Articles

Feux d'artifice : une lueur environnementale s’allume

Des feux plus brillants et moins polluants; une préccupation symbolique.

Par Denys Lamontagne , le 19 juillet 2013 | Dernière mise à jour de l'article le 22 juillet 2013

Fêtes nationales et événements de foule sont souvent couronnés par un feu d’artifice. Objets d’admiration, ces splendides apparitions de formes, de lumières et de son représentent le fruit d’un savant mélange d’oxydants, de propulseurs, de combustibles, de liants et d’agents colorants dans des proportions et des séquences uniques à chaque effet recherché.

Mais comme sur notre planète tout ce qui monte finit par redescendre, ces dizaines voire ces centaines de kilos de feux d’artifice expédiés dans les airs se décomposent sous forme de fumées, de gaz, de débris et de particules qui se répandent dans l’air, dans l’eau et sur le sol.

Les voisins irrités

Un cas parmi d’autres, les voisins de parcs d’attractions de Walt Disney apprécient sans doute le feu d’artifice de fin de soirée, mais au bout d’un certain temps, la fumée et les particules qui ne manquent pas de se diffuser commencent à irriter un peu tout le monde. État d’alerte aux relations publiques car il ne s’agit pas d’un événement sporadique mais bien régulier et systématique.

Si ce cas est emblématique et a incité les concepteurs de feux d’artifice à se pencher sur le problème, ce même problème se retrouve partout.  Il suffit de conditions humides pour que la fumée vienne gâcher le spectacle lui-même.  On a donc plusieurs motivations pour innover un peu.

Parmi les innovations, on a mis au point des canons pneumatiques ou des catapultes pour expédier les explosifs dans les airs et ainsi s’épargner une partie de la poudre de propulsion.

Mais le véritable problème se trouve du côté des perchlorates, ces produits relativement stables qui sont d'excellents propulseurs et ne coûtent pratiquement rien à synthétiser. Les perchlorates ont de grands avantages mais aussi plusieurs effets négatifs sur la santé, sont hautement solubles et se diffusent rapidement dans les nappes phréatiques. Comme ils ne brûlent jamais complètement dans les explosions, ils s'accumulent proportionnellement au nombre des pièces pyrotechniques utilisées et persistent plusieurs semaines dans l’environnement. À ces produits s’ajoutent les différents métaux et sels utilisés pour les couleurs, la plupart inoffensifs mais certains, comme le baryum, nettement plus toxiques.

Sans grande importance pour des événements ponctuels de taille réduite, les émanations le sont beaucoup plus si la fréquence augmente.  Il fallait une solution.

Ainsi on commence graduellement à remplacer la poudre noire et les perchlorates par de nouveaux composés nitreux (azotés) qui ne font pas de fumée et du coup permettent égaiement de réduire la quantité d’agents colorant et donnent des feux plus brillants.

La Chine comme concurrent

Le seul hic est que les produits nitreux de remplacement sont deux fois plus coûteux et que peu de producteurs sont en mesure de concurrencer les produits chinois. Alors les produits «écolos» demeurent généralement confinés aux usages spécialisés, comme les spectacles intérieurs. les feux de prestige et les usages «sécuritaires» : sécurité civile et armée. Cependant, il faut bien commencer quelque part et les meilleures innovations finissent toujours par s’étendre.

Même si par rapport aux feux de forêts, aux guerres, aux raffineries, aux aéroports et aux embouteillages l’impact environnemental des feux d’artifice parait bien anodin, cette préoccupation écologique s’inscrit dans un courant que l’on est bien heureux de voir s’affirmer jusqu’au dessus de nos têtes en des feux toujours plus spectaculaires.


Pour en savoir plus :

Pyrotechnics For The Planet dans Chemical & Engineering News - 2008

Fireworks! - dans Chemical of the week - 2009

Anatomy of a Firework dans Nova Online - 2002

À quand des feux d’artifice écolos? - Science Presse - Marine Corniou, août 2009.

Photo : Colorful firework in a night sky, Shutterstock 104278352, elen_studio

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné