Articles

Réseautage social : intégrer plutôt qu’interdire ses utilisations en enseignement***

Par Denys Lamontagne , le 23 avril 2007 | Dernière mise à jour de l'article le 22 octobre 2008

Certaines écoles bannissent les réseaux sociaux sous prétexte qu’ils font perdent du temps aux élèves ou prétendent protéger leurs élèves des déviants du monde extérieur.

Mais les écoles qui proposent un enseignement moins «du haut vers le bas» installent des outils du type MySpace, Bebo ou Facebook dans le curriculum et les professeurs disent «Merci pour l’ajout».

Par exemple, dans ELGG, un logiciel éducatif open-source conçu précisément avec les usages académiques en tête, les étudiants, les tuteurs et les chercheurs obtiennent chacun une page de profil, un blogue, le partage de photos et une liste d’amis; ils peuvent aussi se joindre à des communautés et même les créer.

Des enseignants résistent à certains de ces outils, mais les créateurs d’ELGG affirment que les échanges collaboratifs avec lesquels les jeunes sont devenus si à l’aise à l’extérieur de l’école constituent la meilleure façon d’enseigner à l’intérieur de celle-ci.

«L’environnement d’apprentissage virtuel utilisé par près de la moitié des universités est basé sur les rapports maître-élève. Les cours sont structurés de la même façon et ne permettent pas facilement une participation significative des élèves ou de franchir les frontières habituelles d’un cours.» affirme Stan Stanier, un gestionnaire des technologies sur un réseau ELGG dans une université de 33 000 membres.

«L’éducation supérieure se propose de devenir un environnement centré sur l’étudiant et l’apprentissage collaboratif».

Un système comme ELGG représente une transition des technologies vieillissantes basées sur le modèle «maître-élève», comme BlackBoard, vers ce que les praticiens appellent des environnements d’apprentissage personnels - espaces de fusion incluant des fils RSS, des marqueurs del.icio.us, des blogues, des baladodiffusions et toutes les sortes de ressources dont un étudiant peut avoir besoin pour documenter, réaliser et communiquer ses apprentissages tout au long de ses études.

Pour l’article au complet : Don’t Tell Your Parents: Schools Embrace MySpace

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné