Articles

Etat des lieux du numérique dans l’espace francophone

Un document qui prouve que le numérique profite largement à la Francophonie

Par Philippe Menkoué , le 25 novembre 2014 | Dernière mise à jour de l'article le 07 février 2015

A quelques jours de l’ouverture du 15e sommet de la Francophonie, les amoureux de la langue de Molière ont tous le cœur qui bat au rythme de Dakar, qui abritera cet évènement. Un sommet qui, bien avant son début officiel et, modernité oblige, faisait déjà la part belle au numérique. Site web dédié, Page Facebook ou Compte Twitter créés à cet effet, c’est sûr, ce sommet se passera également en ligne. A croire que Francophonie et numérique ne font désormais plus qu’un, contrairement à certaines idées reçues.

Car, le dynamisme des pays de l’espace francophone ne se limite plus à leurs seuls taux de natalité élevés qui ont permis d’ériger le français au rang de 5e langue la plus parlée dans le monde grâce à ses 274 millions de locuteurs actuels notamment. Internet (ou le numérique de manière plus générale) fait également partie de sa stratégie, comme le démontre le Rapport 2014 sur l’état de la Francophonie numérique.

Rédigé par la branche québécoise de l’association internationale (de droit américain) Internet Society, en partenariat avec l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et la Chaire Unesco « Pratiques émergentes des technologies de l’information et de la communication pour le développement », ce rapport dresse un véritable état des lieux du numérique dans les pays de la Francophonie.

Mise en valeur d’expériences et bonnes pratiques en matière d’usage du numérique dans l’espace francophone, publication de statistiques récentes, témoignages d’experts (acteurs institutionnels, chercheurs ou entrepreneurs notamment), données sur la contribution d’Internet dans l’économie de certains pays, classement des pays francophones parvenant le mieux à promouvoir l’utilisation des TIC sur leur territoire... ce document compile des données récentes et des informations pertinentes permettant d’évaluer avec précision, le degré d’imprégnation du numérique dans les pays francophones. Et la place qu’il occupe dans l’économie de certains d’entre eux.

On apprend ainsi par exemple que 52 % des pays francophones disposent d’infrastructures permettant minimalement une offre de services Internet perfectionnés ; que le niveau de pénétration des TIC dans l’économie de certains pays est de 4,4 (sur une échelle d’appréciation de 1 à 7) ; Ou encore, qu’ « un Malien qui travaille au salaire minimum doit utiliser 60 % de ce qu’il gagne chaque mois pour pouvoir se brancher à une connexion Internet à haut débit (ndlr) ».

Du Sénégal au Québec en passant par l’île Maurice, la Suisse ou le Cambodge, aucun des pays-membres n’a été oublié.

Rédigé dans un style simple et accessible à tous, ce document de référence de 92 pages s’articule autour de cinq principaux chapitres :

            - Chapitre 1 : Développer et maintenir les infrastructures donnant accès au numérique

            - Chapitre 2 : Accompagner l’innovation pour intégrer les pays en développement dans l’économie numérique

            - Chapitre 3 : Créer des sociétés de l’information ouvertes, transparentes et démocratiques dans la francophonie

            - Chapitre 4 : Produire, diffuser et protéger les biens communs numériques

            - Chapitre 5 : Développer l’intelligence numérique au service de la diversité et du partage

 

Disponible en téléchargement libre, ce rapport est une véritable mine d’informations utiles, qui pourrait servir comme outil de plaidoyer certes, mais s'avère surtout être un document indispensable à tout francophone s’intéressant au numérique.

 

Référence :

Rapport 2014 sur l’état de la Francophonie numérique. ISOC Québec. 2014.

Pour télécharger le Rapport : http://www.francophonie.org/IMG/pdf/isoc-rapport_francophonie_numerique2014_web.pdf

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné