en Ouganda, les chirurgiens des grands brûlés utilisent HealthNet pour consulter les techniques de chirurgie reconstructive et les traitements applicables aux patients. En Gambie, les travailleurs n’ont plus besoin d’effectuer 700 km par semaine pour collecter les données en provenance des différentes cliniques.

Actuellement, HealthNet sert approximativement 4 000 personnes dans plus de 40 pays dont la majeure partie sont des pays africains : Afrique du Sud, Botswana, Burkina Faso, Cameroun, Erythrée, Gabon, Éthiopie, Gambie, Ghana, Kenya, Mali, Mozambique, Ouganda, Sénégal, Sierra Leone, Soudan, Tanzanie, Ouganda, Zambie, Zimbabwe, RDC. Le programme est aussi appliqué dans d’autres continents comme l’Asie, l’Amérique Latine, l’Europe et l’Océanie.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné