Articles

Le parler « djeun », une menace culturelle?

Les jeunes menacent-ils la langue et la culture françaises? C'est, certes, l'impression populaire. Mais est-ce la réalité?

Par Alexandre Roberge , le 29 septembre 2013 | Dernière mise à jour de l'article le 03 juin 2016

Philippe Menkoué avait posé une question très importante sur notre site il y a quelques mois : l'avenir de la langue française est-il menacé? Pour bien des observateurs, la France n'est plus le bastion de la belle langue; le franglais y est très à la mode. Les Québécois, malgré tous leurs efforts, luttent de peine et de misère contre les anglicismes qui les assaillent et même l'Afrique francophone, que l'on considérait à l'abri, développe des idiomes qui sont loin du français classique.

Certains essaient de défendre la langue du mieux qu'ils peuvent, mais il n'en reste pas moins que chaque année des nouvelles expressions apparaissent et surprennent les locuteurs francophones. Mais d'où vient la menace ? Pour une majorité de gens, c'est sur la planète Jeunes qu'il faut la chercher.

Les coupables idéaux

Ah infâme jeunesse! C'est de sa main que périra la prose française! Pourquoi tant de gens arrivent-ils à cette conclusion? En mars 2012, trois experts de la linguistique et un professeur de lycée débattaient de cette épineuse question. Leur discussion a été mise en ligne sur le site de franceculture. Les linguistes ont remarqué que les jeunes empruntent à différentes langues (particulièrement l'anglais), mais aussi à la culture populaire. Le verlan a toujours la cote. Après tout, pourquoi simplement dire une soirée quand il existe « résoi » qui est beaucoup plus branché?

Il y a aussi un relâchement dans la diction. Ils ajoutent des consonnes parasites à la fin de certains mots ou effectuent des décrochages verbaux sur certaines syllabes, ce qui donne une grande impression de mollesse qui peut en agacer certains.

Pourtant, le verlan n'est pas une invention des années 2000. Cette façon de tordre les mots proviendrait du Moyen Âge et se serait popularisé... après la Deuxième Guerre mondiale ! Quant à l'emprunt d'expressions anglaises, il ne date pas non plus d'aujourd'hui. Le terme « flipper », par exemple, est prononcé par des jeunes depuis des décennies. Au terme de plus de deux heures de discussions, le débat montre que les jeunes d'aujourd'hui ne sont pas plus un danger pour la langue que ceux d'il y a 10, 20 ou 30 ans. Ils ne « massacrent » la langue que pour se rebeller comme leurs parents avant eux, rien de plus. D'ailleurs, les intervenants remarquent que la majorité d'entre eux sont capables d'employer un langage plus formel dans des contextes d'entrevue et une langue plus relâchée entre eux.

Évidemment, si le sujet revient fréquemment dans l'actualité, c'est que beaucoup ont le sentiment aujourd'hui que le mouvement s'accélère. Ce qui n'est pas tout à fait faux. Les études montrent que les enfants de l'immigration en France amènent davantage d'expressions culturelles surprenantes et qui écorchent les oreilles. Une façon de se rebeller contre la « domination de la majorité » et le mépris subi depuis des années. Pourtant, attribuer ce langage simplement aux enfants des banlieues n'est pas exact. Beaucoup de jeunes aiment parler de la sorte, y compris des fils et filles de bourgeois ou de professeurs!

Même les adultes adoptent, parfois sans le vouloir, des tics de langage populaire. Pensons à ces stagiaires qui font écarquiller des yeux bien des patrons d'entreprises en France... Lors du débat, la spécialiste en sociolinguistique Maria Candea a présenté des exemples de journalistes à la radio ou la télévision qui ajoutent des consonnes à la fin de certains mots... Ma parole, cette façon de parler serait-elle contagieuse?

Les Français, trop intolérants?

La question peut sembler provocante, mais elle fut posée par les intervenants de ce débat. Selon eux, il n'y a qu'en France que les gens ont la manie systématique de corriger quelqu'un dès qu'il commet une erreur grammaticale! Les Allemands seront ravis de s'entretenir avec un étranger qui parle leur langue, même si la prononciation et la syntaxe laissent à désirer. Jamais un Américain ou un Britannique ne reprendra un touriste qui écorche l'anglais. Alors, pourquoi les Français le font-ils? Les linguistes croient que la réaction si épidermique en France est attribuable à un jugement négatif à l'encontre des classes populaires et de leur culture. Il est souvent dit que les jeunes mettent en danger la langue française, mais cette question sous-entendrait sournoisement, dans bien des cas, que ces adolescents et jeunes adultes mettent aussi en péril la société.

Faut-il pour autant laisser les jeunes parler une langue totalement relâchée ? Bien sûr que non ! Mais pour Boris Séguin, la répression quotidienne n'a aucune valeur. Ce professeur de français s'est retrouvé dans la commune de Pantin (en banlieue parisienne) à devoir enseigner à des jeunes qui utilisent un français, disons, très personnel. Au lieu d'en avoir peur, il leur a demandé de dresser la liste des expressions qu'ils utilisaient et leur signification. Une initiative qui a horrifié bien des parents au départ, mais qui s'est avérée instructive. Monsieur Séguin a pu s'en servir pour leur parler d'étymologie, de grammaire et de syntaxe. Par la suite, il a pu ajouter à leur lexique des mots plus appropriés et les faire pratiquer en leur faisant écrire de nombreux textes en classe. Une approche qui, selon lui, fonctionne beaucoup mieux que celle qui consiste à "corriger" constamment les jeunes.

Se servir du parler « djeun » comme porte d'entrée pour accéder au français standard, pourquoi pas? À l'heure où des sites de français langue seconde proposent des exercices sur ce langage populaire, il est peut-être temps de ne plus le considérer comme une menace, mais comme un dialecte particulier. Il n'est pas parfait, mais comme le rappellent les linguistes, toute langue vivante varie selon les époques et les lieux où elle est parlée. Alors, no soucy! Tchatcher Molière n'est pas mort.

Illustration : Ilike, shutterstock

Références :

Bonjour de France. "Je tchatche, tu tchatches, il tchatche..." Dernière mise à jour : 23 octobre 2012. http://www.bonjourdefrance.com/n5/a42.htm.

France Culture. "Le Parler des jeunes : un danger pour la langue française ?" Dernière mise à jour : Juin 2012. http://www.franceculture.fr/le-parler-des-jeunes-un-danger-pour-la-langue-francaise.

fandefle. "Les expressions françaises : une évolution permanente!" Dernière miseà jour : 14 août 2013. http://fandefle.com/2013/08/14/les-expressions-francaises-une-evolution-permanente/.

Menkoué, Philippe. "Le français a t-il encore de l'avenir ?" Thot Cursus. Dernière mise à jour : 3 avril 2013. http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/19808/francais-encore-avenir/.

fandefle. "Parlez “djeuns” : soyez branchés !" Dernière mise à jour : 20 septembre 2013. http://fandefle.com/2013/09/20/parlez-djeuns-soyez-branches/.

Roberge, Alexandre. "Décoder un stagiaire, vous pouvez le faire." Thot Cursus. Dernière mise à jour : 3 avril 2013. http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/19792/decoder-stagiaire-vous-pouvez-faire/.

Roberge, Alexandre. "Les gardiens de la langue française." Thot Cursus. Dernière mise à jour : 26 juin 2013. http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/20211/les-gardiens-langue-francaise/.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné