Articles

Satisfaction des étudiants, profs et institutions

Par Thot , le 17 mai 2005 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Comment ? Il faudrait partager son travail porteur de la reconnaissance professionnelle durement acquise au sein de l’administration éducative ? Changer ses habitudes et utiliser de nouveaux outils sans compensation effective ? Troquer son prestige magistral et faciliter les efforts des apprenants ? Faisons preuve d’un peu d’audace, voyons ! Le récent rapport du Ministère de l’éducation français sur “Le fonctionnement du brevet informatique et internet au collège” mentionne entre autres résultats sur cette certification de base : “Le B2i ne génère pas d’activités communes entre les enseignants, ni à l’intérieur, ni à l’extérieur du collège (école et lycée).” “L’originalité de la certification, s’appuyant sur des validations de compétences sollicitées par les élèves eux-mêmes, ne semble pas avoir été suffisamment développée.” “D’après les acteurs impliqués dans le dispositif, celui-ci favorise nettement l’acquisition des compétences TIC chez les élèves et développe des qualités de l’ordre de la motivation et de la valorisation de leurs compétences personnelles, mais peu le goût de l’effort.” “Les gens ont une grande satisfaction à savoir ce que les autres ne savent pas” nous affirme Tristan Bernard dans “Les parents paresseux”. Selon l’étude de l’université de Sherbrooke, les enseignants québécois aimeraient bien utiliser les technologies en classe mais ne savent pas comment. Leur insatisfaction demande formation, soutien pédagogique et technique. Un engagement politique institutionnel est indispensable au succès pérenne de l’entreprise. L’éducation est bien affaire de communication. À la fois ceux qui produisent les cours, ceux qui les transmettent et ceux qui les suivent ont une responsabilité dans la préservation d’un flux continu et réciproque allant de la source au récepteur. Les institutions sont garantes de la qualité du processus. Une redéfinition organisationnelle permet de satisfaire tous les acteurs. L’accès et l’échange des idées priment sur l’accumulation d’information et le bourrage de crânes. Place à la conversation ! Mais comment donc mesurer si un système de formation est bon et remplit ses missions ? L’Office fédéral suisse de la statistique dégage les indicateurs d’efficacité, d’efficience, d’égalité/équité, de durabilité et de potentiel d’innovation. Ce dernier questionne à quel point les structures d’un système éducatif permettent une dynamique, un renouvellement. Exemple : les technologies de l’information et de la communication à l’école obligatoire. L’éducation du futur est en passe de devenir mobile, immédiate, visuelle, interactive, participative et de confiance. Une génération de conteurs bavards qui s’intègrent parfaitement attend de prendre sa place. L’équipe vous laisse apprécier cette semaine les Images de la Fad pour la formation de formateurs du programme Autofod; la floraison des cyber-écoles en Pennsylvanie; l’audace du Digital Academic REpository hollandais; un intéressant retour d’expérience sur la performance d’un dispositif de formation en ligne; la distance réduite en classe par l’interaction à distance sans fil; l’expérience canadienne des TIC transmise aux jeunes Camerounais; le droit des TIC Franco-Allemand; un dictionnaire Chinois - Français en accès libre; 48 citations pour se faire plaisir... Bonnes découvertes, Martine JaudeauRédactrice en chef

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné