Articles

La pédagogie de la satisfaction et la préservation des flux

Entretenir le feu de l'intéret

Par Denys Lamontagne , le 17 mai 2005 | Dernière mise à jour de l'article le 10 mai 2016

Nous avons presque tous été exposés à la pyramide des besoins de Maslow. Cependant, ce genre de hiérarchie nous mène systématiquement à des culs-de-sac : boire avant gloire ou manger avant sexe ? Des gens sont prêts à mourir pour des idées, pour leurs enfants, pour de l’argent, pour l’honneur et d’autres ont peur de leur ombre, des souris ou du ridicule.

L’ordre des priorités et des besoins comme la faim, la sécurité, la reconnaissance et autres considérations physiques, biologiques ou psychologiques sont fonction des décisions humaines.

Il faut avoir drôlement faim ou être très ambitieux pour accepter de perdre son honneur, trahir ses amis ou vaincre sa peur. Les considérations de valeur et l'émotion décident des priorités avant toute autre chose. Quand ces considérations sont modifiées, toute la hiérarchie des besoins peut changer. Alors, oublions Maslow et sa pyramide des besoins. La responsabilité et le contrôle reviennent aux personnes, qu'elles les assument ou pas.

Sources de satisfaction en apprentissage

L’apprentissage est affaire de communication entre une source de connaissances et une personne apprenante. On peut apprendre à partir d’un livre ou d’un site web tout comme à l’aide d’un professeur dans une institution ou en faisant ses propres observations.

Le flux de la source à la personne peut être considéré comme source de satisfaction dans la mesure où il atteint sa finalité : répondre au besoin perçu. Tout ce qui le perturbe devient alors indésirable. Simple ! Ainsi le professeur, l’étudiant et l’institution savent à quoi s’en tenir : il s’agit de créer et d’entretenir le flux du sujet à l’étudiant.

Le flux (de la source au récepteur) qui répond au besoin perçu engendre la satisfaction de l'étudiant.

Professeurs, étudiants, pédagogies, technologies, médias peuvent favoriser ou perturber ce flux et engendrer satisfaction ou insatisfaction.

Le contrôle des sources d’insatisfaction

Si le sujet intéresse l’étudiant, le flux peut s’établir, dans le cas contraire le professeur ou l’institution peuvent essayer de l’y intéresser, mais ce sera toujours à lui d’y jeter un coup d’oeil, d’y trouver un intérêt. L'apprentissage commence par l'observation; il faut bien jeter un coup d'oeil au sujet pour commencer...

En principe, n’importe quel sujet peut intéresser quelqu’un; les personnes disponibles sont naturellement ouvertes. On n’a qu’à regarder l’attitude d’une classe au début de l’année, les élèves ils sont majoritairement enthousiastes... quelque mois plus tard la situation est toute autre, l'apathie s'installe si facilement.  Qu’est-ce qui empêche le flux de continuer de couler ? Même si les paroles continuent d’être émises, elles cessent d’être reçues, d’être comprises, d’être acceptées; l’insatisfaction règne.

Il n’y a pas une infinité de manières d’engendrer l’insatisfaction à l’étude :

  • mal émettre un flux de communication :
    • message imperceptible : ............
    • message indécodable : dpnnrdodbujpo
    • message parasité : comzznizztxon
    • message incomplet : .o...nication
    • message boiteux (syntaxe, orthographe, ponctuation, protocole) : comuniquation
       
  • émettre des contenus incompréhensibles :
    • termes indéfinis : psychoanolosynthèse;
    • termes équivoques : la chose, le truc, le bidule;
    • termes incorrects : la bougie de freinage.
       
  • émettre un flux de communications incohérent :
    • confus, pas de fil conducteur : la communication est un produit alors que l'éducation une fonction sociale;
    • inconstant (dans un sens, puis dans un autre) : la communication est essentielle alors que souvent la communication n'est pas importante.
       
  • émettre un flux de communications inacceptables :
    • impertinentes, sans finalité ni intérêt pour la personne : «l'importance du Fortran II en programmation»;
    • culturellement ou émotionnellement insupportables : «la promotion de la haine«, «l'étude de la merde»;
    • non-crédibles : «l'OMS prévoit 500 millions de morts par le virus ABC»;
    • fausses : «la population de phoques du Canada est en péril»;
    • au delà du besoin : «vous avez compris mais je réexplique...».
       

À peu près toutes les façons de manquer son coup peuvent être rattachées à l’un de ces points:

  • un cours surchargé d’effets spéciaux, revient à une communication impertinente, sans finalité;
  • un montage vidéo mal fait revient à une syntaxe boîteuse;
  • des liens manquants correspondent à un message incomplet;
  • des répétitions trop fréquentes deviennent impertinentes puisqu'elles vont au delà;
  • une pédagogie envahissante interrompt le flux et devient parasite;
  • des liens dans tous les sens engendrent la confusion;
  • une ergonomie aléatoire revient à «inconstance», etc.

    et la pire de toutes :

  • un cours qui ne correspond pas aux intérêts ou à aucun besoin perçu EST impertinent. Il n’y a alors pas de finalité au flux pour l’étudiant.

Il y en a pourtant qui se spécialisent dans ces approches, avec les résultats que l'on sait. Pour eux, ceci est l'éducation, la vraie, douloureuse et nécessairement déconnectée; si on s'y plait c'est que quelque chose ne va pas. Il serait peut-être temps de se débarasser de ces conceptions autocratiques.

Les particularités de chacun

Au niveau personnel, quelqu’un qui panique devant, par exemple, un terme mathématique utilisé dans une explication, a de fortes chances non seulement d’avoir une définition manquante quelque part, mais aussi une charge émotionnelle qui lui rendent la chose insupportable. Il a lui aussi son travail à faire.

Autant l’émission que la réception sont concernés : un handicapé visuel ou auditif recevra des messages imperceptibles; un étudiant d’une autre langue des messages indécodables, un hyperactif des messages incomplets, etc.


Responsabilité

À la fois ceux qui produisent les cours, ceux qui les transmettent et ceux qui les suivent ont une responsabilité dans la préservation du flux allant de la source au récepteur.

Ultimement, l’étudiant autodidacte peut prendre toutes les responsabilités. Ce qui est sûr, c’est que la satisfaction de tous tient à l’existence réelle du flux entre la source et l’étudiant, jusqu’à l’atteinte des finalités poursuivies par l'étudiant et pas au delà.  Au delà, il faut recréer le besoin et l'intérêt.

Ainsi,

  • les concepteurs créent des cours adéquats;
  • les transmetteurs les communiquent correctement;
  • les étudiants appliquent leur méthodologie d’étude;
  • les tuteurs et, ultimement, les institutions s’assurent de la qualité du flux à toutes les étapes...


Avec ceci en place, la formation à distance peut s’étendre partout. Satisfaction garantie.

Illustration : c.alberto via Foter.com</a> / CC BY-NC-SA

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné