Articles

Une compétition entre élèves pour regarder au-delà de ses frontières

Un professeur américain a créé pour ses élèves une compétition de géopolitique, de manière àles encourager à s'intéresser à ce qui se passe au-delà des frontières de leur état.

Par Alexandre Roberge , le 13 avril 2014 | Dernière mise à jour de l'article le 14 mai 2014

La géopolitique, pas ce qu'il y a de plus gai comme sujet. Cela exige de la curiosité pour s'intéresser à ce qui se passe au-dehors de sa nation. Certains pays ont d'ailleurs de fortes lacunes en géopolitique. Par exemple, les Américains – dont le pays est pourtant reconnu pour son influence sur la politique mondiale – ont un intérêt très minime pour ce qui arrive hors de leurs frontières.

Tout récemment, des chercheurs de Princeton ont demandé à plus de 2000 Américains de pointer l'Ukraine où se déroule une crise majeure depuis des mois. Seulement 16 % ont réussi à situer le pays sur une carte, les plus jeunes étant les plus performants, avec 27 % de réussite. Plusieurs répondants ont plac" l'Ukraine dans des lieux étonnants : l'Argentine, l'Australie, le Canada et certains ont pointé des endroits au coeurs même des États-Unis!

S'il ne faut pas généraliser, il reste que cette petite expérience met en évidence les graves lacunes de nombreux Américains en matière de géographie et de géopolitique. Des manquements qui peuvent nuire quand vient le temps d'appuyer ou non une décision de Washington en politique étrangère. Un enseignant du Minnesota, Eric Nelson, s'est désolé de la situation. Il s'est alors mis en tête de concevoir un dispositif qui aiderait les professeurs à susciter chez les adolescents de l'intérêt pour la géopolitique.

Une compétition géopolitique

Qu'est-ce qui intéresse l'Américain moyen ? Beaucoup de choses, mais particulièrement le sport – dont le football américain. En fait, plus que le football, c'est le fantasy football qui a la cote. Dans ce jeu, les participants gèrent un club de foot américain fictif. Ils « recrutent » des athlètes de la NFL dans leur équipe de rêve. Ensuite, ils observent les statistiques des véritables joueurs pour chaque partie durant la saison. Ils obtiennent des points si ceux qu'ils ont sélectionnés effectuent des passes, des touchés, etc. Il y a même des systèmes d'échange entre joueurs. Le but étant d'être l'association parvenant au meilleur score en fin de saison.

Dans cette veine, Eric Nelson a décidé de créer le site Fantasy Geopolitics. Le principe est encore plus simple que le loisir dont il est inspiré. Les élèves doivent choisir un pays ou un ensemble de pays. Le but de la compétition : trouver le plus de mentions de "son" pays dans le New York Times. Évidemment, les États-Unis et la Chine sont exclus du jeu puisqu'il s'agit des deux puissances économiques mondiales.

Une idée qui a eu l'effet désiré par le professeur. Soudainement, les élèves sont devenus compétitifs, voulaient à tout prix trouver des articles et en savoir plus sur le pays en question. Et ce genre d'exercice peut s'adapter à l'actualité. Par exemple, en février 2014, juste avant les Jeux olympiques de Sotchi, les élèves devaient choisir un pays qui figurerait au top du classement des médailles (hormis les États-Unis). Ce qui les a obligés à s'intéresser aux autres nations et à leur culture sportive.

L'idée d'Eric Nelson a fait des petits puisqu'en 2014, trente écoles participent à « Fantasy Geopolitics ». En fait, près de 400 professeurs utilisent désormais le site. Le projet a suscité de l'intérêt chez les internautes qui ont contribué au financement participatif du projet pour qu'il puisse subsister et s'élargir. La campagne sur Kickstarter a amassé 12 000 $, 2000 dollars de plus que ce qui était demandé.

Cet enseignant a eu du flair en mélangeant un loisir populaire chez ses concitoyens et la géopolitique. Incidemment, signalons que les jeunes ont trouvé avec ce projet une nouvelle raison d'utiliser leur téléphone our apprendre, puisqu'ils consultaient la presse et alimentaient leur compte majoritairement sur leur mobile. Le projet ayant obtenu son financement, il est à souhaiter qu'il ait une longue vie et qu'il soit utilisé par les professeurs partout dans le pays.

Illustration : billdayone, shutterstock

Références :

RT. "Americans who don’t know where Ukraine is are more likely to support military intervention." Dernière mise à jour : 8 avril 2014. http://rt.com/usa/ukraine-location-intervention-poll-025/.

Fantasy Geopolitics. Consulté le 8 avril 2014. http://www.fantasygeopolitics.com/index.html.

Gonzague, Arnaud. "Le prof qui rend la géopolitique "fun" comme le foot." Le Nouvel Observateur. Dernière mise à jour : 8 février 2014. http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20140207.OBS5545/le-prof-qui-rend-la-geopolitique-fun-comme-le-foot.html.

Renner, Kate. "Forest Lake Teacher Creates a New Twist on Fantasy Football, Gaming with GeoPolitics." KSTP.com. Dernière mise à jour : 4 février 2014. http://kstp.com/news/stories/S3309944.shtml.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné