Articles

Burkina Faso : vive enfin l’école... gratuite***

Par Louis-Martin Essono , le 26 août 2007 | Dernière mise à jour de l'article le 22 octobre 2008

&t;img src="http://www.lefaso.net/IMG/jpg/Eleves3-7.jpg" width="168" height="132" align="right"> Le programme Education Pour tous tire à sa fin. Les objectifs sont loin d’être atteints pour les quelques huit années qui restent pour arriver à l’horizon 2015. Parmi les actions attendues depuis des lustres, l’accès à l’éducation des enfants.

Le Burkina Faso vient de prendre des mesures en faveur de l’accès gratuit de tous les enfants à l’école.

Le Burkina connaît un taux d’analphabétisme très élevé en Afrique et dans le monde. Selon un rapport de l’Unesco L’éducation au Burkina Faso : faits et chiffres (pdf) , la population est estimée à 12 000 000 d’habitants dont 49% âgée de moins de 15 ans. Le Burkina occupe la 172e place sur 175 dans le classement du PNUD sur le développement humain durable. Ce rapport note qu’en 2002, la population scolarisable chez les enfants de sept ans était de 402 041 dont 198 298 filles et 203 744 garçons. Le taux brut d’admission enregistré était de 52,9%, excluant ainsi plus de 47% des enfants de l’école. Le taux de scolarisation, le plus faible de l’Afrique, amène 58 % des enfants burkinabés à l’école primaire et à peine 19 % au 1er cycle de l’enseignement secondaire.

D’une manière générale, les députés prévoient l’accès gratuit à l’enseignement de base public, du primaire au collège, et la scolarisation obligatoire pour les enfants âgés de 6 à 16 ans. Cette décison connaît des mesures d’accompagnement, tels un vaste programme de construction d’écoles primaires et secondaires et l’offre gratuite des manuels scolaires aux élèves de toutes les écoles primaires, publiques et privées, soit environ 3 millions de manuels scolaires qui vont être distribués. Cette décision soulève cependant des réserves alors que beaucoup condamnent la précipitation des pouvoirs publics.

Il est temps que se remuent tous ces pays du Sud qui ont bénéficié des largesses de la communauté financière internationale pour que les secteurs sociaux, comme la santé et l’éducation contribuent véritablement à la réalisation des Objectifs du Millénaire.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné