Articles

Lire comme des machines

Les machines écrivent beaucoup et leur prose nous influence

Par Denys Lamontagne , le 17 février 2014 | Dernière mise à jour de l'article le 19 mars 2014

Super Mom - Marish - Shutterstock

Même si on a pas de données détaillées sur le temps passé à lire des textes générés par des machines, le fait est que nous passons beaucoup de temps à s’informer de l’état de nos performances, de notre compte en banque, de nos profils sociaux, de la météo, à lire des alertes de toutes sortes ou des informations de routine, statistiques, kilométrage, clics, pulsations cardiaques, mots à la minute et tant d’autres.

Ces textes écrits par des machines ont parfois une grande valeur liée à leur contexte, à leur moment ou servent simplement à nous rassurer ou nous inquiéter. «Votre courriel n’a pas été livré - erreur 501».  Leur lecture déclenche une réponse quasi automatique chez le lecteur.

Lire comme une machine

Que Thérèse ait mit son profil à jour ne changera pas votre vie, mais le rappel de son anniversaire ou une annonce de son nouvel emploi vous intéressera déjà un peu plus et entrainera une réponse. Mais dans tous les cas, la machine intellectuelle les lit comme des données brutes, les parcourt rapidement à la recherche de l’information clé et en dispose aussitôt.

Cette façon de lire n’a rien de très réflexif : devant l’accumulation et la fréquence de ces communications, la vitesse de traitement est importante, on y réfléchira plus tard, peut-être. De plus, nous sommes le plus souvent en train de faire autre chose, cette lecture est une distraction de notre activité principale, à la grande différence d’une lecture par intérêt ou plaisir.

Distraits en permanence

La principale raison invoquée par les gens expliquant pourquoi ils ne lisent pas de livres ou de revues est «le manque de temps». Lire prend du temps. Le temps passé à lire des revues, journaux ou livres diminue dans toutes les populations. Constamment distraits par des médias plus présents et riches que jamais, les robots et les machines communicantes, télévision interactive incluse, nous envoient leur «message» McLuhanien, de remplacer notre capacité de discernement, d’utiliser la leur, celle des machines, plus rapide, et de ne pas perdre notre temps à lire.  Le nombre d’heures passées devant les écrans dépasse les 30 heures par semaine dans plusieurs milieux. «Pas le temps» n’est vraisemblablement pas la bonne raison.

Récemment j’ai observé une jeune hygiéniste qui refusait d’intervenir sur un patient sans préalablement prendre une radiographie; le patient savait et affirmait qu’il s’agissait simplement d’une graine de sésame coincée sous une gencive, facilement observable avec les yeux et se rebiffait face au coût inutile d'une radiographie. Pour l’hygiéniste, c’était comme si sa capacité d’observation directe ne valait pas celle de la machine et n’avait plus aucune valeur. C’est un peu de cet effet dont il s’agit, le manque d’expérience de «autre chose» que l’information médiatisée électroniquement.

La concentration

L’axe de gestion le plus évident de ce problème latent parait la concentration.  À quel point êtes-vous distrait par le texte généré par des robots ? Par tous ces signaux automatiques ? Peu importe la réponse, c’est de notre capacité de concentration, de discernement et d’analyse dont il s’agit.  Ce qui l’augmente, ce qui l’entrave, à nous de trouver le juste équilibre.

Prendre le temps et avoir le goût de lire un bon livre de temps à autre pourrait devenir un bon indicateur.

Références

Notre cerveau à l’heure des nouvelles lectures
Hubert Guillaud - Janvier 2013 - Internet Actu
http://www.internetactu.net/2013/01/04/notre-cerveau-a-lheure-des-nouvelles-lectures/

Que valent les statistiques sur la lecture ?
François Richaudeau
Richaudeau François. Que valent les statistiques sur la lecture ?. In: Communication et langages. N°11, 1971. pp. 77-94.
Consulté le 17 février 2014
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/colan_0336-1500_1971_num_11_1_3890

Chiffres-clés du secteur du livre 2011-2012 - Mars 2013
Observatoire de l’économie du livre .pdf
http://www.culturecommunication.gouv.fr/content/download/62912/482055/file/Chiffres-cles_Livre_2011-2012.pdf

Les pratiques de lecture des Québécoises et des Québécois de 2004 à 2009 - Décembre 2012
Ministère de la Culture et des Communications
http://www.mcc.gouv.qc.ca/index.php?id=4085&tx_lesecrits_pi1%5Becrit%5D=688&cHash=f21ab29f4e8ee1948feda751056aebc3

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné