Articles

Manuels scolaires : la fin des livreurs de glace

Capacité de production et services de contenu

Par Denys Lamontagne , le 28 avril 2014 | Dernière mise à jour de l'article le 29 mai 2014

Retro Green Refrigerator - guigaamartins - ShutterStock

Changements technologiques

Quand les technologies de réfrigération sont apparues, nombreux sont les livreurs de glace qui n’ont pas compris que l’essence de leur travail n’était pas de livrer de la glace mais bien d’aider les gens à conserver leurs aliments au frais. Avec la nouvelle technologie, il ne coûtait presque rien de «faire du froid», où on le voulait.

Ainsi ceux qui se sont spécialisés dans la gestion des espaces de refroidissement n’ont fait qu’augmenter leurs activités : tous les restaurants ont des chambres froides et à peu près toute la chaîne de l’alimentation, du fermier et de l’éleveur jusqu’à la maison en passant par les camions de transport et les marchands, est refroidie…  ce n’est pas «moins» mais «plus» d’activité qui a été provoquée par cette rupture technologique.

Dans le domaine de l’édition, on assiste à peu près au même phénomène : le contenu peut maintenant être reproduit sans frais et ce n’est plus l’objet (le livre, la glace) qui a de la valeur, mais la capacité de production et l’accès (au contenu, au froid).

Des éditeurs à la recherche de nouvelles formules

Les statistiques de lecture diminuent dans toutes les catégories de livres, pour tous les âges et pour toutes les genres de lecteurs. D’un autre côté, l’accessibilité du contenu est immense, le choix étourdissant, le renouvellement rapide et la qualité surprenante… autrement dit, la concurrence est féroce, on parle même d’une «surproduction culturelle»,

«Quand l’offre dépasse la demande, un système se retrouve en situation d’excès, de surproduction.»

Du coté du manuel scolaire en Amérique du Nord, son coût ne cesse d’augmenter, bien au delà de celui de l’inflation, et on observe des données contradictoires : les élèves préfèrent étudier avec des livres (moins distrayants), mais les contenus sont plus intéressants, à jour, et variés en ligne. L’accessibilité des Ressources Éducatives Libres (REL) et des cours ouverts (voir le répertoire) contribue à augmenter l’offre de qualité, et celle-ci ne fait que s’étendre, Mais les écoles sont tenues d’acheter les manuels autorisés et uniquement ceux-ci.

On en arrive donc à l’essence de l’édition scolaire : d’un coté des centaines d’institutions, de départements et de professeurs et même d’étudiants ou de particuliers qui peuvent produire directement des documents de formation et de l’autre des éditeurs qui produisent des documents vérifiés, satisfaisant à diverses exigences académiques et pratiques dans le cadre d’un système éducatif.

La capacité de production «conforme» est ce qui procure de la valeur aux éditions scolaires, c’est elle que l’on loue ou que l’on achète.

L’autre élément de valeur est la capacité d’interaction, de mise à jour et de suivi, autrement dit l’accès à des services.  La plupart des éditeurs scolaires commencent à offrir leur catalogue entier sur abonnement, du support pour les évaluations, des mises à jour en continue, des possibilités d’interaction avec les auteurs où les autres élèves, du support, l’accès sur de multiples plates-formes et sans doute d’autres services encore, services que de simples REL disparates ne peuvent offrir.

On retourne aux marchands de glace : il y a toujours un réseau de livraison de glace, mais l’essentiel de l’activité tourne maintenant autour des services de réfrigération. En édition, on produira encore des livres, parfois, mais l’essentiel de l’activité sera constituée des services et du contenu de confiance. On vous veut savant… et rafraîchi.

Références

La surenchère culturelle
Le Devoir - 6 avril 2014 - Stéphane Baillargeon
http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/406563/surproduction-culturelle

Students Prefer Print for Serious Academic Reading
Chronicle of Higher Education -  Juillet 2013 - Sara Grossman
http://chronicle.com/blogs/wiredcampus/students-prefer-print-but-not-books-for-serious-academic-reading/44871

Principaux éditeurs scolaires :

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné