Articles

Quand la confiance va, tout va

Comment vivre ensemble sans confiance ? La Tunisie en fait aujourd'hui la douloureuse expérience. Mais un récent TEDx a montré que de nombreux jeunes ne perdent pas courage et méritent qu'on les suive

Par Om El Khir Missaoui , le 08 octobre 2013 | Dernière mise à jour de l'article le 16 mai 2016

En Tunisie, depuis l'aube de l'indépendance jusqu'aux abords des années 90 du siècle dernier, le pays se construisait à toute allure sur le plan des infrastructures (industrie, tourisme) de l'éducation (un tiers du budget de l'état lui était consacré), de la culture et de l'identité nationale (on promouvait du tuniso-tunisien quoique les divergences idéologiques aient été aussi de mise), de l'unité autour des valeurs défendues. Les mots d'ordre étaient : mobilisation, espoir, fierté nationale. Tout ceci a connu des oscillations mais on se faisait tout de même confiance, étant convaincus de partager des idéaux communs de travail, paix et fraternité malgré certaines divergences, et de la confiance on en donnait aussi à nos gouvernants. Je n'en veux comme preuve que l'acceptation gnérale du coup d'état blanc qui a fait succéder Ben Ali à Bourguiba sous les meilleurs hospices. 

Cet état d'esprit s'est recréé en  2011. L'unité nationale s'est faite autour des valeurs de travail, liberté, dignité et l'on a vécu des moments inoubliables où l'on était tous soudés pour une même cause : l'abolition de la dictature. Après les premières (et violentes) émeutes, des régions entières (Sidi Bouzid, Thala, Kasserine) ont vécu quelques jours sans autorité légale mais... dans la sécurité ! Les comités de quartier, formés spontanément assuraient l'ordre, les habitants se soutenaient en tout : pas d'arrières pensées, de la confiance, de l'entraide et l'espoir grandissant de voir tout le pays converger vers le même destin.

 

Comment redonner confiance ?

Deux ans après, rien ne va plus. A côté de la conjoncture internationale fluctuante, de problèmes purement tunisiens structurels ou liés à la corruption, toutes les promesses qu'on s'est faites, celles réitérées par nos politiciens et décideurs se sont volatilisées. Le double langage, les revirements à 180° sont monnaie courante, la violence s'incruste partout. On s'accuse mutuellement de mesonge et plus personne ne croit en personne. Et pourtant tout le monde jure de sa bonne foi ! Comment s'y retrouver, comment reprendre confiance en soi, dans les autres, dans l'avenir ?

Si les partis dans mon pays sont légion, les associations civiles aussi. Or, il me semble que ce sont celles-ci qui feront la différence. On peut exprimer toutes les réticences possibles quant à leurs objectifs (in)avoués et (in)avouables, leurs sources de financement, etc., ce sont elles qui nous permettent de garder notre vigilance et de contrôler un tant soit peu toutes les forces obscures qui cherchent à nous happer vers l'inconnu et détruire notre identité millénaire empreinte d'ouverture et de tolérance.

La confiance ça se perd et ça se récupère, dirait Monsieur de Lapalisse. Il faut pour cela multiplier les actions et les programmes qui subliment toutes nos forces occultes, ces freins qui nous font trépigner, dans la construction d'un nouvel ordre social équitable et cela passe par la diffusion des valeurs et des idées constructives.

TEDx Carthage 2013

Les célébrissimes conférences TED constituent ce genre d'événements positifs que les Américains aiment tant et qui contribuent à entretenir dans cette population une foi dans l'avenir et la capacité d'agir de l'espèce humaine. 

Le programme appelé TEDx Carthage, programme indépendant sous licence TED (où x = événement TED organisé indépendamment) en est aujourd’hui à sa 4è édition à Tunis et a donné naissance à un mouvement unique en son genre en Tunisie, ayant mené à l’organisation de plus de 30 évènements TEDx régionaux, encouragés par le succès des premières éditions du TEDxCarthage, dans des universités, des lycées, par des jeunes ayant soif d’idées et de découvertes. Les gens sont assoiffés de discours poisitifs, d'idées porteuses, d'idéaux et de retours d'expériences qui pointent des réussites, qui montrent concrètement qu'on peut encore promouvoir des valeurs citoyennes, entreprendre des actions  qui changent ce réel devenu flou et souvent hideux.

L'édition TEDx Carthage 2013 s'est tenue au Palais des Congrès de Tunis, le dimanche 22 septembre, sous le thème "Trust as a new currency ?" autrement dit "La confiance une nouvelle valeur d'échange ?" Les 16 speakers choisis pour cette édition ont partagé leurs visions, leur savoir et leurs expériences afin justement d’enrichir le débat autour du thème de la confiance. 1500 personnes ont assisté à ce 4ème TEDx, dans lequel il fut question de coopération, d'aimer, de donner et de recevoir, de valoriser la parole de ceux que l'on n'écoute jamais, ou encore de consommation collaborative. 

 

La confiance est aujourd’hui un des piliers des sociétés modernes: prêter ou louer sa maison, loger chez des inconnus, effectuer des achats en ligne avec sa carte bancaire. Mais la confiance, partager un taxi collectif, laisser son enfant à la crèche, donner une copie de ses clés à son conjoint… Que ne ferait-on pour la retrouver et avec elle le sourire des optimistes?

Chacun des conférenciers et artistes tunisiens et internationaux qui se sont exprimés sur la scène du Palais des Congrès, ont partagé leurs visions, leur savoir et leurs expériences afin d’enrichir le débat autour du thème de la confiance. Pas moins de 32 heures de vidéos seront bientôt en ligne. Vous pouvez déjà vous rendre sur la page facebook de TEDx Carthage et consulter ce résumé :

 

 

Les jeunes qui ont fait le déplacement pour écouter tous ces bénévoles seront certainement (bien) inspirés par ce florilège d'idées qu'ils exploiteront et diffuseront dans leurs milieux.

 

Références

Le programme TED (Technology, Entertainment, Design)

TEDx Carthage 2013

RésuméTEDx Carthage 2013

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné