Articles

Jouer au docteur : jeux sérieux pour les professionnels de santé et leurs patients

Par Alexandre Roberge , le 18 janvier 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 09 février 2012

Jouer au docteur ! Nous avons tous quelques souvenirs comiques de ce genre de mise en scène, adorée des petits.

Le jeu entre désormais dans les pratiques médicales les plus sérieuses, comme dans l'univers des usagers de la médecine que nous sommes (presque) tous.

Interaction Healthcare, une entreprise spécialisée en solutions de formation en milieu médical, est conceptrice d'un des "serious games" les plus coûteux à produire, mais un des plus réalistes du moment : "Pulse!!", une simulation médicale 3D permettant de distribuer des modules de formation sur l'utilisation de matériel en hôpital ou sur des procédures chirurgicales. Cette entreprise propose aux praticiens du secteur de la santé des webconférences sur la manière dont les serious games et la technologie vont changer leurs métiers.

La nouvelle trousse du docteur

Après le stéthoscope, le thermomètre ou le scalpel, les nouveaux outils du médecin pourraient bien devenir l'ordinateur, le cellulaire et même la console de jeu vidéo ! C'est ce qui ressort de la conférence: les outils sont là et vont se développer encore plus non seulement pour les médecins, mais pour le corps infirmier et même l'administration des établissements de santé. Déjà, uniquement en matière de formation, les solutions de e-learning sont diversifiées. On pense aux jeux sérieux comme "Pulse !!", bien sûr, mais il existe un matériau infiniment plus abondant et plus facile d'accès sur Internet, qui devient le principal outil de formation continue des professionnels de la santé, en mêê temps qu'un outil d'information essentiel aux patients.

Même la console de jeu vidéo se met de la partie. En 2008, on annonçait que des programmes étaient développés pour améliorer les interventions de résidents (internes, dans le vocabulaire francophone) en chirurgie. Comment ? En jouant à des jeux de précision ou de simulation médicale avec la Wii et sa fonction de détection de mouvement ! De plus, la conférence d'Interactive Healthcare nous apprend qu'un psychologue, Michael Stora, est un ardent défenseur du jeu comme un outil thérapeutique chez des jeunes ayant des problèmes de comportement. Il y a deux ans, le spécialiste et fondateur de l'OMNSH (Observatoire des mondes numériques en sciences humaines) expliquait d'ailleurs sa position favorable au jeu comme moyen d'atteindre les jeunes clientèles en psychologie.

Les jeux médicaux ciblent surtout le public "jeunes"

Toujours en lien avec le public des jeunes, voici "Dolokids", un jeu vidéo sérieux conçu pour apaiser les craintes de jeunes patients hospitalisés, leur expliquer comment se déroule un séjour à l'hôpital. Un outil qui n'est pour l'instant pas répandu car ce genre d'initiatives coûte cher aux établissements médicaux, souvent aux prises avec des situations financières difficiles. Mais il ne serait pas impossible de voir ce type de projet s'étendre dans les prochaines années.

Les nouveaux outils disposent également d'un fort potentiel en matière de prévention santé. Entendre un médecin parler de bonne nutrition à la télévision est plutôt abstrait, mais la chose prend un côté plus concret quand vous-même devez prendre en main les conditions de nutrition d'une population virtuelle qui peut rapidement devenir obèse selon vos choix de menu. C'est ce que propose le jeu Fatworld. A un niveau moins élaboré, signalons aussi l'existence d'un site qui aborde un problème bien connu des jeunes : Tout sur l'acné fournit des informations sur ce problème de peau et propose même de participer à un jeu où l'on doit répondre à des questions sur l'acné pour remplir un canon de crème et éliminer les boutons. En utilisant des faits, de l'interactivité et même un brin d'humour, le message passe mieux.

A quand un jeu qui s'adresserait d'abord au patient, lui permettrait de poser un pré-diagnostic sur sa problématique et d'envisager différents modes de traitement (médicaux ou non) avant de se rendre s'il le souhaite chez un médecin ? Le secteur de la santé n'a sans doute pas intérêt à réduire la dépendance des usagers face au corps médical. Mais il est néanmoins l'ubn des plus dynamiques en matière d'utilisation des nouvelles technologies, y compris en matière de prévention, et pour améliorer l'exercice de ses professionnels.

Les conférences en ligne d'Interaction Healthcare

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné