Articles

Offres de formation en ligne : l'Afrique francophone va t-elle s'y mettre ?

Le nombre de formations en ligne offertes par les universités d'Afrique francophone est en régression. Un comble, à l'heure où le nombre des étudiants, lui, s'accroît.

Par Philippe Menkoué , le 15 avril 2014 | Dernière mise à jour de l'article le 23 mai 2016

A l’heure où l’on observe un foisonnement des offres de formations en ligne (à travers la vulgarisation des MOOCs entre autre) par les universités de l’hémisphère Nord, la quasi-absence des universités d’Afrique (francophones en l’occurrence) dans ce paysage, suscite bien des interrogations. Pourquoi malgré leur nombre sans cesse croissant d’étudiants, les universités d’Afrique francophone ne développent-elles pas plus de programmes de formation en ligne ? La formation en ligne ne peut-elle pas donner un second souffle à l’enseignement supérieur dans ces vastes régions ?

Toute une région à la traine

Bien que les étudiants africains soient de plus en plus nombreux à s’inscrire à des programmes de formations à distance comme le démontre les différents rapports de l’Agence Universitaire de le Francophonie (AUF), force est de constater que l’offre de tels cursus, par les institutions universitaires de la sous région, est plus que limitée. Un constat peu reluisant qu’évoque en d’autres mots Antoine Mian, maitre-assistant TICE à l’ENS d’Abidjan en Cote d’Ivoire, dans un article récent dans lequel il regrette la régression du nombre d’offres de FOAD en provenance des universités d’Afrique centrale et de l’Ouest, lancées dans le cadre de la saison 2014-2015 des appels à candidatures de l’AUF.

Une réalité, que le dynamisme (très) limité de la plupart des institutions universitaires de ces pays. Seules quelques institutions font exception à l’instar de l’institut International d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2IE) au Burkina Faso, de l’Institut Africain d’Informatique (IAI) au Cameroun, de l’Ecole de Bibliothécaires, d’Archivistes et Documentalistes (EBAD) du Sénégal ou de l’Institut de Management et des Technologies (IMAT) qui vient de lancer le tout premier MOOC de la Cote d’ivoire (sur la finance) et de quelques autres. L’Afrique francophone semble avoir raté le train de la mondialisation de l’enseignement supérieur. Et pour cause ?

Mettre en place une formation en ligne pour une université nécessite de nombreuses ressources tant matérielles qu’humaines (compétences locales), nous dira-t-on. Et les sempiternels problèmes de fonds, d’absence de compétences avérées (pour s’y atteler et développer des contenus de formation de qualité entre autres) et même de volonté peuvent être évoqués parmi les obstacles qui plombent toute une institution qui, sous d’autres cieux, constitue un facteur d’émergence. 

La formation en ligne : un second souffle pour les universités d’Afrique francophone ?

La formation en ligne constituerait sans aucun doute, un début de solution à de nombreux problèmes auxquels sont confrontées les universités et autres institutions d’enseignement supérieur de la sous-région, publiques comme privées. Désengorgement des amphithéâtres surpeuplés, dématérialisation des espaces d’enseignement et d’apprentissage qui, le plus souvent laissent à désirer, diminution de dépenses et de risques pour ceux des étudiants parfois obligés de déménager pour des villes universitaires où le coût de la vie est parfois au dessus de leurs moyens, etc.

Dès lors, face à l’opportunité que représente la formation en ligne pour l’émergence de nos systèmes académiques, de par la démocratisation de l’accès aux formations, il serait peut-être temps que les discours cèdent leur place aux actions. Car, comme le soulignait déjà en 2012 Louis-Martin Essono, « L'extension des universités virtuelles sur notre continent s'avère maintenant indispensable, les Ministères en charge de ces problèmes pourraient avantageusement se consacrer à cette initiative et se délester des pratiques contraires à la réalisation de la massification d'une éducation de qualité. Le vrai défi est à ce prix ».

 

Références

- Portail de la Formation Ouverte et à Distance de l’Agence Universitaire de la Francophonie. « Bilans FOAD ». Agence Universitaire de la Francophonie. Consulté le 15 avril 2014. Lien : http://foad.refer.org/rubrique66.html

- Mian, Antoine. «FOAD : Les universités du Sénégal championnes en Afrique de l’Ouest »TICEDU ForumLien : http://ticeduforum.akendewa.net/foad-les-universites-du-senegal-championnes-en-afrique-de-louest/ 

- MOOC "Investir et gagner à la BRVM" IMAT Abidjan. http://imatabidjan.com/brvm/

- Essono, Louis-Martin. « Formation en ligne: les universités africaines en file indienne ». Thot Cursus. Le 14 mars 2012. Lien : http://cursus.edu/article/18002/formation-ligne-les-universites-africaines-file/#.U01ARVV5NYQ

photo : Abidjan. Koko-Taillé via photopin cc

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné