Articles

Aiguill’ART : pour intégrer les TIC dans les cours d'Arts visuels

Un site qui donne d'excellentes pistes !

Par Thot , le 22 novembre 1999 | Dernière mise à jour de l'article le 04 juin 2012

L’intégration des TIC dans la pratique et l’enseignement des arts visuels est un sujet qui fait l’objet de nombreux débats.

Yvan Lessard, spécialiste en enseignement des arts plastiques, affirme que le pourcentage des initiés en matière de TIC au Québec tourne autour de 30 %. Une projection timide prévoit que dans dix ans, 60 % des enseignants auront intégré l’ordinateur à l’enseignement des arts visuels.

Pourtant, l’art informatisé présente de nombreux aspects positifs et n’exige pas l’abandon de la matière au profit de la technologie. Ce sont les étapes de création de l’image qui diffèrent, apportant, bien souvent, une économie de temps et de moyens.

Imaginez-vous en train de faire un tableau grand format. Une fois la composition terminée, vous décidez que plus rien ne va : ni les couleurs, ni la forme, ni la texture ne correspondent tout à fait à votre idée. C’est alors qu’intervient un long processus de transformations de l’image, de retraits, d’ajouts, jusqu’à ce que, avec une bonne quantité de matériaux en moins, vous conveniez finalement que vous êtes arrivé à la composition recherchée.

L’usage des TIC dans l’enseignement des arts plastiques permet de transformer, au rythme de l’imagination, formes, lignes, couleurs, et structures, facilitant ainsi la maîtrise du langage plastique. La progression de l’image observe le même processus de création, d’essais et d’erreurs, de transformations et de retours en arrière que le peintre; mais cette fois, il est instantané. L’utilisation des ressources infographiques devrait être perçue comme complémentaire au processus créatif plutôt que de faire l’objet de débats; en effet, cette méthode rehausse la qualité de l’image au lieu de l’appauvrir.

Aiguill’ART est un site qui favorise l’intégration des ressources technologiques dans l’enseignement des arts visuels. Véritable fourmilière d’idées, on y propose une multitude d’activités interactives, de projets détaillés, d’expérimentations, de ressources variées en matière d’infographie (logiciels, cédéroms, trucs techniques) alimentées d’une banque d’informations diversifiée, ainsi que d’un musée virtuel comptant plus de 1 000 oeuvres réalisées par des élèves des niveaux préscolaire, primaire et secondaire. Tout a été pensé en vue de créer un environnement voué à l’apprentissage des TIC comme moyen d’expression dynamique et de soutien à l’enseignement des arts plastiques.

Le site est structuré en quatre sections :

  • Musée,
  • Projets,
  • Art numérique,
  • Plus.

 

Deux pédagogues, Michel Quintin et Yvan Lessard, sont à l’origine de cette initiative lancée en Estrie il y a environ cinq ans. Constitué d’une équipe de collaborateurs, Aiguill’ART propose une structure d’échange multidirectionnelle entre les enseignants et enseignantes en arts plastiques, les responsables de programmes d’art, les élèves ainsi que d’autres intervenants ou intervenantes en arts visuels. Le site fait aussi partie du projet de serveur régional Station05, lequel regroupe plusieurs Commissions scolaires de l’Estrie qui ont conçu des projets axés sur la formation, la recherche et le développement d’expertise et de réseaux d’expertise en vue de faciliter l’intégration des TIC.

Gardant toujours à l’esprit la nécessité d’expérimenter, Aiguill’Art collabore également avec d’autres organismes comme les étudiants de l’Université Laval de Québec et l’association Clic’Art de Toulouse, échange qui a donné lieu au concours La touche virtuelle. De plus, sous la bannière de la Puce aux oeufs d’art, Aiguill’ART participe depuis deux ans à une activité d’échanges "estrienne", lieu de partage des connaissances, où l’on présente les projets réalisés par les enseignants en arts plastiques et les travaux d’étudiants; vous pourrez les consulter sous la rubrique Projets dans la liste des activités.

Aiguill’ART incite également les enseignants à s’affilier à un autre réseau de communication, soit l’AQÉSAP (Association québécoise des éducatrices et éducateurs spécialisés en arts plastiques). Cet organisme sans but lucratif regroupe plus de 450 membres oeuvrant en éducation artistique dans les secteurs préscolaire, primaire, secondaire, collégial et universitaire. Certains de ses membres sont impliqués dans le réseau des Affaires culturelles, notamment au niveau des musées et des maisons de la culture, alors que d’autres relèvent des Affaires sociales par le biais des garderies et d’autres organismes. À la suite d’ateliers portant sur l’utilisation de l’ordinateur, le Comité Arts et nouvelles technologies (Comité ANT) a vu le jour lors du congrès de I’AQESAP en 1995; dès les premières réunions du comité, il est apparu primordial de promouvoir l’utilisation des technologies nouvelles et la formation continue des enseignants en arts plastiques en ce domaine.

Aiguill’Art est un site qui démontre avec brio comment utiliser les ressources technologiques dans l’enseignement des arts visuels. La diversité des projets et des ressources disponibles, autant au niveau technique que documentaire, et la visualisation des travaux réalisés par les étudiants devraient inspirer plus d’un étudiant et d’un enseignant à faire le grand saut.

L’utilisation des outils infographiques comme moyen d’expression n’est pas une fin en soi, car on sait que c’est l’acte de création qui doit primer. Mais pourquoi ne pas tenter cette aventure infographique tout en conservant la sensualité de la matière? Comme le dit si bien Yvan Lessard dans son article "La réalité québécoise en matière de TIC et enseignement des arts visuels" : « Il faut être de son temps et utiliser les techniques de l’heure, sans toutefois aller trop loin et perdre de vue l’essentiel au profit d’une recherche plutôt technique ».

Aiguill’ART

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné