Articles

B. Cerquiglini, recteur de l'AUF : "Le français a toute sa place dans un monde académique multipolaire"

L'AUF assure un leadership incontestable dans la promotion de la formation en ligne en français. Sa stratégie intègre désormais les CLOM (MOOC). Entretien avec Monsieur Cerquiglini, recteur de l'AUF

Par Christine Vaufrey , le 16 juin 2014 | Dernière mise à jour de l'article le 18 mai 2016

Le monde académique en ligne change à très grande vitesse. Depuis la création des plateformes de MOOC (CLOM en français : Cours en Ligne Ouverts et Massifs) Coursera et Edx, il semble dominé par les universités américaines qui pratiquent un art consommé du marketing et de la communication pour se positionner comme pionniers et références incontournables de l’apprentissage en ligne. Avec elles, c’est l’anglais qui semble une nouvelle fois triompher sur la toile. Les cours réalisés dans d’autres langues, notamment en français, sont-ils condamnés à n’occuper que des positions secondaires ?

Non ! répond Monsieur Bernard Cerquiglini, recteur de l’Agence Universitaire de la Francophonie et linguiste bien connu des familiers de TV5 Monde. Selon lui, le plurilinguisme n’a jamais été aussi présent dans le monde de la recherche et le français y a toute sa place.

M. Cerquiglini a bien voulu répondre à nos questions sur ce sujet et les CLOM en français lors d’un entretien réalisé à la fin du mois de mai 2014.

 

Un soutien constant à la formation à distance en français

M. Cerquiglini, l’AUF assure le leadership international du soutien à la formation en ligne francophone. Comment cela se traduit-il ?

De multiples façons, et je vous renvoie à notre site pour connaître le détail de nos activités, mais j’insisterai ici sur les actions qui influent le plus directement sur l’offre de formation en ligne en français et l’élargissement de leurs publics.

L’AUF a créé et gère directement 39 campus numériques francophones dans les universités de 42 pays, principalement en Afrique subsaharienne mais aussi dans les pays du Maghreb, au Moyen-Orient, en Europe centrale, en Asie du Sud-Est… Ce sont de petites unités qui proposent des services numériques de proximité, à commencer par des postes informatiques disposant d’une connexion Internet de qualité satisfaisante. Ces campus sont animés par des tuteurs accompagnant les étudiants dans leurs travaux. À côté de ces campus directement gérés par l’AUF, on trouve depuis 2009 des unités gérées par des établissements partenaires qui offrent des services similaires et bénéficient de notre label. 28 de ces campus partenaires existent actuellement.

L’AUF accorde des bourses d’études, complètes ou partielles, aux candidats souhaitant s’engager dans une formation à distance en français labellisée par notre établissement. Nous recevons beaucoup plus de demandes que nous ne pouvons accorder d’allocations, mais nous parvenons néanmoins à aider plus de 1 000 étudiants chaque année, grâce à nos deux appels à candidature annuels.

L’AUF contribue enfin, de manière décisive, à l‘élargissement de l’offre de formation à distance en français, en appuyant la création de parcours de formation diplômants par les universités de par le monde. Nous avons ainsi contribué à la création d’une centaine de parcours de licence et master, dans de nombreuses disciplines (droit et gestion, sciences humaines, sciences de l’ingénieur, médecine, développement durable…). Nous privilégions bien sûr les formations créées par les universités du Sud, qui représentent actuellement le tiers de l’offre totale.

Cette année, en plus des FOAD diplômantes classiques, nous avons décidé de soutenir la création de CLOM (acronyme francophone du MOOC anglophone) par les universités du Sud.

 

Les CLOM, éléments de réponse à la surpopulation étudiante dans les universités du Sud

Les CLOM ne constituent pas des parcours diplômants et sont ouverts à tous, pas seulement aux étudiants régulièrement inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur. Pourquoi alors soutenez-vous leur création ?

Il s’agit d’un élargissement de notre stratégie de soutien à la FOAD francophone, qui s’inscrit dans notre volonté permanente de promotion de l’innovation. Clairement, les CLOM se sont installés dans le paysage de la formation en ligne et connaissent un immense succès. Néanmoins, ne cédons pas à un optimisme béat : ils ne vont pas régler comme par magie tous les problèmes d’accès aux études supérieures et de qualification que connaissent aujourd’hui les groupes les plus fragiles et les apprenants des pays en voie de développement. Mais ils peuvent apporter des éléments d’amélioration décisifs, à condition d’en maîtriser la conception et la diffusion.

Quels choix avez-vous opérés à ce niveau ?

Ce sont d’abord nos établissements membres qui ont opéré ces choix ! Ce que leurs responsables demandent avant tout, c’est de ne pas reproduire avec les CLOM ce contre quoi nous nous battons depuis toujours à l’Agence, à savoir la domination d’une partie du monde sur une autre. En d’autres termes, il n’est pas question de voir d’un côté les producteurs de CLOM et de l’autre, les consommateurs. Nous avons donc fait le choix d’apporter notre soutien aux établissements du Sud qui souhaitent créer des CLOM, en mettant à leur disposition l’expertise des établissements qui ont déjà réalisé ce type de cours, en organisant des sessions de formation et avec une aide financière.

Ensuite, nous soutenons la réalisation de CLOM universitaires, réservés aux étudiants régulièrement inscrits. Cela peut sembler étrange vu de France ou d’un autre pays occidental, dans lesquels les CLOM ciblent un public beaucoup plus large, engagé dans une démarche d’apprentissage autonome. Mais cette situation ne correspond pas à celle que connaissent nombre de nos établissements membres, qui affrontent une problématique de surpopulation étudiante, surtout en premier cycle, sans commune mesure avec celle qui prévaut dans les établissements du Nord. Les CLOM vont permettre de distribuer un enseignement de qualité à de très grands nombres d’étudiants, grâce aux outils numériques. Ces CLOM seront intégrés aux parcours universitaires habituels, pour soulager à la fois les enseignants et les infrastructures.

 

Une stratégie qualitative d'accompagnement des porteurs de projets

Ne risque t-on pas de provoquer une baisse de qualité de la formation ainsi dispensée ? De nombreuses critiques se sont élevées contre la faible valeur pédagogique de certains CLOM, qui se résument à une alternance de cours filmés et de quiz…

Ces CLOM de faible valeur pédagogique ont généralement été conçus par des personnes qui n’avaient aucune expérience en formation à distance et qui sont tombées dans tous les pièges de la fascination technologique. A l’AUF, nous oeuvrons dans ce domaine depuis plus de 20 ans et savons de quoi est constitué un bon cours en ligne. C’est cette expertise que nous mettons à la disposition des établissements qui souhaitent se lancer dans l’aventure des CLOM. Notre priorité, ce n’est pas l’outil ; ce sont l’enseignement et les modalités d’apprentissage !

Nous souhaitons d’ailleurs créer un portail qui valoriserait les CLOM francophones répondant à certains critères qualité. Le portail OCEAN constitue déjà une référence en ce domaine, dont on peut s’inspirer pour étendre l’expérience.

Quels sont les lauréats de votre premier appel à projet pour la réalisation de CLOM ?

Nous avons retenu les 6 projets suivants :

  • Initiation à la conception orientée objet (Informatique) – Université de Sousse, Tunisie 

  • Marketing social (Economie) – Université Ouagadougou 2, Burkina Faso 

  • Empire médiévaux d’Afrique de l’Ouest (Histoire) – Université des sciences sociales et de gestion de Bamako, Mali 

  • Contrôle de gestion décisionnel (Economie) – Université Ibn Zohr d’Agadir, Maroc 

  • Ecotourisme (Développement durable) – Université de Jendouba, Tunisie
     
  • Cultures au Viêt Nam méridional (Histoire) – Université de Hoa Sen, Viêt Nam.

 

Les coordinateurs de ces projets bénéficieront d’une session de formation qui sera dispensée à la prochaine rentrée universitaire à l’IFIC de Tunis et d’un accompagnement tout au long de l’élaboration de leur CLOM. Je rappelle que ce soutien aux CLOM s’ajoute à celui que nous apporterons aux 11 projets de FOAD retenus lors de la session 2013-2014 de notre appel à projets annuel.

 

Le français dans un monde scientifique multipolaire

L’investissement de l’AUF en faveur de la FOAD francophone ne faiblit donc pas. Votre combat pour le français dans le monde académique a t-il encore quelques chances d’être remporté ?

Absolument ! Il est faux d’affirmer que l’anglais règne sans partage sur le monde académique. Le nombre de nos membres augmente constamment : il vient d'atteindre 800, situés dans 100 pays. Nous avons cette année accueilli plusieurs universités chinoises au sein de l’AUF, qui souhaitent développer un enseignement en français.

Le monde scientifique est aujourd’hui multipolaire : on produit des travaux de qualité partout, dans de nombreuses langues. Pensez que la Chine, justement, dispose actuellement de plus de 200 revues scientifiques de haut niveau publiées en mandarin !

Le français se doit d’être présent partout où la science nouvelle s’élabore et notamment en Chine, en Inde, ou encore au Brésil. L’anglais a régné en maître pendant une quarantaine d’années, des années 60 aux années 2000. Au prix d’un appauvrissement de la recherche dans certains domaines, nous ne craignons pas de l’affirmer. Car dans les domaines où l’on pense en une seule langue, la recherche s’appauvrit. La politique du français, défendue par l’OIF et en particulier par l’AUF dans le champ académique, est d'inspiration plurilingue. Elle prend sa place dans un monde ouvert au métissage et à la diversité, d’où naît l’innovation et où grandit la connaissance.

 

Références  

Présentation de Monsieur Bernard Cerquiglini, recteur de l’AUF : http://www.auf.org/auf/en-bref/nos-instances/le-recteur/

Merci professeur ! L’émission sur la langue française présentée par B. Cerquiglini, sur TV5 Monde : http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/lf/Merci-Professeur/p-17081-Merci-Professeur.htm

Agence universitaire de la francophonie, site : http://www.auf.org/

Pour en savoir plus sur les campus numériques francophones : http://www.auf.org/auf/planete/planete-auf-decembre-2013/dossier-du-mois/les-campus-numeriques-francophones-il-etait-une-fois/

Où trouver les CNF : http://www.auf.org/implantations/?region=&type=Campus+num%C3%A9rique+francophone

L’appel à projet FOAD 2013-2014 (clos) : http://foad.refer.org/article1501.html

Les lauréats de cet appel à projets : http://foad.refer.org/article1527.html

Séminaire Les cours en ligne massifs : une stratégie francophone ? AUF, 6 mai 2014, Paris. Synthèse réalisée par Jacques Wallet (Université de Rouen) et Alain Jaillet (Université de Cergy-Pontoise). Fichier pdf, 5 pages.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné