Articles

La bataille de l'enseignement de l'histoire au Québec

Un grand exercice de concertation s'amorce au Québec pour refondre le programme d'enseignement de l'histoire du primaire au collégial

Par Alexandre Roberge , le 15 septembre 2013 | Dernière mise à jour de l'article le 16 octobre 2013

À peine 500 ans séparent l'arrivée de Jacques-Cartier à Gaspé en juillet 1534, de notre présent de 2013. 500 ans sur les 250 000 ans de l'histoire de l'humanité, ce n'est pas grand' chose... Et pourtant, ce demi-millénaire a été émaillé de guerres, de luttes contre les éléments et de tractations politiques qui ont façonné le Québec d'aujourd'hui. Un héritage essentiel que les jeunes générations doivent acquérir pour comprendre ce qui a mené à la situation sociale, politique et économique actuelle.

Depuis de nombreuses années, des historiens et professeurs réclament une révision complète du programme d'histoire au Québec. Ils soutiennent que la jeune génération ne sait rien des grands moments de l'histoire canadienne et québécoise et qu'ils ignorent même le nom des politiciens présentement en poste.

En 2010, se formait d'ailleurs la Coalition pour l'histoire dont un des fers de lance est Éric Bédard, professeur à la TÉLUQ. Dans les 3 dernières années, ce groupe d'historiens et d'enseignants a écrit des manifestes et formulé des demandes au Ministère de l'Éducation afin qu'il révise le programme d'histoire du Québec et du Canada. Mais cet exercice nécessaire effraie les Québécois qui y voient un terreau fertile pour la polémique.

Une guerre de propagande...

Au Québec, un sujet en particulier occasionne des frictions : celui du mouvement indépendantiste et sa place dans l'histoire. Pour les fédéralistes, l'école ne devrait pas servir à rallumer la flamme indépendantiste qui s'est affaiblie dans les dernières années. Ce qui provoque en retour la préoccupation du gouvernement minoritaire du Parti Québécois (parti souverainiste) qui, au printemps 2013, a eu cette idée d'un comité ministériel pour évaluer et proposer des modifications à l'enseignement de l'histoire du Québec.

À l'inverse, les Québécois en faveur de la souveraineté parlent d'un rééquilibrage nécessaire alors que le programme actuel joue beaucoup trop la carte de la prudence en omettant les luttes intestines occasionnées par la Conquête. Par exemple, la Rébellion des patriotes en 1837-1838, est actuellement passée sous silence.

Comme le rappelle le philosophie et enseignant Normand Baillargeon, il est naturel que dans l'enseignement d'une discipline, différentes idéologies et points de vue soient présentés. L'endoctrinement se fait lorsque le professeur abuse de son pouvoir d'autorité et utilise des moyens pour occulter l'un des courants. Ainsi, un cours d'histoire qui aborderait autant les mouvements séparatistes que fédéralistes de l'histoire du Québec serait sain. Par contre, un professeur qui dissimuleraient les événements ou personnages historiques d'un camp ferait là de la propagande.

... ou une guerre de pédagogie?

Mais est-ce vraiment une question de cours trop teinté politiquement qui crée la tension ? Pour les enseignants, pas vraiment. Dans cette table ronde ayant eu lieu récemment sur les ondes d'ICI Radio-Canada Première, les intervenants soulignent que l'affrontement oppose surtout ceux qui désirent que les cours se concentrent sur les faits à apprendre et ceux qui souhaitent qu'ils proposent une vision plus globale.

Les spécialistes des programmes du secondaire pointent un problème majeur :  la réforme éducative québécoise a fait fusionner deux matières en une seule. Auparavant, lors de la troisième année du secondaire, les élèves étudiaient la géographie québécoise et canadienne. L'année suivante, ils recevaient le cours sur l'histoire du Québec et du Canada. Mais avec la réforme, les deux sujets sont traités la même année (secondaire 3) et, en 4e secondaire, le cours d'histoire ne fait – en grande partie – que répéter ce qui a été appris l'année précédente de façon morcelée. Une situation qui ne permet pas aux élèves d'étudier plus en profondeur les événements et personnages marquants de l'histoire québécoise.

Dès 2014, les programmes seront changés et, grande demande enfin exaucée, il y aura un cours d'histoire obligatoire au niveau collégial. Cet automne, des tables de consultation seront organisées afin de revoir les programmes et que l'enseignement de l'histoire soit mieux planifié et moins redondant. Qu'est-ce qui en ressortira? Nul ne le sait encore, mais la présence de la Coalition pour l'histoire dans les premières tables de concertation au printemps 2013 n'a pas plu à tous. Pour certains, le cours actuel permettait d'avoir une vue d'ensemble de l'histoire socio-économique du Québec sans tomber dans l'apprentissage par cœur bête et méchant.

Bref, bien des siècles après la bataille des Plaines d'Abraham, la guerre pour l'enseignement de l'histoire se poursuit. Pas de violence, heureusement, mais il semble que l'essentiel soit oublié au profit d'un débat politique ou didactique. La devise officielle du Québec est « Je me souviens ». La question qu'il faudra régler d'ici septembre 2014 est la suivante : « En tant que Québécois, de quoi dois-je me souvenir ? »

IllustrationToronto Public Library Special Collections via photopin cc

Références :

Bédard, Éric, Robert Comeau, Pierre Graveline, and Gilles Laporte. "Revalorisation de l’enseignement de l’histoire du Québec - Une action légitime, nécessaire et urgente." Le Devoir. Dernière mise à jour : 9 mars 2013. http://www.ledevoir.com/societe/education/372820/une-action-legitime-necessaire-et-urgente.

Gervais, Lisa-Marie. "Enseignement de l’histoire - Bisbille autour d’un comité ministériel." Le Devoir. Dernière mise à jour : 6 mars 2013. http://www.ledevoir.com/societe/education/372561/bisbille-autour-d-un-comite-ministeriel.

Gervais, Lisa-Marie. "Quelle histoire!" Le Devoir. Dernière mise à jour : 7 septembre 2013. http://www.ledevoir.com/societe/education/386851/quelle-histoire.

Radio-Canada.ca. "L'enseignement de l'histoire au Québec revu et corrigé." Dernière mise à jour : 2 septembre 2013. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2013/09/02/002-malavoy-duchesne-renforcement-histoire-quebec.shtml.

Le Devoir. Dossier "L'enseignement de l'histoire, un enjeu." Dernière mise à jour : 7 septembre 2013. http://www.ledevoir.com/dossiers/l-enseignement-de-l-histoire-un-enjeu/7.

Tousignant, Claude. "Pour la Coalition pour l’histoire." Le Devoir. Dernière mise à jour : 11 mars 2013. http://www.ledevoir.com/societe/education/372964/pour-la-coalition-pour-l-histoire.

Éthier, Marc-André. "Contre la Coalition pour l’histoire." Le Devoir. Dernière mise à jour : 11 mars 2013. http://www.ledevoir.com/societe/education/372961/contre-la-coalition-pour-l-histoire.

Baillargeon, Normand. "Histoire nationale et endoctrinement." Voir.ca. Dernière mise à jour : 11 septembre 2013. http://voir.ca/chroniques/prise-de-tete/2013/09/11/histoire-nationale-et-endoctrinement/.

ICI Radio-Canada Première. "L'histoire nationale pour renforcer l'identité..." Dernière mise à jour : 7 septembre 2013. http://www.radio-canada.ca/emissions/faut_pas_croire_tout_ce_qu_on_dit/2013-2014/chronique.asp?idChronique=311138.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné