Articles

Quand MasterChef suscite des carrières culinaires

Les téléréalités sont plutôt malhonnêtes pour retranscrire le vrai métier de chef

Par Alexandre Roberge , le 17 août 2014 | Dernière mise à jour de l'article le 18 août 2014

Ah, la France! Reconnue pour nombre de choses, mais particulièrement sa gastronomie. La cuisine française a une réputation extraordinaire depuis des décennies partout dans le monde. Et pourtant, jusqu'en 2010, les écoles d'hôtellerie et de restauration française peinaient à trouver des élèves. Plus personne ne semblait s'intéresser à un domaine déjà en pénurie de professionnels.

Aujourd'hui, toutefois, les programmes sont redevenus contingentés et plus que jamais, les métiers de la bouche passionnent les jeunes, entre autres. Mais que s'est-il passé? Il est clair que dans une économie difficile, beaucoup se sont précipités sur un domaine où les emplois à combler sont légion. Mais cela peut-il expliquer que tant d'adultes s'orientent ou se réorientent vers ce milieu? Possible, mais il y a aussi un petit effet appelé MasterChef…

La téléréalité séduit…

« Cauchemar dans la cuisine », « Un dîner presque parfait », « MasterChef » ou « Top Chef »; les émissions de cuisine pleuvent autant sur les petits écrans français que ceux d'ailleurs dans le monde. Des formats de téléréalité faciles à mettre en place et qui captivent les auditeurs, friands de ces concours de cuisine. Pour les professionnels de l'hôtellerie et de la restauration, il est clair que ces émissions ont aidé, ne serait-ce qu'un peu, à redonner des lettres de noblesse à ces métiers et au plaisir de la gastronomie.

Il faut dire qu'elles touchent aussi une corde sensible de notre époque : la célébrité. Déjà, les jurys – peu importe la version de l'émission – sont composés de chefs reconnus dans leur milieu et par le public, avec leurs émissions, livres, etc. Les gagnants de ces concours deviennent aussi des vedettes instantanées. Il n'en faut pas plus pour que certains y voient deux rêves devenir réalité : être célèbre et cuisiner toute la journée.

… mais elle ne contient aucun réalisme

Sauf que la téléréalité n'a rien de réaliste. Elle ne représente que très peu le contexte véritable des chefs en France. L'ambiance d'une vraie cuisine est toute sauf celle de l'excitation d'un studio télé. Pas facile de faire la plonge, d'éplucher et de couper les légumes chaque jour, etc. Il est inusuel pour ces émissions d'aborder les petites corvées pourtant essentielles dans la cuisine. De plus, il peut être plaisant de pouvoir cuisiner avec des appareils tout neufs (et surtout commandités) dans les émissions. Mais rares sont les cuisines de l'Hexagone qui peuvent se permettre un outillage aussi sophistiqué. Il faut bien souvent traiter avec des dispositifs plus âgés, voire vétustes dans certains cas.

Et puis, beaucoup de professionnels sont mal à l'aise avec le message de ces émissions qui semblent affirmer qu'il est si simple d'être un chef cuisinier. Non, cela prend bien plus que deux mois passés à la télévision. Il faut travailler dur, le tout pendant des années pour arriver ne serait-ce qu'à être un chef simplement compétent. Sans compter que tous ne seront pas des cuisiniers multimillionnaires possédant des dizaines de restaurants. Nombreux sont ceux qui travailleront dans des établissements ne figurant  pas au Guide Michelin…

C'est peut-être pourquoi il est important, comme le rappelle l'enquête des professionnels de l'hôtellerie et de la restauration, d'effectuer des entrevues avant de prendre des élèves dans les écoles. Pour savoir s'ils ont véritablement la petite flamme de la gastronomie ou s'ils ne cherchent que la gloire. Après tout, pour la plupart d'entre eux, il ne leur sera pas demandé d'animer des émissions à la fin de leur formation, mais bien d'offrir à leurs clients sur une base régulière une expérience culinaire de qualité.

Un défi beaucoup plus ardu que tous ceux que proposent les MasterChef et Top Chef de ce monde…

Illustration : Andrey_Popov, shutterstock

Références :

Antoine, Mélanie. "Impact des concours de cuisine télévisés dans les écoles de cuisine." HR-Infos. Dernière mise à jour : 28 novembre 2011. http://www.hr-infos.fr/actualite/marche/profession/tele-realite-culinaire-t-elle-vraiment-sauve-ecoles.html.

Colinet, Christophe. "Ils rêvent d'être un chef au top puis cauchemardent en cuisine." La Nouvelle République. Dernière mise à jour : 22 janvier 2014. http://www.lanouvellerepublique.fr/France-Monde/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2014/01/22/Ils-revent-d-etre-un-chef-au-top-puis-cauchemardent-en-cuisine-1766978.

Girardin, Jean-François. "«On ne demande pas à un cuisinier d’être un animateur de show»." Vivre la restauration. Dernière mise à jour : 30 mai 2014. http://vivrelarestauration.com/2014/05/30/on-ne-demande-pas-a-un-cuisinier-detre-un-animateur-de-show-jean-francois-girardin-societe-des-meilleurs-ouvriers-de-france-33/.

SudOuest.fr. "L’effet «Masterchef» chez les jeunes." Dernière mise à jour : 27 mai 2013. http://www.sudouest.fr/2013/05/27/l-effet-masterchef-chez-les-jeunes-1065260-4344.php.

Roux, Éric, and Caroline Champion. "Réflexions sur la formation en hôtellerie-restauration après un an de rencontres : le rôle des émissions de TV." Vivre la restauration. Dernière mise à jour : 16 mai 2013. http://vivrelarestauration.com/2013/05/16/reflexions-apres-un-an-de-rencontres-sur-la-formation-en-hotellerie-restauration-eric-roux-et-caroline-champion-12/.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné