Articles

Île Maurice : Worldspace tente de tisser sa toile éducative.

Par Louis-Martin Essono , le 28 septembre 2003 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

La première journée mondiale de l’alphabétisation, le 8 septembre, n’a pas changé de refrain. La litanie des malheurs scolaires et éducatifs a gagné en nombre de complaintes. Au manque d’écoles s’est ajouté le mauvais état des infrastructures et la chèreté des matériels didactiques.

L’école coûte donc cher et les enfants du sahel et de la forêt tropicale croupissent dans l’ignorance la plus criarde. Des actions ont été conduites pour réduire cette situation qui s’accompagne de la maladie. L’ Unesco a établi des infrastructures de tous types dans les pays du Sud pour que se résorbe, à travers le programme Education Pour Tous, le plus grand mal. La Banque Mondiale finance des projets pour que l’Afrique sorte de l’ignorance.

Au niveau national, on a observé, ces derniers temps, des efforts considérables commandés par l’élection de certains pays africains dans le cercle de l’initiative PPTE ; cette initiative oblige les pays bénéficiaires de la réduction de la dette à investir dans les projets sociaux, dont la santé et l’éducation.

Depuis peu, Noah Samara, le propriétaire de Worldspace comprend que son entreprise peut s’investir et investir dans l’éducation. Selon l’ Express , un journal de Maurice, Worldspace s’intéresse à l’île bleue déjà quadrillée par les Tic. Pour massifier l’éducation, Worldspace, société de radiodiffusion par satellite, a choisi des cibles que peuvent fréquenter très facilement les jeunes et les désoeuvrés. On peut en effet lire que «les projets qu’envisage Worldspace devraient toucher les bibliothèques et laboratoires virtuels, la formation des enseignants, l’enseignement à distance et l’éducation des adultes».

Des responsables WorldSpace, poursuit l’article d’Akilesh ROOPUN, en ont fait une présentation le 3 septembre dernier. De telles expériences ne sont pas nouvelles en Afrique. Ces réalisations ont déjà été menées dans plusieurs autres pays africains. En effet, on signale que 1500 écoles au Kenya et 10 au Sénégal sont impliquées dans ces projets par lesquels WorldSpace voudrait démocratiser l’accès à l’information et aux connaissances, grâce aux nouvelles technologies.

L’île Maurice recevra, à partir de cette rentrée, cette manne éducative qui s’étalera sur une demi-douzaine de sites. Il s’agira essentiement d’une école primaire, d’un collège secondaire, d’une institution de formation technique et d’une institution de formation pour enseignants. Dotés des équipements audio et multimédias nécessaires, ces centres pourront recevoir par satellites des émissions servant à la formation.

On ne sait pas encore pour combien de temps durera l’expérience. Les évaluations des autres pays ne sont pas connues. Bien que portée vers l’éducation de masse, la société Worldspace peine encore à s’établir définitivement dans les pays africains. Il serait intéressant d’en connaître les raisons.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné