Articles

La Chine et les MOOCs

La Chine s'est lancée dans les MOOCs sur deux fronts : traduction et production originale.

Par Christine Vaufrey , le 27 janvier 2013 | Dernière mise à jour de l'article le 15 avril 2014

La Chine compte actuellement 1,3 milliard d'habitants et 130 universités. Il y a évidemment beaucoup plus de candidats que de places et entrer à l'université est un véritable parcours du combattant. On imagine donc sans peine l'impact d'une offre de MOOCs en Chine, surtout si les cours sont distribués par des universités prestigieuses, tant chinoises qu'étrangères.

Comme à peu près partout, les Chinois se sont emparés de cette opportunité avant leur gouvernement. Ceux qui parlent anglais se sont inscrits sur Coursera, sur EdX... Essentiellement pour suivre des cours d'informatique et de sciences.

La communauté pour franchir la barrière de l'anglais

La langue des cours est évidemment un facteur limitant cette participation. Mais certains groupes ont mis en place des stratégies de contournement efficaces. Sur University World News, on pouvait en effet lire en novembre 2013 un article qui décrivait comment un groupe de participants à un cours en anglais distribué sur Coursera s'était organisé à la fois pour se répartir le travail, mener les discussions et se préparer à l'examen final.

20 personnes avaient en effet décidé de suivre un cours consacré aux comportements irrationnels. Hélas, l'enseignant avait prescrit un grand nombre de lectures obligatoires... toutes en anglais, évidemment. Les 20 participants chinois se sont donc retrouvés sur la plateforme Guokr, réseau social scientifique abritant déjà de nombreux cours en ligne, se sont partagé les lectures et ont mené les discussions dans leur langue. À la fin du cours, 11 personnes sur les 20 ont réussi le test final, ce qui correspond à un taux de réussit infiniment supérieur à celui qui est d'ordinaire observé dans les MOOCs (en-dessous de 10%).

Les membres de Guokr ont décidé d'aller beaucoup plus loin : 150 d'entre eux contribuent à la traduction intégrale de certains MOOCs de l'anglais vers le chinois; une cinquantaine de cours sont ainsi accessibles localement. L'initiative est arrivée jusqu'aux responsables de Coursera, et Guokr est désormais le partenaire officiel de la célèbre entreprise américaine pour la traduction des cours en chinois !

Mais les Chinois ne se contentent évidemment pas de traduire les MOOCs des autres dans leur langue. Ils produisent désormais les leurs, et les offrent au monde.

 

Une offre croissante de MOOCs en chinois

Sur Coursera, on compte plus de cours en chinois qu'en français. Ils proviennent d'universités américaines qui ont sous-titré leurs cours en chinois, mais aussi (et surtout) des universités de Taïwan, de Pékin, de Shangaï, de Hong Kong et de Fudong. Les deux universités de Hong Kong présentes sur Coursera proposent également des cours de culture chinoise en anglais : Science, Technology and Society in China, en trois parties, ou encore A New History for a New China, 1700 - 2000.

Pas de MOOCs en chinois sur EdX... Mais un EdX chinois : XuetangX est en effet la déclinaison chinoise de la plateforme initiée par le MIT et Harvard, qui compte désormais des dizaines de versions locales de par le monde. 15 MOOCs y sont d'ores et déjà annoncés.

Comme ailleurs, l'irruption des MOOCs contraint les universités chinoises à repenser leurs missions et la valeur du présentiel. Le quotidien du peuple, journal du Parti communiste chinois, a publié en octobre dernier sur son site un article détaillant les réactions des universités face aux MOOCs, et notamment aux MOOCs étrangers. Le phénomène mondial des MOOCs facilite en effet la confrontation des cultures éducatives, et des cultures tout court. Les Chinois sont parfaitement conscients de cet état de faits et estiment que les cours américains doivent être adaptés à leur public, leurs façons d'apprendre, leurs curriculums... et leurs valeurs. Ce qui les pousse bien évidemment à produire leurs propres MOOCs, en réponse à une demande intérieure considérable.

 

Vers une compétition Chine - Etats-Unis ?

L'hégémonie américaine sur les MOOCs a été comprise par certains (et par nombre d'Américains eux-mêmes) comme une manifestation d'impérialisme visant à mettre la main sur un marché éducatif considérable, sous couvert de "mission civilisatrice" apportant la lumière du savoir aux pays pauvres vivant dans l'obscurité de l'ignorance. L'entrée dans le jeu de puissances telles que la Chine risque de changer la donne. Va t-on voir les géants mondiaux s'affronter dans l'arène des MOOCs ? Les MOOCs en chinois finiront-ils par séduire un public international ? Si l'on en croit la politique volontariste de la Chine en matière d'accès à sa langue, qui se traduit par l'ouverture d'instituts Confucius sur les 5 continents, ce n'est absoument pas à exclure.

Références :

Kimmett, Colleen. "Online classrooms break the MOOC language barrier." University World News. 15 novembre 2013. http://www.universityworldnews.com/article.php?story=20131112160706778.

Coursera Blog. "大家好! Guokr (果壳) joins the Coursera Translation Partners Program." 16 septembre 2013. http://blog.coursera.org/post/61425977175/guokr-joins-the-coursera-translation.

Guokr : http://www.guokr.com/ Consulté le 27 janvier 2014.

XuetangX : https://www.xuetangx.com/ Consulté le 27 janvier 2014.

Français--People's Daily Online (Le Quotidien du Peuple). "L'enseignement à distance en Chine, version 2.0." 14 octobre 2013. http://french.peopledaily.com.cn/Sci-Edu/8424998.html.

Wikipédia, l'encyclopédie libre. "Institut Confucius". http://fr.wikipedia.org/wiki/Institut_Confucius. Consulté le 27 janvier 2013.

Illustration titre : Université de Pékin. Licence cc ( BY NC SA ). Flickr, Bjoern: http://flickr.com/photos/ulrichsson/3577493003/

Corps de texte : capture d'écran de la page d'accueil de XuetangX

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné