Articles

Afrique australe : la formation à distance pour améliorer la prise en charge des enfants séropositifs

Par Thot , le 08 mars 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 09 mars 2010

15 000. C'est le nombre estimé d'enfants touchés par le VIH/SIDA au Swaziland, pays d'Afrique Australe. Au Swaziland, 26% des adultes sont séropositifs, dans une région du monde qui est elle-même la plus touchée par le fléau du VIH/SIDA. Les enfants sont donc doublement vulnérables : parce que certains d'entre eux sont déjà infectés, et parce qu'un nombre encore plus grand a perdu au moins l'un de ses parents, emporté par la maladie. 

Des travailleurs sociaux très investis, mais peu formés

Les besoins des enfants sont donc immenses. Jusqu'à une époque récente,  les 12 000 travailleurs sociaux du Swaziland, employés par le gouvernement et des ONG, s'attachaient surtout à aider les adultes séropositifs. Aujourd'hui, ils portent aussi une attention particulière aux enfants.

Mais la grande majorité de ces travailleurs sociaux ne disposent pas de formation initiale. C'est pour pallier à cette carence et, en particulier, améliorer les compétences des travailleurs  sociaux en matière de prise en charge globale des enfants touchés par le VIH/SIDA, que le bureau pour l'Afrique de l'Est de l'UNICEF, l'Université du KwaZulu-Natal d'Afrique du Sud et le Regional Psychosocial Support Initiative (REPSSI) ont mis en place le Programme travailler avec des enfants, des familles et des communautés (PWCFC).

Ce programme est accessible entièrement à distance. Une première cohorte de 500 travailleurs sociaux appartenant à huit pays d'Afrique Australe (Lesotho, Namibie, Zimbabwe, Zambie, Malawi, Tanzanie, Swaziland et Ouganda) l'ont suivi en 2009-10.

Le programme est composé de six modules, dont le dernier constitue une mise en pratique, au sein d'une organisation gouvernementale ou humanitaire, de ce qui a été appris dans les cinq précédents. Les participants à la formation sont sélectionnés par des ONG et les gouvernements. Il s'agit donc d'adultes en cours d'emploi, qui font la preuve de leur engagement auprès des communautés.

Plein succès pour le programme de formation à distance

Les résultats sont extrêmement satisfaisants : au Swaziland, sur les 127 participants à la formation, cinq seulement ont abandonné en cours de route. Les autres expriment leur intérêt pour ce programme : "Le module sur le développement des enfants et des jeunes m'a vraiment aidée à comprendre les besoins affectifs des adolescents et cela est encore plus approprié pour les orphelins et enfants vulnérables", souligne par exemple une participante au programme, âgée de 70 ans, travailleuse sociale en zone rurale.

Si tous les cours se suivent à distance, les participants se réunissent une fois par mois avec leurs tuteurs. L'UNICEF prend en charge les frais de formation, les participants assumant leurs frais de transport.

A moyen terme, le PWCFC devrait se transformer en cursus universitaire, probablement accueilli par l'Université du Swaziland, qui dispose déjà d'un institut de formation à distance.

La formation à distance joue ici un rôle essentiel d'amélioration des compétences en cours d'emploi, dans le domaine vital de la santé. Un exemple à suivre dans d'autres pays touchés par des pandémies réclamant des réponses rapides de la part des soignants et des travailleurs sociaux.


Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné