Articles

Avez-vous le "goût de l'effort"?

Qu'est-ce qui nous pousse à sortir de notre zone de confort ?

Par Philippe Menkoué , le 11 février 2014 | Dernière mise à jour de l'article le 12 mars 2014

C’est une interrogation qui en suscite bien d’autres. Et l’abondante littérature spécialisée sur ce thème, ne semble pas contenter tout le monde. Si le « goût de l’effort » parait essentiel pour parvenir à certaines fins, son acquisition cependant, est au cœur de nombreux débats, car la motivation est un sujet qui justement semble « motiver ». Peut-on vraiment prendre plaisir à faire des efforts ? Comment stimuler notre volonté et nous donner une raison d’agir ?

Le goût de l’effort : une illusion ?

Loi du désir, puissance de l’instinct, recherche de récompenses, besoin d’accomplissement de soi, plaisir de l’action et de la découverte, etc. les théories de la motivation sont légions.

Cependant, exception faite des masochistes, fournir des efforts est presque toujours perçu comme une contrainte pour le commun des mortels. Parler de « goût de l’effort » peut ainsi sembler absurde pour bon nombre de personne. Car au fond, ce n’est pas tant l’effort en lui-même qu’on aimerait, mais le bénéfice qu’on en tire après avoir fourni. Un avis qui semble de plus en plus partagé. A ce propos, Stéphanie de Vansay, une enseignante pour qui personne n’aurait le goût de l’effort à proprement parler, affirme dans un billet de blog que : « ce qu’on peut aimer dans l’effort, ce n’est pas l’effort en lui-même, c’est le sentiment d’être capable, de pouvoir se dépasser pour atteindre un but qui nous motive suffisamment ». Commençant par abonder dans le même sens, un commentateur va plus loin en affirmant que « dans le goût de l’effort ce n’est pas la souffrance due à l’effort qui est jouissive, mais bien le fait d’avoir été capable de dépasser cette souffrance » et reconnait tout de même que ce processus fait partie de la construction fondamentale de chacun d’entre nous. Mais avant d’y arriver, peut-être faudrait-il …

Se fixer des buts  et… agir

Sportifs de haut niveau, artistes, enseignants, politiques, experts, etc. toute personne passionnée par quelque chose le dit sans détour : il n’y a pas de recette miracle pour parvenir à ses fins. La motivation ne vous tombera jamais du ciel comme en est convaincue Lysanne Goyer pour qui «la passion et la motivation qui nous poussent à persévérer naissent dans l’action et viennent à ceux qui osent s’aventurer dans l’inconnu et affronter la peur de l’échec ». Dans un brillant article, elle présente trois éléments clés, indispensables à toute réussite. Il s’agit notamment de trouver la raison profonde qui vous incite à déployer des efforts ; passer à l’action; miser sur de petits changements à long terme. L’amour et la passion à eux seuls ne suffisent pas toujours, car comme elle le rappelle : « quand on entreprend une nouvelle activité (professionnelle, sportive, personnelle ou autre) et qu’on l’aime, il est faux de croire que le plaisir qui s’ensuivra ne sera qu’exponentiel. Le jour où on comprend cette réalité, on s’adapte aux hauts et aux bas de sa motivation, et on trouve les moyens de continuer à avancer à petits pas vers son but, malgré les essoufflements ». C’est peut-être cela la vraie passion au fond. Mais, toujours est-il qu’il est important de se fixer des buts.

Allant plus loin dans un article de la célèbre revue française Sciences humaines. Le professeur Edgar Thill souligne lui aussi l’importance de se fixer des buts, et affirme que l’une des nombreuses théories actuelles de la motivation « considère les buts comme les déterminants immédiats des conduites ». Procédant en une sorte d’hiérarchisation des buts dans laquelle il oppose les buts de maitrise aux buts de performances, il souligne l'importance de nos résultats sur notre estime de nous-mêmes, et l’influence de divers facteurs tant d’ordres personnels que sociaux (dont il faut toujours tenir compte) sur notre motivation. Ainsi, il semble plus judicieux de « former des attentes liées aux possibilités de concrétisation de ses buts ». Des objectifs réalistes donc. Ne pas prendre ses rêves pour des réalités, car les nombreux échecs qui s’en suivront auront tendance à nous démotiver au point peut-être de nous rendre aigri.

« La motivation personnelle est donc bien évidemment un pilier de l’épanouissement personnel » comme le souligne l'auteur d'un blog de développement personnel. Se dire que l’on n’est pas fait pour accomplir certaines choses, renoncer au moindre obstacle, toujours attendre le bon moment, semble ainsi être le reflet d’une faible estime de soi, qui freine la construction de la motivation. La peur d’échouer en est parfois la principale cause. Quoiqu’il en soit, il importe toujours d’essayer. Car, comme l’affirme Lysanne Goyer : « dans vos vieux jours, vous serez plus heureux de vous rappeler vous être cassé la figure qu’avoir fui une situation par peur de ne pas être à la hauteur». Alors, n’attendez plus. Foncez !

 

Références :

- De Vanssay, Stéphanie. « Pour en finir avec le fameux « gout de l’effort » ! », Le Web Pédagogique. 21 décembre 2013.  http://lewebpedagogique.com/devanssay/2013/12/21/pour-en-finir-avec-le-fameux-gout-de-leffort/

- Goyer, Lysanne in La motivation ne tombe pas du ciel, Géo Plein Air. Consulté le 10 février 2014. Lien : http://www.geopleinair.com/Sante_globale/La-motivation-ne-tombe-pas-du-ciel

- Thill, Edgar. « La motivation. Une construction progressive ». Sciences Humaines. 09 novembre 2010. http://www.scienceshumaines.com/la-motivation-une-construction-progressive_fr_11584.html

- Jean-Baptiste. « Qui d’autre veut arrêter de se trouver des excuses et retrouver sa motivation personnelle. Consulté le 11 février 2014. http://www.reussitepersonnelle.com/motivation-personnelle/

Illustration : Yuttasak Jannarong, Shutterstock.com

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné