Articles

Atelier numérique : retour d’expérience de Thot Cursus au Digital Society Forum

Les ateliers ou workshops sont des lieux qui favorisent la formation par l’échange de pratiques et d’expériences.

Par Élodie Lestonat , le 26 mai 2014 | Dernière mise à jour de l'article le 08 juin 2014

Digital Society Forum / Orange Lab

Le développement du numérique crée des opportunités et des formes d’apprentissage nouvelles et variées. Afin d’accompagner et dans le même temps offrir des lieux de partage et d’échange, des ateliers émergent. Certains transmettent une formation couplée à des échanges d’expériences. D’autres sont élaborés afin de favoriser une dynamique collaborative.

Cette dernière forme intéresse certaines entreprises qui s’inspirent du bouillonnement intellectuel et créatif que ces ateliers génèrent. Ainsi pour mieux cerner l’évolution des pratiques numériques et leur intégration dans le quotidien, Orange organise des ateliers (workshops) permettant un échange des utilisateurs sur des thématiques définies.

Retour d’expérience de Thot Cursus. Elodie Lestonat, rédactrice, animait le 20 mars 2014, un de ces ateliers à « La cantine numérique » de Rennes.

 L’organisation de l’atelier

  • Le lieu

Les lieux accueillant des ateliers dévolus aux usages numériques ont germés sur l’ensemble des territoires, favorisés par les aides et le support des collectivités territoriales.

A Rennes, « La cantine numérique » est un espace permettant coworking, location d’espace, accompagnement et formation au numérique. Orange Lab a profité de cette mise à disposition d’espace pour organiser cet atelier auquel chacun pouvait s’inscrire gratuitement en ligne.

  •  Le dialogue collaboratif

Afin de faire un lien entre études sociologiques, tendances sociétales et pratiques d’utilisateurs, le Digital Society Forum organise des rencontres à travers une approche collaborative. Afin de parvenir à des échanges fructueux dans un temps assez court (1h30), les thématiques sont prédéfinies et les ateliers circonscrits grâce à un échange en amont avec les animateurs. De plus, les échanges font écho ou viennent enrichir avec de nouvelles perspectives les études réalisées sur le thème.

Pour ce DSF, la connaissance des articles tournant autour de la problématique « Apprendre/désapprendre, sur la ligne de crête des apprentissages numériques » rédigés par Dominique Cardon, sociologue des usages au département SENSE (Sociology and Economics of Networks and Services) d’Orange Labs, permettaient d’initier le débat.

 Les thèmes abordés

L’atelier proposé par le DFS proposait un débat autour de la thématique : « Les nouvelles formes d’apprentissage ».

Afin de satisfaire les attentes des 33 participants aux profils très variés, 3 thèmes ont été proposés :

  • L’apport des outils numériques dans les pratiques pédagogiques
  • L’apprentissage par les TICE : Quels sont les leviers d'appropriation du numérique ?  (Freins, étapes, éléments d'acceptation/appropriation du numérique,...) 
  • Vivre ensemble, mobilité et transdisciplinarité : quelles compétences le numérique peut-il aider à développer ? 
     

 Les restitutions

Les contributions de ces ateliers font l’objet de restitutions publiées sur le site Digital Society Forum. Les retours d’expériences et de pratiques permettent de mettre en évidence les usages et dessiner les pratiques de demain.

Voici la synthèse des échanges de l’atelier « L’apprentissage par les TICE : l’apport des outils numériques dans les pratiques pédagogiques » animé par Elodie Lestonat.

Cet atelier, a réuni 11 participants qui pour une large majorité d’entre eux étaient des femmes (9 participants pour 3 hommes) aux profils variés mais aux questionnements similaires puisque beaucoup d’entre eux étaient parents. Les origines professionnelles différentes ont permis l’éclosion et l’orientation des débats autour de problématiques variées.

Ainsi l’atelier a été l’occasion d’échanges pluridimensionnels autour de l’acte d’apprendre, en raison des profils divers des participants, de leurs attentes et de leur compréhension des termes mêmes du thème servi dans cet atelier.

Ainsi s’il est « facile d’accéder aux informations », il est nécessaire de distinguer cette sphère informative de celle du «contexte d’apprentissage». Les participants ont relevé le fait que la pédagogie doit accompagner l’apprenant dans sa capacité à trouver l’information idoine afin que cette dernière devienne connaissance. La pédagogie ne se limiterait pas au seul cadre scolaire si l’on considère l’idée que les contextes d’apprentissages sont divers. Les pratiques pédagogiques se déclineraient selon que les acteurs sont des élèves, des enseignants, des enfants ou des adultes et pourraient se nourrir des multiples échanges qu’ils pourraient créer.

De plus la pédagogie est l’occasion de donner à l’enfant et à l’élève les clés de l’ « autonomie » dans son apprentissage, autonomie dans l’usage des outils numériques mais aussi dans la construction des savoirs, tout en le « préservant des risques » liés à la sphère numérique.

Si les participants à cet atelier ont évoqué la possibilité que la formation par le numérique ne passe pas nécessairement par la salle de classe, certains ont pourtant relevé que « l’école restait le lieu privilégié pour apprendre at avoir accès au numérique », favorisant « l’égalité de tous » devant cet outil. Cette nécessité d’être aujourd’hui formé à l’usage des outils numériques participerait à la « lutte contre l’exclusion sociale ».

Les pratiques pédagogiques actuelles évoluent grâce à des outils numériques de plus en plus adaptés aux apprentissages. Des échanges intéressants autour de la lecture et de notre rapport à l’écrit ont débouché sur le développement de l’usage des liseuses et de leur ergonomie adaptée à notre besoin de lire et d’accéder au contenu d’ouvrages libérés de la problématique de leur encombrement. Cependant cet outil, ainsi que les tablettes et l’ordinateur, modifie notre appréhension du document littéraire. Il y a 20 ans, nous nous plongions dans la « lecture linéaire » de livres. Aujourd’hui, nous naviguons via les hypertextes et développons une capacité à lire autrement grâce à « différents niveaux de profondeurs ».

Les mécanismes d’apprentissages évoluent et il semblerait logique d’accepter des parcours individualisés qui pourraient se créer « tout au long de la vie ».

La question de la pertinence du recours à l’outil numérique n’a pu être approfondie bien que les intervenants considèrent qu’il est incontournable. Incontournable car il agit sur la ludification des apprentissages, intègre la diversité des médias (vidéos, sons, blogs, …), facilite les échanges et le rapport à l’autre (particulièrement intéressant dans le domaine de l’apprentissage des langues que deux participantes ont expliqué). C’est aussi un outil qui participe aussi au suivi des élèves (portail ENT) et facilite la communication auprès des familles des notes et des devoirs.

Enfin, si des objectifs pédagogiques ont pu être identifiés, les possibilités offertes par les outils numériques dans les pratiques pédagogiques sont mal connues. Au-delà des applications, les participants voient clairement quel usage peut être fait de l’ordinateur, un peu moins de la tablette et s’étonnent des usages du mobile et n’évoquent pas les jeux sérieux. Peut-être faudrait-il se pencher sur la relation qui pourrait exister entre cet état et le sentiment que « la technologie va trop vite » ?

L’apport des outils numériques dans les pratiques pédagogiques reste un territoire mal connu du grand public qui pourtant attache une grande importance à la formation et à l’éducation.

Cet atelier s’insère dans un ensemble de réflexions relayé par les autres thèmes animés par Norbert Friant, responsable du service Aménagement et Usages du numérique à Rennes Métropole at angélique Montuwy, étudiante en master « Usages Sociaux et Educatifs des Technologies de l’Information et de la Communication (USETIC).

 Une expérience positive

Ce type de workshop propose un échange libéré d’un cadre formel, ce qui permet une plus grande liberté d’expression, de partage d’idées et de questionnements. Ce moment a été l’occasion de rencontrer des participants aux profils variés qui s’interrogent, sont curieux de propositions éducatives inconnues et poussent plus loin la réflexion sur les pratiques éducatives à développer.

On ne peut qu’encourager ces initiatives autour d’autres thématiques et problématiques afin que l’environnement et les apprentissages de demain se construisent autour de la diversité des idées.

La synthèse des ateliers peut être consultée sous l'onglet "Synthèse" et chacun des ateliers en consultant "point de vue".

Références

CARDON, Dominique. Apprendre/désapprendre. Sur la ligne de crête des apprentissages numériques. Digital Society Forum Consulté le 30 avril 2014. http://digital-society-forum.orange.com/les-forums/85-apprendre-desapprendre._sur_la_ligne_de_crete_des_apprentissages_numeriques

 Digital Society Forum. "Nouvelles formes d’apprentissage." Date de publication 24 avril 2014. http://digital-society-forum.orange.com/fr/les-rencontres/110-ateliers_nouvelles_formes_drapprentissage.

Digital Society Forum. "Nouvelles formes d’apprentissage, restitutions des ateliers." Dat de publication 26 mai 2014. http://digital-society-forum.orange.com/fr/les-rencontres/172-restitution_atelier_les_nouvelles_formes_dapprentissage_paris

 La Cantine Numérique Rennaise. "Les nouvelles formes d’apprentissage par le numérique - Atelier du Digital Society Forum Orange ". Date de publication 20 mars 2014. http://www.lacantine-rennes.net/events/les-nouvelles-formes-dapprentissage-par-le-numerique-atelier-du-digital-society-forum-orange/.

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné