Articles

Publié le 11 juin 2013 Mis à jour le 25 octobre 2013

Presses universitaires : de plus en plus numériques

Second palmarès des presses universitaires

Le premier palmarès des presses universitaires (PU) (2012) soulevait beaucoup de questions à propos de la situation des PU par rapport à l’édition électronique : technologies, mise en marché, gestion des droits d’auteur, politique institutionnelle, interaction académique. . .  La plupart de ces questions sont toujours pertinentes.

De 2012 à 2013, nous sommes passés de 8 à 12 presses universitaires qui offrent la plupart de leurs titres au format électronique, généralement en plus de la version papier; il en reste encore 25 qui n’en offrent pratiquement pas : 66 % restent résolument fidèles au papier.

Même s’ils pourraient augmenter la diffusion de leurs ouvrages éminemment spécialisés, l’effort financier initial, les compétences technologiques nécessaires, une politique institutionnelle conservatrice, la gestion des droits ou simplement la tradition pèsent en faveur du statu quo.

Une politique numérique cohérente

 

Une politique institutionnelle numérique semble bien être la condition essentielle pour qu’une presse universitaire fasse le saut vers le numérique. Une telle politique vient avec un budget, des pratiques, des concertations, des compétences et un savoir faire qui s’illustre indirectement par la présence sur les réseaux. Ainsi 8 des 12 PU numériques sont présentes sur les réseaux, certaines ont même des chaînes sur You Tube, alors que seulement 5 des 25 éditeurs «papier exclusivement» ont une présence minimale sur Facebook ou Twitter.

On s’est demandé si la taille d’une université était un facteur important dans le virage numérique de ses presses. Il y a assurément une corrélation, mais elle perd de son importance du fait qu’il existe maintenant des services comme le Comptoir des presses d'université ou encore Cantook qui se chargent de l’infrastructure de distribution numérique. On trouve également des logiciels d’édition de livres électroniques de plus en plus performants. Le frein technologique s'amenuise et une petite université peut aller vers le numérique sans que cela ne lui coûte une fortune.

Les ventes de livres électroniques plafonnent actuellement pour plusieurs raisons, cependant, ceux qui lisent des livres électroniques sont plus éduqués que la moyenne et lisent beaucoup plus que la moyenne. Il serait fâcheux de se priver de cette clientèle quasi sur mesure pour les PU.

Les étudiants !

 

Dans un contexte éducatif où presque tous les étudiants sont branchés et équipés, il est presque inconcevable que des presses universitaires ne profitent pas de ce fait : leur clientèle première les attend encore.

Il peuvent entrer en relation avec eux d’une manière impossible à entretenir avec le papier seulement : certaines PU comptent plus de 1000 abonnés Twitter ou Facebook, les vidéos de leurs auteurs comptent plus de 100 000 vues, etc. Et ceci sans compter les possibilités d’interaction directe encore sous exploitées et qui ne manqueront pas d’évoluer encore, que ce soit au niveau des mises à jour des ouvrages, des communautés de lecteurs, ou simplement des relations avec les auteurs.

Qu’attendent les PU pour se lancer dans l’édition électronique ? Il est temps d’appeler leur recteur.

Juin 2013

 

Palmarès Thot Cursus des presses universitaires offrant des livres électroniques.   (sur Google Docs)

 





Mots-clés: Rapport Marche Édition En Ligne Édition Électronique Questions Palmarès Édition Gestion Droits interaction Presses universitaires Propos Situation

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !