Articles

Obsolescence des métiers de l’éducation : le temps du renouveau s’annonce

Renouveler son rôle en enseignement

Par Denys Lamontagne , le 04 février 2014 | Dernière mise à jour de l'article le 05 mars 2014

À l’époque de la rareté des ressources et de l’analphabétisme majoritaire, un professeur était un «savant», recherché et précieux. Les pouvoirs lui tenaient la bride et le courtisaient à la fois. L’université était parfois le seul endroit où une pensée originale pouvait s’exprimer sans trop de risques.

L’école représentait la meilleure possibilité de gravir quelques échelons sociaux pour la majorité. Quant à la pédagogie, toutes les pratiques ou presque passaient par le manuel, quand il y en avait un, et un professeur dans une classe à la discipline stricte. Tout le monde progressait au même rythme, mais pas nécessairement avec le même succès.

L’auteur de manuel scolaire et le professeur étaient les deux piliers de la pratique pédagogique. On rédigeait un manuel et on montait un cours pour des années, les connaissances de base ne bougeaient pas beaucoup.

Attentes élevées et cadence rapide

Aujourd’hui, en pratique, presque tout le monde sait lire et écrire, parfois laborieusement, mais nécessairement, ne serait que pour envoyer ou recevoir des textos.  Les ressources sont abondantes et les personnes compétentes nombreuses et spécialisées. Si l’éducation est essentielle, elle n’est plus autant une marque de prestige et l’université n’est plus qu’un des lieux où le savoir se développe…

L’école demeure un passage obligatoire et convenu mais sans la garantie d’ascension sociale. Coté pédagogie, le modèle de la progression de tous au même rythme se fissure, les différents professionnels de soutien aux professeurs font leur possible, mais on n’accepte plus aussi facilement l’échec ou les faibles résultats pour la majorité. Globalement, c’est la performance du système qui est attaquée du point de vue économique: lourd, lent, coûteux et inadapté aux besoins et à la vitesse de changement de la société. L’éducation tente de défendre ses particularités, mais elle n’en demeure pas moins soumise aux mêmes exigences que le reste des activités humaines.

Le succès de certains pays avec d’autres modèles éducatifs et surtout leur réussite sociale et économique peut faire basculer toutes les pratiques rapidement, comme l’engouement actuel pour l’apprentissage inversé, les environnements d'apprentissage auto-organisés ou l’enseignement individualisé ou encore la ludification et les badges ou l’apprentissage mobile.

Des nouveaux métiers

Dans un contexte d’enseignement plus individualisé et de connaissances qui se développent en flux continu, un auteur de manuel et un professeur sont rapidement dépassés au delà des matières de base. Dans les classes on peut voir des professeurs se transformer en animateurs, curateurs, superviseurs,  spécialistes de l’apprentissage, pédagogues, évaluateurs. 

Dans les écoles on trouve des communicateurs, des organisateurs, des analystes de données, des programmeurs, des techniciens, des bibliothécaires multi-média, des animateurs de réseau et bien d’autres métiers sans doute dans un avenir rapproché.  Bien sur, les gens portent toujours leurs anciens titres, mais leurs pratiques sont bien différentes de ce qu’elles étaient il y a dix ans.

Du coté des éditeurs, ce sont des équipes de production multimédia qui sont  assemblées autour d'un manuel. Scénariste, vidéaste, indexeur, spécialiste de contenu, graphiste, pédagogue, ingénieur et pour peu que l’on entre en relation avec les professeurs et les étudiants, toute une boucle de rétroaction peut se mettre en place avec des postes de tuteurs, de rapporteurs, et de certificateurs.

Apprentissage individualisé - classes transformées.

Comme dans le monde de la mode où chacun peut prétendre à l’originalité vestimentaire, on peut s’attendre à ce que chacun puisse apprendre avec succès et ce sans pour autant retourner à l’artisanat du professeur qui essaie de tourner son vidéo ou écrire ses notes de cours pour chaque petit groupe particulier.

Par exemple, l’arithmétique demeure bien la même pour tout le monde, mais la vitesse à laquelle on l’apprend et les usages qu’on en fait varient selon les contextes et les personnes et c’est de ce coté que l’on peut améliorer les choses. Autrefois le système scolaire voulait former au moins une élite, maintenant il peut se permettre de former aussi la masse en respectant les particularités de chacun et avec un meilleur succès, ce qui implique une transformation importante des rôles et des espaces.

Une classe où tout le monde avance au même rythme est nécessairement frustrante pour la majorité, autant pour ceux qui avancent plus lentement que pour ceux qui avancent plus vite. Les élèves n’y contrôlent presque rien. Et forcément, un tel fonctionnement n’exploite pas le potentiel ni des gens ni des outils auxquels on peut maintenant accéder. Ce modèle est socialement obsolète et techniquement dépassé. Obsolescence ne signifie pas un dysfonctionnement; ça veut juste dire que ça ne répond plus aux attentes.

On a pas à réduire la valeur des individus à leur performance académique. Tous peuvent contribuer et participer à la classe, chacun à leur manière et créer un environnement d’apprentissage qui ressemble à la vie en interaction. Et en ce sens, les nouveaux modèles ont mieux à proposer.

Et personne ne manquera d’ouvrage.  On a seulement à changer de rôle.


Références :

Flipped Classroom - Knewtown - http://www.knewton.com/flipped-classroom/

The SOLE Toolkit - SOLE: How to Bring Self-Organized Learning Environments to Your Community. - TED - http://www.ted.com/pages/sole_toolkit

Faire la classe à l’envers : la flipped classroom - SSF Veille - https://www.usherbrooke.ca/ssf/veille/bulletins/2011-2012/novembre-2011/le-ssf-veille/faire-la-classe-mais-a-lenvers-la-flipped-classroom/

WebMaker - Apprendre le Web - https://webmaker.org/fr/

Open Badges - Mozilla - http://openbadges.org/

Ludification - Le fin mot - http://www.usherbrooke.ca/ssf/veille/bulletins/2010-2011/juin-2011/le-fin-mot-ludification/

Apprentissage mobile : principes directeurs et questions clés - Eduscol - Octobre 2013 - http://eduscol.education.fr/numerique/actualites/veille-education-numerique/octobre-2013/apprentissage-mobile-principes-directeurs

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné