Articles

Les téléphones mobiles catapultent l’Afrique rurale dans le 21ème siècle***

Par Martine Jaudeau , le 17 octobre 2005 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Yanguye, Afrique du Sud - Sur ce sommet sec et montagneux, Bekowe Skhakhane, 36 ans, effectue les tâches les plus simples avec difficulté.

Chercher de l’eau à la rivière prend 4 heures par jour. Pour cuisiner, elle rassemble des brindilles et confectionne un feu. La lumière provient de bougies.

Mais quand Mme Skhakhane veut parler à son mari qui travaille dans une acierie de Johannesbourg à 250 miles de là, elle fait ce que beaucoup de gens font dans des régions plus développées : elle utilise son téléphone portable.

Les personnes comme Mme Skhakhane contribuent à ce que l’Afrique devienne le marché de mobiles qui se développe le plus vite au monde. De 1999 à 2004, le nombre d’abonnés aux mobiles en Afrique a grimpé de de 7.5 millions à 76.8 millions, avec une moyenne de croissance annuelle de 58 pour cent. Plus qu’en Asie pour la même période.

"C’est une nécessité," affirme Mme Skhakhane, "Acheter du temps de communication fait partie de ma liste de courses habituelle." Elle dépense l’équivalent de $1.90 par mois pour cinq minutes de communication téléphonique.

Quand les nations africaines ont commencé à privatiser les monopoles des téléphones au milieu des années 1990, et que des opérateurs ultra-compétitifs ont vendu du temps de communication en unités plus petites et moins chères, l’usage du téléphone portable a explosé.

Les téléphones d’occasion coûtent moins de $50 en Afrique du Sud. Un Africain sur 11 est maintenant abonné à la téléphonie mobile. Il suffisait de leur en donner les moyens.

Au Nigeria, au Congo ou en Afrique subsaharienne, il existe une ligne fixe pour 33 personnes en moyenne, alors les mobiles donnent la possibilité à des millions de gens de sauter une génération technologique et de passer directement de la lettre au message instantané (sms).

Bien que seulement 60 pour cent d’Africains soient proches d’un réseau, la technologie représente pour beaucoup une manne sociale et économique, en agriculture, en santé, en affaires.

Adaptation de Cellphones Catapult Rural Africa to 21st Century par Sharon LaFraniere, New York Times (sur abonnement).

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné