Articles

Publié le 11 juin 2013 Mis à jour le 29 octobre 2018

Les deux faces du manuel scolaire

Va t-on assister à la disparition des livres à l'école ?

Des manuels scolaires numériques. Pourquoi pas? Surtout, pourquoi pas davantage? Alors que les jeunes navignent sur Facebook, I tunes, crééent leurs propres blog, pourquoi la plupart des élèves doivent-ils se débrancher lorsqu'ils franchissent les portes de l'école?

Au fil du temps, Thot cursus a publié plusieurs articles sur ce sujet. Nous vous invitons à les consulter. Notamment ceux de Denis Lamontagne, Les manuels numérique arrivent et vont rester (2008) et D'Alexandre Roberge, Le manuel scolaire : une mal-aimé qui a encore sa place (2010). Une occasion de suivre l'évolution du manuel scolaire avec sa double personnalité: son côté papier, sa face numérique...

En avril dernier, Anthony Lozac'h posait la question Y aura-t-il encore des livres à l'école? sur le blog Éducation du SE-Unsa, École de demain.  Et qu'en pensent les éditeurs scolaires français?

Un manuel scolaire numérique pour qui?

 

On dirait parfois que le tandem élève-professeur rivalisent lorsqu'il est question de leurs besoins respectifs.  Nous comprenons ainsi que cette relation serve de base à la réflexion sur le manuel scolaire numérique. Est-ce que l'élève apprendra mieux avec un manuel aux possibilités plus interactives? Est-ce que le professeur pourra pratiquer une pédagogie tout aussi efficace? Les réponses fusent. Et entraînent avec elles d'autres questions.

À l'heure actuelle, comme dans tous les domaines, la question du contrôle  et de l'efficacité  pédagogique tout autant que des coûts d'achat et de maintenance de cette technologie en perpétuelle mouvance semblent ralentir l'arrivée des manuels scolaires numériques.  Considérant bien sûr que tout changement apporte avec lui des résistances. La nature humaine est ainsi faite. 

M. Lozac'h cite les données d'un sondage de la Sofres en 2009 qui expriment un accueil tiède de l'implantation de l'ordinateur portable des collégiens « 45% des enseignants estiment que l'ordinateur offre de nouvelles possibilités d'enseignement. Pour un professeur sur deux, l'arrivée de l'ordinateur dans les classes a alourdi les tâches de gestion et de surveillance des élèves (55%). »

Pour qui l'implantation du manuel numérique constitue-t-il un avantage? La question est simplement posée mais on le devine, sa réponse plus complexe. Nous le savons, qu'il s'agisse de formation à distance au niveau universitaire ou de l'arrivée du manuel scolaire numérique aux niveaux primaire et secondaire, le professeur angoisse et craint de se voir remplacer par la technologie. L'angoisse peut être légitime, car son rôle est, et sera transformé. Devant la réalité grandissante de la formation à distance aux niveaux supérieurs comme de l'instruction à domicile de jeunes en âge d'être scolarisés, le numérique s'impose. L'école, ses administrateurs et ses professeurs,  se préparent aux changements profonds qu'ordonnent la réalité du numérique.

Un manuel scolaire numérique, une source parmi d'autres

 

Le professeur et l'élève peuvent accéder au savoir de multiples manières. Diverses sources numérisées pourraient accompagner l'enseignant et l'élève dans la construction pédagogique et du savoir. Aussi, le manuel scolaire devient un outil parmi d'autres. Les éditeurs scolaires compétitionnent avec de multiples ressources disponibles sur la Toile tel que des films historiques, des oeuvres médiévales ( pensons à la Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux BVMM que Thot vous présentait récemment ). Toutes plaçant l'élève en contact avec le contenu da manière plus concrète et surtout plus diversifiée.

Les exemples de supports d'apprentissage sont innombrables. Mais attention, le manuel numérique nécessite de nouvelles collaborations tout autant qu'une modification des rôles des éditeurs et des enseignants.  Ceux-ci pourraient se voir adjoindre celui « d'inspecteurs des contenus éditorialisés. » Ce qui pourrait garantir leur expertise pédagogique, tout en offrant aux éditeurs l'avantage de liens directs avec le milieu scolaire. Cette collaboration, prend déjà forme chez certains éditeurs tel que lelivrescolaire.fr ou Sesamaths.

Ce qui reste étonnant, c'est que nous parlions du « futur manuel scolaire numérique » le projetant dans l'avenir, alors que le présent  « est » numérique. Antony Lozac'h voit dans ce futur, un manuel scolaire « dématérialisé » et envisage déjà que « l'achat de séries de livres papier sera remplaçé par le cartable numérique. »

Il n'est pas le seul à prévoir une baisse des prix des tablettes électroniques avec toutes leurs potentialités de remplacement du sac d'école alourdis de livres. Oui, les éditeurs, les professeurs ne peuvent plus nier las avantages que le numérique offre aux élèves: visualisation en 3D, transformer les leçons basées sur des résumés ennuyeux et annecdotiques en chroniques plus vivantes.

Le manuel scolaire tel qu'on le connaît est voué à se voir adjoindre un volet de services : « relier les savoirs, les disciplines, faciliter les apprentissages par des activités de feedback automatisées. » Oui, on peut apprendre en jouant. Tout un défi pour les éditeurs scolaires d'ailleurs. Les professeurs enseigneront autrement, avec un équipement qui modifie leur rôle. Mais un défi demeure, celui de réfléchir à l'évaluation des élèves.

M. Lozac'h n'est pas le seul à voir que cette avancée numérique porte avec elle de réelles potentialités. Dans de nombreux pays, il s'impose pour sa mobilité, ses mises à jour fréquentes, son interactivité. La norme e-Pub 3 est la norme internationale pour les manuels numériques. Le manuel scolaire dans le monde et les normes internationales publié par le Groupe de travail québécois sur les normes et standards en TI pour l'apprentissage, l'éducation et la formation, en 2011, trace un tableau intéressant de la question. 

Manuels papier et numérique: c'est aussi l'affaire des éditeurs scolaires

 

On ne saurait négliger la place des éditeurs scolaires dans cette réflexion sur le cheminement du numérique. Un éditeur scolaire va bien au-delà de la mise en page et du choix d'illustrations. Les concepteurs de manuels scolaires participent au travail intellectuel, encadrent les auteurs. Ce sont eux qui ouvrent les possibilités éducatives qu'offrent les nouvelles technologies.

Qu'il soit papier ou numérique, il faut se rappeler que le manuel scolaire constitue, selon Sylvie Marcé, PDG des Éditions Belin et Présidente du Groupe des éditeurs scolaires du syndicat nationale de l'édition, un « guide de voyage » des apprentissages. Peu importe sa forme, le manuel scolaire « opère des choix et structure l'enseignement fondamental au service d'un approfondisement personnel de l'élève ou par le biais de l'enseignant.»

Les potentialités de l'intégration des technologies en éducation sont évidentes. Comme on le sait, l'arrivée du manuel numérique implique l'usage de l'ordinateur en classe. On le sait le tableau blanc interactif, les tablettes interactives, toutes ces technologies occupent une place de plus en plus grande. Et on n'y échappe pas, il faut bien sepencher sur le prix de la facture. Tous ces nouveaux outils appellent une nouvelle économie scolaire: coûts de création éditoriale, coûts de recherche de nouveaux médias, les droits de reproduction, les développements liés aux technologies d'animation. Mais selon Sylvie Marcé, « l'économie liée à l'impresion et au papier est-elle largement réduite par ces coûts supplementaires? » Il semblerait que non.

La position des éditeurs scolaires exprime un ancrage dans la société actuel du numérique avec la reconnaissance que ce numérique passe par l'écrit. Ils semblent que pour eux, le travail pédagogique doit s'envisager dans une optique de complémentarité entre le numérique et le papier. La manuel scolaire conserverait possiblement une double personnalité.

Des livres « dénonciateurs »

 

De nouveaux logiciels d'e-book de cours « Course smart » pourraient satisfaire les tenants d'un contrôle des aprentissages des étudiants. En effet cet outil permet de contrôler la fréquence de consultation de chaque page par l'étudiant ainsi que la durée de la lecture et s'il a pris des e-notes.

Ce nouvel outil a fait l'objet d'un article paru dans New York Times où témoignait Tracy Hurkey, directrice de l'école de commerce de Texas A&M qui a adopté cet outil et qui serait prête à l'implanter dans leurs cours...

Et les étudiants, bien conscients de ce mécanisme de contrôle, s'amuseront à le contourner. D'ailleurs si, au lieu de chrecher à les contrôler,  on misait plutôt sur leur intérêt à apprendre avec contenus surprenants et des stratégies qui stimulent leur  leur créativité? On l'a vu précédemment tout est disponible pour répondre à leurs besoins de développement.

Pour répondre à la question d'Antony Lozac'h Y aura-t-il encore des livres à l'école?  Même si le train avance lentement, la question est plutôt combien de temps encore? Pour d'autres, le manuel scolaire conservera encore sa double personnalité, papier-numérique.

Il semblerait que l'utilisation des nouvelles technologies en enseignement soient encore bien souvent associée qu'à des expérimentations. Par ailleurs, il semble bien que le manuel scolaire numérique, oeuvre de plusieurs créateurs, s'infiltre auprès des élèves.  Eh oui, les enseignants participeront à sa conception. Eh oui, les élèves y apprendront autrement. Dans le plaisir des interactions avec leurs pairs avec leurs enseignants, du 3 D, de l'accès à des contenus accessibles que par le numérique. Et qui sait, avec la ruse de déjouer les manuels « dénonciateurs »...

Sources:

 

Lamontagne, Denys, Les manuels numérique arrivent et vont rester, Thot cursus, Décembre 2008. Consulté le 10 juin 2013. http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/1217/les-manuels-scolaires-electroniques-arrivent-vont/

Roberge, Alexandre, Le manuel scolaire : une mal-aimé qui a encore sa place. Consulté le 10 juin 2013. http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/7053/manuel-scolaire-mal-aime-qui-encore/

Lozac'h Anthony, L'école de demain, Y aura-t-il encore des livres à l'école? Impacts du numérique  sur le devenir du livre scolaire. Consulté le 6 juin 2013. http://ecolededemain.wordpress.com/2013/04/24/y-aura-t-il-encore-des-livres-a-lecole-impact-du-numerique-sur-le-devenir-du-livre-scolaire/

Oremus, Will, State-fr. Après Big Brother, les livres de cours qui dénoncent les élèves qui ne lisent pas. Consulté le 10 juin 2013. http://www.slate.fr/life/70593/ebook-espion-denoncer-lire-eleves

Lelivrescolaire.fr. Consulté le 6 juin 2013. http://lelivrescolaire.fr/

Sesamath. Consulté le 10 juin 2013. http://www.sesamath.net/

Payette, Réjean, Consulté le 6 juin 2013.  http://www.gtn-quebec.org/modele-edition/files/2011/11/9-R%C3%A9jean-Payette.pdf

Marcé, Sylvie, Le manuel numérique, Les enjeux du manuel scolaire à l'ère du numérique. Consulté le 10 juin 2013. http://www2.cndp.fr/dossiersie/66/pdf/142358-18788-24403.pdf

GTN-Québec, Groupe de travail québécois sur les normes et strandards en Ti pour l'apprentissage, l'éducaion et la formation, 22 mai 2013. Consulté le 6 juin 2013. http://www.gtn-quebec.org/modele-edition/wp-content/blogs.dir/7/files/2013/05/Manuel_cours_electronique_enjeux_adoption.pdf

Bibliothèque virtuelle  des manuscrits médiévaux, Institut de recherche en histoire des textes. Consulté le 6 juin 2013. http://bvmm.irht.cnrs.fr

llustration: Martan,  Shutterstock.com


Mots-clés: Manuel Transmission des connaissances Manuels manuel scolaire manuel numérique

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !

Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !