Articles

Comment les jeunes écrivent-ils ?

Les jeunes écrivent plus et mieux que ce que l'on pense communément.

Par Christine Vaufrey , le 29 octobre 2013 | Dernière mise à jour de l'article le 30 octobre 2013

Le Girsef (Groupe interdisciplinaire de recherche sur la socialisation, l’éducation et la formation), groupe de recherche pluridisciplinaire appartenant à l’Université catholique de Louvain, publie des Cahiers de recherche dont le plus récent numéro est consacré aux Pratiques et représentations juvéniles de l'écriture à l'ère d'Internet. Ce document contient un article unique rédigé par une enseignante et deux sociologues.

Les trois auteurs rendent compte d'une recherche effectuée auprès de 64 adolescents de 15 et 16 ans scolarisés dans un établissement d’enseignement secondaire général en Belgique francophone. L'objectif de l'étude était d'évaluer la place de l'écriture dans la vie de ces jeunes, d'en identifier les formes et les contextes, et de recueilir leur perception de la norme orthographique, dont on entend souvent dire qu'elle a disparu sous les coups de boutoir des nouvelles formes d'écriture dont le symbole le plus haï est le SMS.

Premier constat : "L’écrit, qui est au cœur des technologies de la communication, occupe une place centrale dans la vie quotidienne deces jeunes". Les contextes d'écriture sont multiples, et les intentions le sont tout autant. Les jeunes interrogés sont bien sûr des rédacteurs intensifs de SMS, ils en envoient une centaine par jour. Mais ils écrivent aussi dans les marges de leurs cahiers d'école, sur les sites de réseautage social, font des listes de courses ou de films, recopient des citations ou des paroles de chansons... 40 % des filles inventent des histoires et la quasi-totalité d'entre elles écrivent encore des lettres à leurs proches.

Deuxième constat : plus ils grandissent, plus les jeunes se conforment à la norme orthographique. Ils se relisent et corrigent leurs fautes, y compris dans des écrits qui ne seront pas diffusés. Et à tout moment, ils sont parfaitement conscients de son existence, même si'ls ne l'appliquent pas ou ont quelques difficultés avec elle. Ils distinguent très bien la liberté prise avec la règle, de sa méconnaissance. Et ils jugent de manière très négative les écrits d'adultes qui font des fautes. Eux-mêmes n'apprécient pas de se sentir incompétents en la matière, et font donc des efforts pour améliorer leur maîtrise de l'orthographe. C'est ce qui leur permet de moduler leur conformité à la règle en fonction du contexte et de la forme de l'écrit. Les auteurs donnent ainsi à voir les SMS écrits par une jeune fille, juxtaposés avec l'article qu'elle a rédigé pour le journal de son club d'équitation. L'expression est évidemment très différente dans les deux types d'écrits.

"Dans l’imaginaire collectif, l’adolescence est vue comme un âge d’insoumission
et d’affranchissement à l’égard de la norme. Pour ce qui concerne le rapport
au langage, sans doute serait-il déjà plus juste de la considérer comme une période de moratoire". La suspension de l'application de la norme est partielle et provisoire. Ceux qui se basent sur des productions spécifiques d'adolescents, et sur les SMS en particuliers, pour les accuser d'une incompétence qui est vite assmilée à un relâchement moral, auraient tout intérêt à considérer de plus larges échantillons de production écrite des jeunes et à les suivre dans la durée, comme l'ont fait les auteurs de cette étude.

Référence : 

Leporcq, Carine, Jean-Louis Siroux, Hugues Draelants. "Pratiques et représentations juvéniles de l'écriture à l'ère d'Internet." Cahiers de recherche du Girsef N° 94 Juin 2013- UCL - Université catholique de Louvain. http://www.uclouvain.be/cps/ucl/doc/girsef/documents/cahier_94_Leporcq_et_al-final.pdf.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné