Articles

La confiance, facteur d'efficacité des communautés d'apprentissage

Plus la confiance est élevée, plus la performance l'est aussi.

Par Tété Enyon Guemadji-Gbedemah , le 08 octobre 2013

La Revue Réseau TIC reprend le texte d'une conférence donnée par Jean-Yves Prax en 2001 et qui est intitulé originellement : Le rôle de la confiance dans la performance collective. L'auteur aborde la notion de confiance et son enjeu pour le partage des connaissances et les communautés d'apprentissage. Nous verrons que malgré son âge, ce texte n'a absolument rien perdu de sa pertinence et constitue toujours un excellent guide pour bâtir la confiance des les communautés d'apprentissage.

La confiance dans les interactions

La confiance est une notion polysémique qui renvoie à au moins quatre situations. Elle peut être un choix raisonné ou émotionnel, découler d'un processus critique (certification) ou être basé sur une réciprocité. Dans l'environnement professionnel, elle est plus fondée sur le rationnel que des facteurs affectifs ou moraux. Ainsi dans une communauté d'apprentissage, on fait confiance à un membre plus pour sa compétence que toute autre chose.

Ceci dit, l'existence d'une communauté d'apprentissage repose sur la confiance partagée entre ses membres qui s'organisent autour de quatre facteurs-clés : la réciprocité dans le partage, la reconnaissance des mérites individuels, la rétroaction de la communauté comme moteur de l'apprentissage, et le partage d'unité de langage et de valeurs.

L'expérience a montré que la confiance se construit de manière incrémentale et que son maintien obéit à une démarche graduelle. Elle est d'abord instantanée puis calculée. Ensuite, elle est prédictive lorsque les acteurs en interaction se connaissent suffisamment pour prédire les comportements des uns et des autres. Passé l'étape de la prédiction, elle se base sur les résultats obtenus individuellement ou collectivement au sein de la communauté, par exemple. Dans une phase ultime, la confiance devient intensive quand tous les acteurs ont une vue partagée des objectifs, finalités et valeurs mutuels.

La confiance dans le virtuel

La confiance joue un rôle déterminant dans les communautés virtuelles. C'est le moins qu'on puisse dire pour des acteurs qui ne se connaissent pas a priori et ne peuvent se voir à l'oeuvre. Bien entendu, la confiance ne peut pas ne pas influer sur l'efficacité de ces communautés. C'est d'ailleurs ce que soutient Prax qui établit un lien clair entre le degré de confiance et le niveau de performance.

Plus la confiance est élevée, plus la performance l'est aussi. Et à l'inverse, un affaiblissement de la confiance mène à de mauvais résultats. Un tableau dans le texte résume ce qu'il faut faire et ne pas faire dans les communautés virtuelles où le risque de crises est permanent.

Enfin, l'auteur s'appuie sur à une étude nord-américaine pour rétablir le rôle de la compétence individuelle dans la performance collective. En clair, l'efficacité d'une communauté d'apprentissage repose plus sur la clarté de son fonctionnement, du système d'évaluation et de reconnaissance, et des processus de circulation de l'information, que sur les apports individuels. C'est l'efficacité du dispositif qui inspire confiance avant tout et permet de cumuler les aports individuels. 

Voir :

Prax Jean-Yves (2001). Le rôle de la confiance dans la performance collective. Conférence donnée pour l'ouverture du KMForum, octobre. 10 p. (pdf)

Revue réseau TIC "De la confiance au sein d'une communauté" Consulté le 8 octobre 2013. http://www.revue-reseau-tic.net/De-la-confiance-au-sein-d-une.html.

Illustration : america365, Shutterstock.com

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné