Articles

Publié le 08 avril 2014 Mis à jour le 07 mai 2014

Le QI contestable et contesté

L'histoire mouvementée du Quotient Intellectuel a recouvert à certaines époques de sombres pratiques de ségrégation. Heureusement, les choses évoluent.

Toujours muette dans ma première classe et à cause de tâtonnements dans l’apprentissage de l’écriture, je fus très vite placée dans la rangée des ânes. Je m’y  plaisais bien dans cet avant-dernier rang, côté mur sans fenêtre car étant petite de taille, je passais complètement inaperçue dans la classe surchargée tandis que mon petit cerveau, lui, enregistrait tout.

Un jour le maître, excédé par cette partie de classe morte, se mit à harceler les petites bourriques pour la lecture d’un texte. Voyant le bâton tournoyer à chaque lecture ratée, quand vint mon tour, je lus tout d’un trait le texte demandé. Mon bon maître n’en revenait pas et m’a, prudemment quand même, placée dans la rangée des moyens. Une semaine après et suite à plusieurs épreuves réussies (questions brusques, contrôle du travail, etc.), je fus enfin placée dans la rangée des bons élèves et les résultats des examens du premier semestre avaient heureusement pour moi corroboré cette évaluation.

J’aurais certainement pu m’en sortir autrement mais si je raconte cette histoire, c’est juste pour dire qu’évaluer le niveau d’un enfant fait intervenir des facteurs multiples dont l’affect n’est pas le moindre. Préjuger de l’intelligence d’un enfant sur la base d’un certain manque de performance ou de difficultés d'adaptation et d'intégration amène démotivation et conduites d'échec. Certains de mes condisciples, baudets de l'époque, savent bien ce qu'il en est.

On comprend que ce soit pertinent parfois de faire des regroupements par affinités ou niveaux mais certaines méthodes prétendent catégoriser les personnes selon un degré d'intelligence que l'on calcule avec précision. C'est le cas du quotient intellectuel, communément appelé QI, dont les présupposés paraissent bien-fondés mais dont les abus et dérapages nous laissent perplexes.

Le QI mesure fiable de l'intelligence ou imposture ?

Inventé en 1905 par Alfred Binet, un psychologue français, le premier test d’évaluation de l'intelligence avait pour but de repérer les élèves scolairement en retard. Les tests de QI évaluent plusieurs composantes différentes de l’intelligence, notamment la compréhension verbale, le raisonnement, la visualisation spatiale, la mémoire.

Les dérives ne se font pas attendre. On croit fermement que l'intelligence est innée, que l'on peut être étiqueté et classé une fois pour toute dans l'échelle de l'intelligence, certains faisant partie du club des super intelligents, d'autres relégués au rang de tarés et la grande multitude se classant en bons, assez bons, passables, médiocres, ...  comme s'il ne suffisait pas que les êtres humains soient inégaux sur le plans socio-économique ou autres et que les différences culturelles soient idéalisées au profit des uns et au détriment des autres.

Mesurer oui mais avec... mesure

Cet outil de diagnostic a été instrumentalisé pour étayer des théories eugénistes, raciales et déterministes. Deux tristes pratiques le prouvent : il fut utilisé en 1912 pour refouler les candidats à l'émigration en Amérique jugés peu performants, selon le test QI bien sûr, et considérés donc comme une menace pour le génie local. En Angleterre, en 1945, le psychologue le plus réputé du pays, sir Cyril Burt, imposa le test de QI à tous les enfants de 11 ans pour leur entrée en sixième, le résultat ouvrant ou fermant les portes des études supérieures aux petits Anglais pendant plus de trente-cinq ans, perpétuant ainsi les clivages sociaux.

D'autres tristes occasions ont consacré la déviance QI qui consiste à figer, légitimer et pérenniser de funestes réalités. Or si l’intelligence est définie comme la capacité qu’a un individu à adapter son comportement à l’environnement physique et culturel dans lequel il évolue, il en découle qu’elle ne peut être évaluée par les mêmes situations dans des cultures différentes.

Jacques Lautrey, professeur à l'université Paris Descartes, soutient que l'intelligence est multidimensionnelle : sociale (forme d’intelligence qui permet de comprendre autrui), émotionnelle (capacité à connaître et à réguler ses propres émotions), pratique (mise en œuvre lorsqu’il faut adapter ses ressources cognitives au contexte), relevant de la créativité (capacité à réaliser des productions qui soient à la fois nouvelles, originales, et adaptées au contexte). De récentes recherches le prouvent : toutes ces composantes interviennent dans l'évaluation de l’intelligence globale ou la réussite d’un individu et non la seule « variable QI ». La capacité de compréhension et de traitement de l'information, complétée par la faculté d'adaptation, reposent sur la combinaison de diverses facultés (dont le raisonnement, la mémoire à court terme et le langage) qui déterminent l’intelligence globale, peu importe d’ailleurs la manière dont elle s’exprime. Le quotient intellectuel, pourquoi pas, mais le seul quotient intellectuel, certainement pas.

Robert Voyazopoulos souligne de son côté que le QI est une information transitoire, éphémère et rappelle qu’il y a des enfants qui ont une intelligence ­originale, qui sont inventifs, créatifs, qui ont une pensée divergente. Ces enfants-là ont des formes d’intelligence que le QI ­classique n’exprime pas. »

Références

France 5 : "QI : histoire d'une imposture." Présentation du docuentaire du même nom. Consulté le 7 avril 2014. http://www.france5.fr/et-vous/France-5-et-vous/Les-programmes/LE-MAG-N-34-2011/articles/p-13606-QI-histoire-d-une-imposture.htm

Documentaire visible sur Daily Motion : http://www.dailymotion.com/video/xkozps_docu-france5-qi-histoire-d-une-imposture-lun-22-aout-2011_tv

Atlantico.fr. "Pourquoi votre QI ne dit pas grand-chose de votre intelligence | Atlantico." Consulté le 7 avril 2014. http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-votre-qi-ne-dit-pas-grand-chose-votre-intelligence-desole-sharon-jacques-lautrey-637241.html?page=0,0.


Crédit photo : NLshop/shutterstock.com


Mots-clés: Écriture Cause Intelligence Quotient Intellectuel ânes Hiérarchie Classe inégalités QI Apprentissage Rangée Tâtonnements

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !

Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !