Articles

Publié le 03 février 2015 Mis à jour le 09 février 2015

L’art de l’improvisation éducative

Décision et improvisation dans l'action

Enseigner c’est souvent « agir dans l’urgence » et « décider dans l’incertitude », c’est faire face à la complexité, disait Philippe PERRENOUD (1996).Une fiche pédagogique que l’on ne retrouve plus à la dernière minute, des questions des élèves qui vous font réaliser que vous avez omis un point important pendant la préparation de votre leçon … le métier d’enseignant est toujours plein de surprises.

Mais, la qualité d’un enseignant ne se mesure-t-elle pas également en fonction de sa capacité à faire preuve de créativité ? Qu’est ce que l’improvisation éducative et quel peut être son intérêt pour les pédagogues aujourd’hui ?

Qu’est ce que l’improvisation éducative ?

Pour le Professeur René Barbier : c’est tout simplement une pratique qui « provoque de la dissonance, déconstruit l'espace de la "renfermerie" (D. Hameline) et facilite l'élaboration progressive d'une nouvelle architecture du savoir individuel et groupal. »  De ce fait, elle est la clé de voûte d'une véritable pédagogie du potentiel créateur de l'être humain.

C’est également «l'insight en acte qui permet de révéler le lien réciproque entre les situations de domination ou de fantasmatisation et d'inhibition corporelle dans le groupe ». Elle suppose donc une attitude de l'éducateur ou du chercheur en sciences humaines qui repose sur l'idée d'autorisation et de pédagogie du potentiel personnel (Personal power method)

Cependant, elle ne relève pas du hasard et peut parfois nécessiter « un gros travail d’élaboration » comme l’affirme Jean François Zygel, improvisateur de talent.

Une pratique qui ne date pas d’aujourd’hui

Comme l’affirme le Professeur René Barbier de l’Université de Paris 8, cette pratique n’est pas nouvelle : « l'improvisation éducative, en tant que méthodologie, est liée à la réflexion critique sur la pensée héritée aristotélicienne et cartésienne. Elle s'appuie sur un socle culturel qui commence a émergé avec des penseurs comme Castoriadis, Morin, Illich, Habermas, Horkheimer, Axelos, G. Durand, J. Baudrillard et quelques autres ».

Cependant, l’improvisation a longtemps été l’apanage des artistes (des acteurs de théâtre notamment). Une technique qui aurait fini par inspirer bien de pédagogues qui l’auraient adaptée aux pratiques pédagogiques afin de porter à leur plus haut degré les caractéristiques diverses des jeunes de la « Net Generation » caractérisés notamment par leurs intelligences multiples et leurs diverses manières d’apprendre, comme le rappelle Bytwerk (1985).

Mais, de quel intérêt peut-elle être pour les pédagogues d’aujourd’hui ?

De l’intérêt de savoir improviser en pédagogie ?

L’improvisation éducative peut être assimilée à une « compétence de décision et d'improvisation dans l'action ». Une aptitude qui parfois peut s’avérer essentielle dans la conduite d’une leçon, tant elle dénote la capacité d’un enseignant à gérer la dynamique du groupe (de ses élèves en l’occurrence), à pouvoir utiliser et tirer profit de ces réactions spontanées qu’il n’avait pas du tout « préparé » certes, mais dont il doit bien tenir compte.

Quitte à essayer d’en tirer profit en les intégrant judicieusement à la leçon. Cela évite également de rester trop centré sur des contenus planifiés, d’autant plus que l’on ne peut pas toujours suivre à la lettre le canevas de préparation élaboré à l’avance.

Liberté d"apprendre

Cela conduit également vers « une certaine liberté d’apprendre et la réalisation d’une pédagogie du potentiel personnel telle que proposée Daniel Hameline et Marie Joelle Dardelin». Apprendre devient ainsi « une activité transactionnelle », s'intégrer à une culture collective en en assimilant les acquêts … intégrer originalement ces acquêts par une démarche qui les réélabore ».

De même,comme l’affirme le psychologue Philippe Perrenoud, « la pratique n'est pas une simple mise en pratique de recettes », et René Barbier reconnait d’ailleurs que l’improvisation a ceci de bon qu’elle concourt à l’émergence d’une improvisation collective fructueuse.

Une « méthode » de mise dans ces contextes où l’approche pédagogique par les compétences est mise en avant aujourd’hui. Centrée sur la capacité de l’apprenant à participer à la construction de son propre savoir, cette approche repose en grande partie sur le principe d’improvisation pédagogique. Certes, des préparations sont requises de la part de l’enseignant, mais la participation et le dynamisme des apprenants sont essentiels au succès et à leur propre compréhension de la leçon. Ici, l’apprenant n’est plus considéré comme cette table rase sur laquelle l’enseignant (qui sait tout sur tout) viendrait graver des connaissances.

Improviser en éducation, c’est donc peut-être tout simplement faire preuve de créativité. Après tout, « comme le soulignait Guy Avanzini, la méthode ne saurait se réduire à une série de techniques de transmission de savoir.

Elle projette un style général de formation et vise un profil d'homme arrête en vue d'une fin. Ni méthode, ni procédure, la méthodologie est la logique en acte d'un projet éducatif qui - en dernière instance – est toujours orientée par une philosophie de l'existence individuelle et collective.

Comme quoi, l’improvisation éducative pourrait être à la base d’une éducation de meilleure qualité.

Illustration : Super Prin - ShutterStock

Références

- Barbier, R. L’improvisation éducative. CRISE, Université de Paris 8. Lien : http://www.barbier-rd.nom.fr/Improvisationeducative.html

- Zygel, J.F. L’improvisation demande un gros travail d’élaboration. Le Figaro. 21 mars 2014. Lien : http://www.lefigaro.fr/musique/2014/03/21/03006-20140321ARTFIG00003-zygel-l-improvisation-demande-un-gros-travail-d-elaboration.php

- Bytwerk, R. L. (1985). Impromptu speaking exercises. Communication Education, 34(2), 14849. Lien : http://search.ebscohost.com/login.aspx?direct=true&db=eric&AN=EJ315033&login.asp&site=ehostlive

- Perrenoud, P. La pratique pédagogique entre
l'improvisation réglée et le bricolage Essai sur les effets indirects de la recherche en éducation.
Université de Genève. Lien : http://www.unige.ch/fapse/SSE/teachers/perrenoud/php_main/php_1983/1983_01.html


Mots-clés: Complexité Élèves Activités Pédagogiques Changement Des Pratiques Pédagogiques Questions Préparation Improvisation Incertitude Urgence métier leçon Face Fiche Point Surprises Philippe Perrenoud

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !