Articles

Formation chez nos cousins germains

Par Michel Berhin , le 08 septembre 2002 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

En Allemagne aussi, le niveau des connaissances et de la formation des jeunes est un thème d’actualité. Dans un article intitulé : Chances : Education et formation, Edith Schulz et Irène Mack font un tour d’horizon des débats ainsi que des réformes mises en place, mais encore des innovations et des tendances, dans la formation et pendant les études.

Dans une déclaration gouvernementale, le 13 juin 2002, devant le Bundestag, le chancelier Gerhard Schröder a réclamé une nouvelle culture de l ‘enseignement. Il a qualifié de question sociale du XXIe siècle l’accès aux chances de formation :

Pour moi,a-t-il dit, la formation est au coeur de la politique sociale moderne et de la construction de l’avenir

. (www.bundesregierung.de) .

Pour le gouvernement, ce thème fait partie des priorités de l’agenda. Depuis le changement de gouvernement, en 1998, les dépenses pour l’éducation et la recherche ont été augmentées de 28 pour cent. En 2003, ce budget atteindra 9,3 milliards d’euros et sera plus élevé que jamais.

Le chancelier Schröder a proposé la création d’une

" Fondation : formation et éducation " qui, avec toutes les personnes concernées, devrait accélérer la nouvelle orientation de l’éducation. Le but est fixé: d’ici dix ans, l’Allemagne veut faire partie des cinq premières nations en matière d’éducation.

Parmi les priorités à financer :

- Les échanges culturels : Pour beaucoup de collégiens et de lycéens allemands, un séjour à l’étranger dans le cadre d’un échange fait désormais partie de la scolarité.

- La pratiques des langues et les échanges linguistiques : Selon l’Office fédéral de la statistique, le nombre d’écoliers du primaire ayant des cours de langue s’élevait à 21 pour cent (689 500 écoliers) pour l’année scolaire 2000/2001. Selon les données du Conseil des ministres de l’Education, on devrait enseigner une langue étrangère dans toutes les classes des 3e et 4e années du primaire d’ici 2004/2005.

- L’internet : depuis le 15 octobre 2001, les 35 000 écoles d’Allemagne qui en avaient exprimé le souhait ont été équipées de PC et reliées à Internet. Une évolution unique en Europe; en 1998, seulement 15 pour cent des écoles étaient connectées à Internet. Ainsi, l’on a atteint l’un des principaux buts que s’était fixés l’initiative " écoles branchées ". Pour cela, le ministère de l’Education et de la Recherche et Deutsche Telekom avaient créé l’association en avril 1996 afin que, dans un délai de trois années, 10 000 écoles aient accès à Internet. Par la suite, Deutsche Telekom a intensifié cette initiative en offrant gratuitement à toutes les écoles d’Allemagne un accès Internet, un branchement à haute puissance ainsi qu’un crédit pour l’utilisation du réseau. La présence de nouveaux médias à l’école n’implique pas uniquement de disposer de PC et d’avoir accès à Internet mais aussi d’en faire un usage raisonnable. C’est pourquoi le gouvernement a débloqué 300 millions d’euros pour le programme " Nouveaux médias et éducation " afin de développer des logiciels d’enseignement et d’apprentissage.

Edith Schulz et Irène Mack prolongent leur développement en mentionnant ensuite trois pistes d’aménagement de la formation professionnelle :

- Le projet de formation IDEE-IT , un nouveau système de formation continue pour les technologies d’information développé par le gouvernement et les syndicats. (www.idee.de) Il s’adresse tout particulièrement aux jeunes filles. Il a pour but de faire passer à 40%, d’ici 2005, la proportion des femmes participant à une formation.

- Jeunes et perspectivesJUMP , grâce auquel le gouvernement fédéral fait baisser le chômage des jeunes depuis 1999. Jusqu’à maintenant, cette initiative a donné une nouvelle chance à 406 000 jeunes. JUMP met des moyens à disposition, afin que les jeunes puissent au moins obtenir un certificat d’études ou se préparer à suivre une formation. La recherche d’un poste est facilitée par le fait que JUMP peut faire bénéficier les employeurs d’une aide de 60 ou 40 pour cent du salaire pendant une période pouvant aller jusqu’à deux ans.

-Enfin, Junior Professor un nouveau programme au bénéfice des chercheurs des universités allemandes. En 2002, plus de 600 jeunes chercheurs et chercheuses hautement qualifiés pourront obtenir un poste de " professeur junior " dans l’une des 48 universités allemandes. Ce programme permet aux jeunes chercheurs particulièrement doués d’accéder à une chaire après avoir passé leur thèse et non pas, comme c’est normalement le cas en Allemagne, après un doctorat d’Etat qui prend beaucoup de temps. Trois ans après leur entrée en fonction, on évalue le travail effectué, après quoi ils peuvent avoir accès à une chaire à vie.

(Accès à l’intégralité de l’article à l’adresse ci-dessous)

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné