Articles

L'excellente santé de la traduction automatique

A quoi sert la traduction automatique, pour les traducteurs d'une part et les non-spécialistes d'autre part ?

Par , le 19 novembre 2013 | Dernière mise à jour de l'article le 18 décembre 2013

Shutterstock, MrGarry

La société d'étude de marché américaine indépendante CSA (Common Sense Advisory) examine dans le cadre de multiples analyses l'évolution du marché de la traduction et répertorie le nombre et la localisation des agences spécialisées à travers le monde.

Selon CSA, le volume mondial du marché de la traduction était estimé à 33,5 millions de dollars en 2012, représentant une croissance annuelle de 12,17% par rapport à  l'année 2011. Dans ce cadre, l'Europe représente près de 50% du chiffre d'affaires mondial, avec un C.A. de 16,5 milliards de $ (dont 7,6 Mds $ pour la seule Europe de l’Ouest), suivie par l’Amérique du Nord avec 11,7 milliards de $, puis l’Asie avec 4,3 milliards de $, selon les chiffres rapportés par Jean-Marie Le Ray sur son blog Translation 2.0. Les prévisions de CSA prévoient une évolution à la hausse en 2013 (37,6 milliards de $) et en 2015 (47,3 milliards de $), ce qui tend à démontrer que la traduction est l'un des rares secteurs à ne pas connaître la crise.

Les différentes solutions techniques sur le marché

La traduction automatique (TA) englobe un certain nombre de solutions parmi lesquelles on retient habituellement les outils en ligne comme Google Traduction, Reverso ou encore Systran. Les approches s'appuient soit sur des règles, soit sur des statistiques. Le fonctionnement de cette dernière est décrite de manière détaillée sur Interstices.

La traduction automatique s'effectue normalement sans intervention humaine au contraire de la traduction assistée par ordinateur (TAO) qui « intègre une étape d’édition manuelle dans le logiciel, la traduction devenant un processus interactif entre des linguistes et leur ordinateur » et « couvrant un éventail d’outils, du plus simple au plus complexe [...]: correcteurs d’orthographe, correcteurs de grammaire, gestionnaires de terminologie, dictionnaires électroniques, bases de données terminologiques, mémoires de traduction, outils de préservation de la mise en page, entre autres » (Trusted Translations).

Guillaume de Brébisson, fondateur de l'agence Anyword estime que la TA est un outil particulièrement utile pour les traducteurs professionnels, leur permettant d'accroître de manière (très) conséquente leur productivité en « limitant » le travail du spécialiste à la relecture ou la post-édition. Hans Fenstermacher, Président de Gala (Globalization and Localization Association), association internationale à but non lucratif dans le secteur des langues, s'inscrit dans la même perspective en soulignant la nécessité de combiner la traduction automatique et les compétences des experts.

Quid de l'utilisateur lambda ?

Bien évidemment, les traducteurs professionnels, les linguistes et les experts en TAL (Traitement automatiques des langues) disposent des habiletés nécessaires pour évaluer la qualité d'une traduction fournie par telle ou telle application. De nombreux tests (Thot Cursus, Anyword) démontrent l'imperfection des propositions effectuées par les services de traduction automatique qui n'apportent en général qu'une simple aide à la compréhension globale d'un document, même s'il faut reconnaître des avancées en la matière.

Pour des expressions ou segments de phrases, on pourra se référer utilement à l'outil de traduction contextuelle Linguee (déjà chroniqué) qui a l'avantage de s'appuyer sur une base de données composée de corpus bilingues officiels (universités, organismes internationaux, documents officiels de l'Union européenne).

Sources

LI GONG, 2013. La traduction automatique statistique, comment ça marche ? In : Interstices [en ligne]. 29 octobre 2013. [Consulté le 18 novembre 2013]. Disponible à l’adresse : http://interstices.info/traduction-automatique-statistique
 
BRÉBISSON, Guillaume de, 2012. Google Translator, Bing ou Systran : les traducteurs automatiques sont très inférieurs aux humains. In : Anyword [en ligne]. 2 novembre 2012. [Consulté le 18 novembre 2013]. Disponible à l’adresse : http://www.anyword.fr/blog/2012/11/02/google-translator-bing-ou-systran-les-traducteurs-automatiques-sont-tres-inferieurs-aux-humains
 
Automated Translation Leads Language Technology Trends. [en ligne]. 10 avril 2013. [Consulté le 18 novembre 2013]. Disponible à l’adresse : http://www.gala-global.org/gala-press-release/automated-translation-leads-language-technology-trends
 
Illustration : Shutterstock, MrGarry , Picture pages,
Books bindings and Literature

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné