Articles

Le livre numérique est-il bienvenu dans les bibliothèques ?

Un ouvrage numérique se prête beaucoup moins facilement qu'un ouvrage papier. Comment alors l'intégrer à l'offre de prêt des bibliothèques ?

Par Alexandre Roberge , le 09 juin 2013 | Dernière mise à jour de l'article le 21 août 2013

Régulièrement, un média ose parler de la mort du livre et pourtant, le nombre de livres imprimés croît année après année. La double édition (papier et numérique) gagne du terrain, du moins pour les nouveaux ouvrages. Malgré tout, en 2011 seulement 15 % des ouvrages imprimés existaient aussi sous forme numérique. 15 % seulement, ou 15 % déjà ? Il semble bien qu'il faille faire avec les livres numériques, y compris dans les bibliothèques. 

La présence de ce nouvel objet occasionne, comme nous le rappelle Francine Clément, une réflexion intense chez les bibliothécaires. Comment survivre au livre numérique ? Les bibliothèques devront-elles gérer des filiales de type Netflix ? Les bibliothécaires deviendront-ils, comme le propose Silvère Mercier, auteur du blogue Bibliobsession, des médiateurs du contenu imposant qu'offre le Net ?

Mais pour percer, le livre numérique va sans doute devoir devenir plus aimable.

Un accès très contrôlé aux ouvrages numériques

Car le livre numérique ne bénéficie pas encre, loin s'en faut, de tous les avantages qu'offre son rival de papier.

Le livre numérique offre une nouvelle façon d'accéder aux savoirs et de les partager. Comme les oeuvres musicales, les livres numériques sont soumises au piratage, qui met en péril un modèle économique basé sur le contrôle de la rareté. Doit-on alors incriminer les internautes pirates, et seulement eux ? Silvère Mercier, qui a donné une intéressante conférence au printemps 2013, estime que le monde de l'édition du livre numérique fait tout pour provoquer le piratage. Déjà, les constructeurs de liseuses numériques et de tablettes conçoivent des environnements fermés. Par exemple, les ouvrages achetés pour un Kindle ne peuvent être utilisés qu'avec les liseuses Kindle. Et même si l'usage du format EPUB se généralise, il reste encore des formats impossibles à partager.

Les éditeurs non plus n'aiment pas l'idée que leurs publications puissent être partagées. Conséquemment, ils ont mis en place des DRM (Digital Rights Management). Ces systèmes obligent l'acheteur à s'identifier en ligne pour qu'il puisse accéder à son ouvrage. Cela contraint les usagers des bibliothèques à louer des livres chronodégradables. En effet, comme dans Mission : impossible, l'oeuvre s'autodétruira et ne sera plus accessible après un certain temps. La conséquence de cette limite est bien connue : alors que les livres papier circulent énormément entre les lecteurs qui se les prêtent, se les offrent et se les rachètent, les livres numériques restent des objets individuels, des plaisirs solitaires. Et les éditeurs ne semblent pas prêts à revoir leur position, bien au contraire. Pour ajouter encore un peu de matière à ce tableau déjà peu reluisant, signalons que la plupart des éditeurs ne proposent pas un format unique d'annotations. Ce qui empêche leur exportation et leur partage entre usagers.

Pour Mercier, cette idée que plus de partage équivaut à moins de ventes est absurde. Plus un livre a de succès, plus on a envie de l'acheter ! De nombreux modèles d'accès moins restrictifs existent et ils n'empêchent pas les ventes. Il y a, par exemple, l'abonnement mensuel à un site pour accéder à des ouvrages. D'autres, comme Youboox, proposent le libre accès publicitaire, ce qui veut dire qu'il offre des titres en accès libre avec des publicités qui ne se retirent que lorsque l'usager paie pour un compte premium. Des écrivains se soumettent même au financement participatif. Les internautes rendent ainsi leur œuvre libre de se propager sur la Toile. Sur unglueit, les auteurs décident d'un montant qui, selon eux, couvrirait leurs frais et les gens peuvent décider si, oui ou non, l'oeuvre mérite un don et qu'elle circule.

Les bibliothécaires médiateurs

Les livres numériques souffrent d'un autre défaut : l'impossibilité, dans un système aussi décentralisé que le net, d'avoir une idée globale de ce qui sort, et de la qualité des ouvrages publiés.

Aux États-Unis, pour aider les bibliothèques universitaires dans leur sélection d'ouvrages, eBrary offre aux étudiants l'accès  à plus de 600 000 titres pendant une certaine période. Pendant ce temps, le site note les titres les plus consultés, qui peuvent ensuite être achetés par la bibliothèque. Il semble que cela fonctionne très bien parce que, sur les campus qui emploient eBrary, les étudiants vont davantage à la bibliothèque puisque la collection correspond à leurs besoins.

Silvère Mercier affirme donc qu'il est peut-être temps pour les bibliothécaires de changer de rôle : de gestionnaires de collections, ils deviendraient médiateurs. Sur Internet, plus de 400 millions de livres sont publiés sous licence Creative Commons. Certes, il s'agit souvent de livres publiés par leur auteur ou par des maisons d'édition moins prestigieuses que celles qui ont pignon sur rue dans les capitales culturelles du monde entier; mais cela ne veut pas dire que tout ce qui s'y trouve est mauvais. Au contraire, il y a dans cette masse un pourcentage important de publications dignes d'intérêt. Mais voilà, l'usager ne peut se retrouver dans cette mer d'informations. Aux bibliothécaires, donc, de les guider dans le dédale des livres numériques !

Des changements vont donc s'opérer en matière de livres numériques dans les bibliothèques. Le réseau Carel avait déjà publié une série très intéressante de recommandations qui insistent sur le côté nocif des DRM pour les livres numériques en bibliothèque. Il y a quelques semaines en France, le rapport Lescure sur l'Acte 2 de l'exception culturelle apportait quelques points dignes d'intérêt pour les bibliothèques. Il y était souligné l'importance pour les éditeurs de développer avec les établissements une politique d'usages collectifs des ouvrages. Encore heureux ! Sans être parfait, le rapport pourrait aider les bibliothécaires à affirmer leur nouveau rôle de médiation. À eux de s'assurer qu'il ne soit pas passé à la trappe et que leurs revendications ne soient pas oubliées par les instances publiques.

 

Références :

Clément, Francine. "Pistes de réflexion pour les bibliothèques à l'ère du numérique." Thot Cursus. Dernière mise à jour : 16 avril 2013. http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/19924/pistes-reflexion-pour-les-bibliotheques-ere/.

ebrary. http://www.ebrary.com/corp/.

Gary, Nicolas. "L'heure n'est pas venue pour les éditeurs d'enlever les DRM (A. Nourry)." ActuaLitté - Les univers du livre ActuaLitté - Les univers du livre. Dernière mise à jour : 16 mars 2012. http://www.actualitte.com/acteurs-numeriques/l-heure-n-est-pas-venue-pour-les-editeurs-d-enlever-les-drm-a-nourry-32801.htm.

Lamontagne, Denys. "Bibliothèques : vers une mutuelle «Netflix» de la création." Thot Cursus. Dernière mise à jour : 15 mai 2013. http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/19923/bibliotheques-vers-une-mutuelle-netflix-creation/.

Mercier, Silvère. "Le livre numérique : état des lieux et enjeux pour les bibliothèques : la vidéo" Bibliobsession | Le blog d'un bibliothécaire bibliobsédé des bibliothèques. Dernière mise à jour : 19 avril 2013. http://www.bibliobsession.net/2013/04/19/le-livre-numerique-etat-des-lieux-et-enjeux-pour-les-bibliotheques-la-video/.

Mercier, Silvère. "Pour en finir avec le prêt de livres numériques dans les bibliothèques, quels modèles d’accès ?" Bibliobsession | Le blog d'un bibliothécaire bibliobsédé des bibliothèques. Dernière mise à jour : 22 février 2013. http://www.bibliobsession.net/2013/02/22/pour-en-finir-avec-le-pret-de-livres-numeriques-dans-les-bibliotheques-quels-modeles-dacces/.

Mercier, Silvère. "Rapport Lescure : du positif pour le livre numérique en bibliothèque" Bibliobsession | Le blog d'un bibliothécaire bibliobsédé des bibliothèques. Dernière mise à jour : 4 juin 2013. http://www.bibliobsession.net/2013/06/04/rapport-lescure-du-positif-pour-le-livre-numerique-en-bibliotheque/.

Réseau Carel. "Recommandations pour le livre numérique en bibliothèque publique." Réseau Carel | Coopération pour l’Accès aux Ressources Numériques en Bibliothèques.  http://www.reseaucarel.org/page/recommandations-pour-le-livre-numerique-en-bibliotheque-publique.

unglue.it. https://unglue.it/.

Youboox - Des ebooks gratuits dans votre bibliothèque numérique. http://www.youboox.fr/fr.

Illustration : ALEXANDER V EVSTAFYEV, shutterstock

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné