Articles

Test universel sur le développement durable

Depuis le début avril, peuvent être évaluées les connaissances des étudiants universitaires sur le développement durable

Par Alexandre Roberge , le 13 avril 2014 | Dernière mise à jour de l'article le 26 mai 2016

Le développement durable est un concept qui a pris une importance capitale dans les dernières années. Mais il s'agit d'une notion complexe, à l'intersection de l'économie, de l'environnement, du social et du culturel. Pas facile à appréhender avec des élèves ou des étudiants.

Le rapport de la conférence sur les changements climatiques en 2013 à Rio a souligné l'importance pour les étudiants sortants des établissements d'enseignement supérieur de connaître le développement durable (DD) et ce qu'il implique afin que les prochaines cohortes de diplômés soient des agents de changement pour le futur. Un principe d'autant plus important que les auteurs du rapport ont remarqué que les élites actuelles, y compris les hommes et femmes politiques, font souvent des discours creux sur le développement durable, ne saisissant pas ce que cela signifie au niveau économique, social, etc. De plus, il y a cette perception populaire que les connaissances sur ce sujet ne sont réservées qu'aux activistes écologistes. Une idée que rejette, entre autres, la Kedge Business School qui croit fermement que la pérennité sociale et économique passera par une meilleure compréhension des enjeux et des composantes du développement durable.

Un test mondial

Depuis le début d'avril 2014, un test de littéracie sur le développement durable peut être soumis aux étudiants d'établissements universitaires dans le monde. Ce « Sustainability literacy test » est un questionnaire à choix multiples composés d'une cinquantaine de questions. Les deux-tiers de celles-ci sont identiques partout dans le monde, le tiers restant étant lié à la région où réside l'étudiant. Pour l'instant, les États-Unis et Hong Kong ont déjà leurs questions personnalisées; très bientôt entreront dans la danse la France, le Québec, l'Espagne, l'Italie, le Brésil et l'Argentine pour ne nommer que ces espaces. D'ailleurs, 6000 étudiants français ont pu tester une version zéro du test durant l'automne 2013.

Les créateurs ont prévu de diffuser les premiers résultats au test lors de la conférence de Nagoya en novembre 2014. Ceci, afin de pouvoir présenter un premier échantillon du niveau de connaissances des étudiants en développement durable, dans les différents pays qui participent à la pahse expérimentale.

Preuve que le sujet n'intéresse pas que les groupes écologiques, des entreprises ont déjà demandé à l'organisation s'il était possible d'obtenir le Sustainability literacy test pour le faire passer à leurs employés. Ce qui est fortement encouragé par les créateurs qui espèrent que dans un futur proche, les travailleurs seront eux aussi sélectionnés selon leurs aptitudes et un niveau minimum de connaissances sur le développement durable.

Et puis, pourquoi s'arrêter aux milieux universitaires et professionnels ? Pourquoi tous les futurs élèves sortant du niveau secondaire ne seraient-ils pas évalués sur leurs connaissances en matière de DD ? Pour l'instant, seuls sont visés les établissements d'enseignement supérieur mais pour la pérennité de la planète, il faudra peut-être s'assurer que les plus jeunes possèdent déjà un haut niveau de maîtrise en développement durable, bien avant l'université.

Illustration : patpitchaya, shutterstock

Références :

Novel, Anne-Sophie. "Après le TOEFL pour l’anglais, voilà le « Sustainability Literacy Test » pour le DD." Même pas mal. Dernière mise à jour : 3 avril 2014. http://alternatives.blog.lemonde.fr/2014/04/03/apres-le-toefl-pour-langlais-voila-le-sustainability-literacy-test-pour-le-developpement-durable/#xtor=RSS-32280322.

Substainability Literacy Assesment. Consulté le 8 avril 2014. http://www.thesustainabilityliteracytest.org/index.html.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur