Articles

Festivus, fête, festival : patrimoine vivant

Culture immatérielle à l'UNESCO

Par Francine Clément , le 23 juillet 2013 | Dernière mise à jour de l'article le 25 septembre 2013

L'UNESCO contribue à faire reconnaître et à sauvegarder les traditions et expressions vivantes de l'humanité, en inscrivant sur la liste du patrimoine immatériel diverses manifestations intangibles du patrimoine culturel mondial. La convention du patrimoine immatériel fête ses 10 ans en 2013 et, depuis 2008, on y a inscrit près de 300 éléments, présentés par les communautés elles-mêmes comme des éléments représentatifs de leur culture. Un comité de l'UNESCO les évalue et, éventuellement, les choisit, selon des critères très précis de représentativité. 

Certaines pratiques sociales, des rituels et des événements festifs, et notamment des festivals, sont inscrits à cette liste mondiale du patrimoine culturel immatériel. Dans la section du site internet de l'UNESCO consacrée à ce patrimoine fragile, on peut lire toute la documentation ayant servi à faire reconnaître les éléments inscrits et, pour chacun d'entre eux, on retrouve une courte vidéo de présentation, un diaporama et un résumé de ce que représente l'élément pour la communauté de provenance. 

Le fest-noz, ("fête de nuit" en breton), un rassemblement festif basé sur la pratique  collective des danses traditionnelles de Bretagne en est un exemple et est inscrit à la liste depuis 2012.  Danseurs, chanteurs et musiciens participent à cette fête conviviale, peut-on lire dans le dossier de candidature et voir dans la vidéo de présentation d'une dizaine de minutes, où les générations et les classes sociales se mêlent dans un esprit d'ouverture à l'autre et qui permet non seulement de sauvegarder et de transmettre des traditions, mais aussi de favoriser la création dans le cadre d'une pratique vivante.

Le Naadam, festival traditionnel mongol en est un autre exemple. Durant cet événement qui se déroule en juillet à chaque année, trois jeux traditionnels liés à la vie nomade sont à l'honneur : lutte, tir à l'arc et course de chevaux. Des rituels et des pratiques traditionnelles (musique, chant, artisanat, ...) sont également des composantes de ce festival qui a lieu dans toute la Mongolie. La vidéo de présentation du Naadam ("jeux" en mongol) permet notamment de voir les étonnants mouvements ritualisés des lutteurs avant et après le combat et les enfants-cavaliers qui peuvent concourir dans leur propre catégorie à la course de chevaux.

Les internautes apprécieront de pouvoir aisément faire des recherches sur ce patrimoine festif par mot-clé, par pays, par année, par continent, par type de sauvegarde (urgences, meilleures pratiques, ...) ou par catégories, afin de découvrir les festivals d'autres bouts du monde : le Ramman, un festival religieux et théâtre rituel dans l'Himalaya, en Inde, le festival du Bateau-Dragon en Chine ou de Saint François d'Assise en Colombie, le festival des cerises de Sefrou au Maroc ou le Festival de lutte à l'huile de Kirkpinar, en Turquie.  Plus qu'une invitation au voyage et à la fête, le site de l'UNESCO permet surtout de saisir toute l'importance patrimoniale de ces rassemblements pour les communautés culturelles qui veulent les garder bien vivants.  

 

Sources :

UNESCO Listes du patrimoine culturel immatériel et registre des meilleures pratiques de sauvegarde [consulté le 22 juillet 2013] : http://www.unesco.org/culture/ich/fr/listes

Image d'en-tête : Galyna Andrushko, Shutterstock.com

Image dans le corps du texte : capture d'écran de la vidéo de présentation du Fest-Noz sur le site de l'UNESCO.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné