Articles

Les bibliothèques comme lieux d'inclusion numérique

En cette ère de numérisation, tous se demandent qu'adviendra-t-il des bibliothèques. Et si elles étaient la solution à la fracture numérique?

Par Alexandre Roberge , le 01 juin 2014 | Dernière mise à jour de l'article le 17 juillet 2014

Avec la multiplication des téléphones intelligents et de l'informatique intégrée presque à tous les aspects de notre vie, il peut être facile de croire que tous ont le même niveau de compétences ou de connaissances numériques. Or, cela est faux. Les strates plus pauvres des sociétés et les nations en développement sont les exemples les plus patents que le numérique pour tous est loin d'être une réalité, même en 2014.

Pendant ce temps, certains se demandent ce qui arrivera des bibliothèques publiques dans un futur proche. Après tout, avec la numérisation plus grande des livres et leur version papier disparaissant peu à peu, beaucoup craignent pour l'avenir de ces établissements. Les uns espèrent les voir comme des remparts de sûreté de toutes les données créées en ligne dans les dernières années, mais d'autres envisagent un autre rôle : médiateurs pour diminuer la fracture numérique.

Former un public « analphabète » numériquement

Avoir des connaissances numériques ne signifie pas seulement connaître les interfaces. C'est une masse de compétences dont l'acquisition est essentielle pour non seulement se débrouiller dans l'univers informatique, mais aussi donner du sens aux usages. L'exemple WikiLeaks l'a d'ailleurs montré. Ce site qui se devait être le socle du « nouveau pouvoir » donnant aux sonneurs d'alarme la possibilité de dénoncer des politiques aberrantes n'a jamais eu, hormis pour quelques dossiers, un succès populaire aussi grand que d'autres sites d'information sur Internet. Pourquoi? Car farfouiller sur WikiLeaks est mille fois plus complexe que Wikipédia. Cela demande d'assimiler et de lire des tonnes de documents non classés et, surtout, de leur donner du sens sans avoir aucun contexte derrière.

Non seulement, il est essentiel d'inculquer aux populations les bases de l'informatique, mais aussi le sens des services numériques existant : comprendre les outils et savoir ce qu'on peut en faire. Lorsque les premiers ordinateurs arrivaient dans les années 90 au Brésil, Rodrigo Baggio mettait sur pied le premier CDI (Center for Digital Inclusion). Le but était de créer un lieu où les gens, même les plus démunis, pourraient y venir et être formés à se servir de l'informatique comme outil de communication et de dénonciation. Ainsi, en apprenant à photographier ou filmer les déchets traînant dans les favelas et à envoyer leurs créations par courriel aux élus ou sur Internet pour attirer leur attention, ils ont réussi à obliger les instances publiques à s'occuper du traitement des ordures dans les bas quartiers.

Un réseau de bibliothèques pour l'inclusion de tous au numérique

Aujourd'hui, les CDI se retrouvent dans de nombreux pays et pas seulement les plus pauvres. On en trouve même un en Illinois, aux États-Unis! Mais ce rôle de médiation peut aussi être accompli par des bibliothèques. C'est ce qui est arrivé à Medellín, en Colombie. Anciennement reconnue comme la capitale du narcotrafic, elle a complètement changé son image avec Ruta N; un réseau de bibliothèques où les Colombiens peuvent y acquérir des savoirs et compétences liées à l'univers numérique. Depuis 2013, un programme intitulé Interchange donne aux enfants la chance de rencontrer des spécialistes en informatique et de traiter, entre autres, de sujets aussi pointus que les nanotechnologies, par exemple.

Les bibliothèques seraient donc, pour certains, les lieux parfaits pour aborder et enseigner toutes les technologies, y compris les plus récentes découvertes, avec ses usagers. Étant des lieux publics intergénérationnels et locaux, ces établissements pourraient être les mieux placés pour mesurer le niveau de littéracie numérique d'une région et offrir des activités ou des services permettant d'augmenter les compétences des groupes plus vulnérables qui bénéficieraient beaucoup de ces savoirs. Les bibliothèques pour réduire la fracture numérique? L'hypothèse semble plausible.

Illustration : Ermolaev Alexander, shutterstock

Références :

Center for Digital Inclusion » @ the Graduate School of Library and Information Science. Consulté le 28 mai 2014. http://cdi.lis.illinois.edu/cdi/.

Pelen, Margaux. "Why physical libraries are the perfect place to bridge the digital gap." Medium. Dernière mise à jour : 26 mai 2014. https://medium.com/@mapelen/9ace0639a1.

Roberge, Alexandre. "Les bibliothèques, sanctuaires de nos trésors numériques." Thot Cursus. Dernière mise à jour : 24 avril 2014. http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/21690/les-bibliotheques-sanctuaires-nos-tresors-numeriques/#.U4aXOnb_nU0.

RutaN. Consulté le 28 mai 2014. http://rutanmedellin.org/index.php/es.

WikiLeaks - https://wikileaks.org/

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné