Articles

Marchandisation de l'enseignement supérieur : des enjeux essentiels

L'internationalisation de l'enseignement autorisée par les moyens électroniques engendre des défis considérables, détaillés ici par un expert international

Par Philippe Menkoué , le 20 août 2013 | Dernière mise à jour de l'article le 18 mai 2016

La démocratisation de l’enseignement supérieur au cours de ces dernières années est indéniable. Révolutionnaire même, pourrait-on dire. Mais, si certains se réjouissent face aux nombreuses possibilités d’apprentissage qui découlent de la vulgarisation du E-learning, de l’émergence des MOOCs et des mobilités transfrontalières (tant pour étudiants et les enseignants que pour les établissements et les programmes d’étude en eux-mêmes), il importe tout de même de ne pas céder à un optimisme béat, car comme dit l’adage : « les médailles ont toutes un revers ».

Pas toujours évident de trouver le lien entre le commerce des services dans son ensemble et l’enseignement (supérieur en l’occurrence). Et pourtant. Dans Marchandisation de l'enseignement supérieur: l'impact de l'Accord Général sur le Commerce  des Services (AGCS) publié en 2012 par l’UNESCO, le Pr Jandhyala B.G. Tilak, spécialiste des questions liées à l’économie de l’éducation, livre une analyse de la marchandisation des services liés à l’éducation, formalisée d’une certaine manière par l’Accord Général sur le Commerce des Services (AGCS) qui vise à terme, à étendre à la sphère marchande, l’ensemble des services, y compris l’éducation.

A travers sept chapitres, l’auteur de cet ouvrage de 172 pages livre les clés pour mieux comprendre les diverses mutations que connait l’enseignement supérieur depuis quelques années, mutations découlant de la mondialisation et l’internationalisation de l’éducation (l’enseignement supérieur en particulier), non sans évoquer  les conséquences (politiques en l’occurrence) de celles-ci sur l’avenir de l’enseignement supérieur. Car, comme mentionné dans la préface, l’enseignement supérieur joue un « rôle moteur dans l’amélioration de la productivité, dans le renforcement de la croissance économique et la valorisation de l’innovation  et des capacités  technologiques. Le développement de ce secteur est considéré comme une condition nécessaire pour la croissance et l’expansion de l’économie mondiale ». D’où l’intérêt de plus en plus affiché des pays occidentaux (Etats-Unis et Europe en tête) de libéraliser ce secteur (la plupart des Etats n’étant plus capables d’assumer entièrement les coûts liés à ce secteur en pleine expansion) et de considérer la connaissance comme un bien à part entière, pouvant générer une certaine économie : l’économie de la connaissance.

Disponible en téléchargement gratuit, l’ouvrage propose également une analyse des différentes modes de commercialisation de l’éducation évoqué dans l’AGCS (qui considère l’éducation comme une « marchandise échangeable »), ses différents aspects en lien avec l’enseignement supérieur, sans toutefois oublier de rappeler que l’internationalisation de l’éducation n’est pas un phénomène nouveau et qu’il concerne tant les pays du Nord que ceux du Sud.

Une analyse lucide du business de l’éducation et des divers aspects de ce qui s’apparente aujourd’hui à une sorte de grand marché des savoirs et des formations où les pays développés (Etats-Unis en tête) semblent mener la danse au détriment des pays en développement, qui semblent davantage subir les inconvénients de ce phénomène d’internationalisation de l’éducation.

Un outil qui s’adresse particulièrement aux décideurs et toutes les personnes impliquées dans la planification de l’éducation au niveau de leurs pays, aux chercheurs et dans une certaine mesure aux enseignants et autres étudiants, tous aussi concernés par cette question.

            Les 7 chapitres :

            Introduction

            1. Mondialisation et internationalisation de l’éducation : concepts

            2. Enseignement supérieur : un secteur en mutation

            3. Libre-échange et éducation : qu’est ce que l’AGCS et comment fonctionne-t-il pour l’éducation ?

                        3.1 Qu’est ce que l’AGCS ?

                        3.2 Comment fonctionne l’AGCS ?

            4. Inclure l’éducation dans l’éducation dans l’AGCS : le pour et le contre

                        4.1 Les arguments en faveur de l’AGCS dans l’éducation

                        4.2 Les arguments contre l’AGCS dans l’éducation

            5. L’internationalisation  de l’enseignement supérieur : la situation actuelle

            6. Le cas d’un pays en développement : l’Inde

            7. Conséquences politiques  sur le développement de l’enseignement supérieur et perspectives d’avenir

 

Marchandisation de l'enseignement supérieur: l'impact de l'Accord Général sur le Commerce  des Services (AGCS). Pr Jandhyala B.G ; UNESCO, Paris 2012.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné