Articles

L'emploi à vie est mort. Vive l'employabilité!

Le partage des responsabilités souhaité.

Par Denys Lamontagne , le 12 décembre 2014 | Dernière mise à jour de l'article le 18 mai 2016

«Devant la gravité de la situation de l’emploi en France, les politiques classiques de lutte contre le chômage montrent leurs limites car elles n’abordent pas de front la question de la compétitivité des entreprises et celle de leur main-d’oeuvre dans un contexte de concurrence internationale. Si les mesures de court terme sont bienvenues pour remédier à l’augmentation du taux de chômage, l’erreur serait de négliger une importante condition de l’emploi à long terme : l’employabilité de la population active, c’est-à-dire l’évolution des compétences des personnes en activité en lien avec l’évolution des métiers.»

La table est mise pour l'Institut de l'entreprise qui a commandité la Commission de travail à l'origine du rapport «L’emploi à vie est mort, vive l’employabilité !».

Si on n'influe pas sur les mentalités, la situation n'ira qu'en empirant.  Au «droit à l'employabilité» on oppose la co-responsabilisation de l’ensemble des parties prenantes : entreprises, salariés et pouvoirs publics.  Il faudra se parler, c'est sur; les premiers visent le profit, les seconds de bonnes conditions de travail et de sécurité et les troisièmes leur réélection par les votes des seconds et l'appui des premiers.

Le document propose une vision entrepreneuriale, qui énonce son accord pour prendre une part de responsabilité, mais pas exclusivement.  Les solutions proposées sont surtout techniques et réglementaires.  Il y manque celle des travailleurs et des gouvernements, mais c'est un début intéressant.

Les recommandations :

  • Anticiper l’évolution des métiers
    • Appliquer les principes du «quantified self» à l’employabilité.
    • Soutenir le développement de l’emploi dans les services.
       
  • Miser sur les compétences plutôt que les diplômes en valorisant les «compétences transférables»
    • Utiliser les outils numériques pour identifier les compétences transférables.
    • Sensibiliser les acteurs à l’existence de compétences transférables.
       
  • Renforcer la mobilité géographique
    • Faire évoluer le contrat de travail.
    • Réduire le coût de la mobilité géographique.

 

L’emploi à vie est mort, vive l’employabilité !
Denis Monneuse, Laetitia Strauch - 2014
Site
Synthèse (.pdf)
http://www.institut-entreprise.fr/sites/default/files/publication/docs/publication_extrait/fiche_employabilite_160_250.pdf



Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné